Monde

Vous croyez que l'ONU ne sert à rien? C'est faux

Eric Le Boucher, mis à jour le 20.09.2015 à 15 h 30

Alors que l'ONU fête ses 70 ans, les populistes ont beau jeu de s'en prendre à ces «machins» de la gouvernance mondiale. Pourtant, ces quinze dernières années, lesdits «machins» ont incontestablement fait progresser la planète.

REUTRES/Stringer.

REUTRES/Stringer.

«Alors que l'ONU célèbre son soixante-dixième anniversaire, nous sommes en train d'imprimer une trajectoire durable à notre monde, qui garantira un meilleur avenir pour notre planète et tous ses habitants», a déclaré Ban Ki-moon, secrétaire général des Nations unies, le 3 août. Ce genre de déclaration faisait rire il y a vingt ans, hausser les épaules il y a dix ans et aujourd'hui, plus personne n'y prête même attention. L'ONU, ce «machin» qui ne sert à rien. Voyez son impuissance dans la crise des migrants syriens. Quant au souhait d'un «avenir meilleur», il s'agit d'une provocation. Qui ne voit les guerres, les misères, les crises, le chômage, le climat, etc...

L'ONU, le jour de ses soixante-dix ans, a fait voter par ses membres, 193 pays du monde, «un programme de développement durable audacieux, ambitieux» pour «transformer le monde» d'ici à 2030. «Il s'agit d'une feuille de route pour éradiquer la pauvreté mondiale, construire une vie digne pour tous et ne laisser personne de côté». Les fonctionnaires de l'ONU vivent-ils enfermés dans leur belle tour de New York pour être autant aveugles? Ban Ki-moon nous parle de «vie digne», alors que la dégradation générale des conditions de vie des humains sur terre est évidente. Il suffit, n'est-ce pas, d'ouvrir les yeux. L'ONU nous promet «de ne laisser personne de côté» alors que les inégalités ne cessent d'augmenter scandaleusement. N'est-il pas temps, comme nombre de populistes le demandent, d'en revenir aux nations souveraines et de supprimer le machin qui représente un internationalisme dont l'échec est flagrant?

Contrairement à ce discours, à l'opposé de ce que pensent intuitivement les opinions publiques dans les pays développés comme la France, la planète ne va pas de mal en pis. Au contraire. Ce programme pour un monde meilleur voté par l'ONU comprend 17 «Objectifs pour un développement durable», qui font suite à huit autres, adoptés en 2000 et nommés «Objectifs du Millénaire» (OMD) avec un horizon 2015. Ces objectifs sont dans l'ensemble atteints, voire dépassés, ce qui a amélioré concrètement la vie de centaines de millions de personnes et représente un incroyable succès.

Alimentation, scolarité, égalité des sexes...

Le premier de ces OMD était de réduire de moitié la proportion de personnes vivant dans une extrême pauvreté. Il a été atteint il y a déjà cinq ans. En 1990, près de la moitié de la population des pays en développement vivait avec moins de 1,25 dollar par jour. Cette proportion est tombée à 14% en 2015. Plus de 1 milliard de personnes ont échappé à l'extrême pauvreté depuis 1990. Il en reste 800 millions dans le monde.

Même succès pour la faim et l'eau. La proportion de personnes sous-alimentées a baissé de près de moitié depuis 1990. Il en reste 795 millions. La cible visant à réduire de moitié la proportion de personnes vivant sans accès à des sources d'eau potable a été atteinte également avec cinq ans d'avance.

Assurer une éducation pour tous était le deuxième OMD. Le taux de scolarisation dans le primaire dans les régions en développement est estimé à 91% en 2015, contre 83% en 2000. Le taux d'alphabétisation des jeunes de 15 à 24 ans a augmenté, passant de 83% à 91% entre 1990 et 2015 et la disparité entre les femmes et les hommes a diminué. Les guerres sont l'obstacle premier: dans les pays affectés par des conflits, la proportion des enfants non scolarisés est passée de 30% en 1999 à 36% en 2012.

L'égalité des sexes, troisième OMD, progresse. Les femmes représentent 41% des travailleurs salariés non agricoles, en augmentation par rapport à 35% en 1990. La proportion moyenne des femmes dans les parlements a presque doublé lors des vingt dernières années.

OMD numéro quatre: entre 1990 et 2015, dans le monde, le taux de mortalité infantile a été réduit de plus de moitié, passant de 90 à 43 décès pour 1.000 naissances.

Cinquième OMD: entre 1990 et 2015, le nombre de décès d'enfants de moins de 5 ans a baissé, passant de 12,7 millions en 1990 à près de 6 millions en 2015. OMD 6 : le taux de mortalité maternelle a quasiment baissé de moitié. Il reste 290.000 décès maternels par an.

OMD 7: les nouvelles infections par le VIH ont baissé d'environ 40% entre 2000 et 2013. Entre 2000 et 2015, «l'important déploiement des interventions contre le paludisme a conduit à une diminution de 58 % du taux mondial de mortalité paludéenne», note l'ONU.

Deux échecs relatifs

Les deux derniers OMD sont, eux, des échecs relatifs. Le numéro sept, préserver l'environnement: entre 1990 et 2012, les émissions mondiales de dioxyde de carbone ont augmenté de plus de 50%. Enfin, le huitième, sur les aides au développement. La crise a poussé aux restrictions budgétaires, les introuvables 100 milliards de dollars promis pour la transition énergétique illustrent le retard. Notons quand même qu'en 2013, la charge de la dette des pays en développement était de 3,1%, contre 12% en 2000, et que la pénétration d'Internet est passée de 6% de la population mondiale en 2000 à 43% en 2015. Ainsi, 3,2 milliards de personnes sont reliées à un réseau mondial de contenus et d'applications.

Les causes de cet immense succès sont évidemment multiples: le commerce international en est la première, mais aussi des meilleurs gouvernements. L'ONU et les organisations soeurs, le PNUD, le FMI, la Banque mondiale, n'y sont pas pour rien. Les OMD ont été intégrées comme des priorités dans toutes les politiques conduites par tous ces «machins ». Les nouveaux Objectifs seront présentés la semaine prochaine à New York. S'ils sont autant des succès que les précédents, l'avenir pourra être «meilleur», ce qui devrait changer le regard des opinions apeurées.

 

Eric Le Boucher
Eric Le Boucher (543 articles)
Cofondateur de Slate.fr
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte