Monde

La police israélienne bientôt autorisée à tirer sur les Palestiniens au fusil d'assaut?

Temps de lecture : 2 min

Le Premier ministre en a fait la demande. L'emploi de telles armes n'était jusqu'ici autorisé qu'à l'armée en Cisjordanie.

Un policier israélien devant la mosquée Al-Aqsa le 15 septembre 2015 (REUTERS/Ammar Awad)
Un policier israélien devant la mosquée Al-Aqsa le 15 septembre 2015 (REUTERS/Ammar Awad)

Un calme précaire s'est instauré sur l'esplanade des mosquées, à Jérusalem, où des heurts se produisaient depuis dimanche entre Palestiniens et forces de l'ordre israéliennes. Des jeunes s'étaient alors retranchés dans la mosquée Al-Aqsa pour empêcher des visiteurs juifs de pénétrer sur l'esplanade.

Mardi 15 septembre, le Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahu, a annoncé l'adoption d'une ligne plus dure et demandé l'autorisation pour la police d'utiliser des fusils d'assaut Ruger.

Pas de nouvelle législation

Selon la réglementation israélienne, l'armée est autorisée à utiliser des snipers et des fusils d'assauts Ruger calibre 22 lorsque de «grosses pierres sont jetées et que les chefs sont certains que des vies sont en danger», explique le quotidien Haaretz. Ces armes leurs avaient été interdites pendant quelques années après la seconde Intifada et la mort de nombreux jeunes palestiniens avant d'être de nouveau autorisées en Cisjordanie. La police, elle, n'a pour l'heure le droit d'utiliser que des mesures de dispersion comme les tirs à balles en caoutchouc ou les tirs de gaz lacrymogènes.

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Or, le 15 septembre, Benyamin Netanyahou, a demandé au procureur général de «déployer des snipers pour viser les attaquants», rapporte Israel National News. Haaretz précise que «les participants à la réunion d'urgence de Netanyahou mardi ont dit qu'autoriser la police à suivre ces lignes directrices ne nécessiterait qu'un ajustement interne de la police, et non un changement de législation».

Newsletters

Un homme achète une Lamborghini avec des fonds de secours Covid et finit en prison

Un homme achète une Lamborghini avec des fonds de secours Covid et finit en prison

Cet Américain a écopé d'une peine de neuf ans.

Fermer les frontières ne stoppera pas la propagation du variant Omicron

Fermer les frontières ne stoppera pas la propagation du variant Omicron

Étant donné que ce nouveau variant s'est déjà propagé au-delà de l'Afrique australe, l'interdiction des voyageurs en provenance de cette zone ne fera que ralentir sa circulation.

Wagnergate: l'incroyable piège tendu aux mercenaires russes par l'Ukraine

Wagnergate: l'incroyable piège tendu aux mercenaires russes par l'Ukraine

Au cœur de ce sac de nœuds, la création d'une agence de recrutement bidon et une fausse alerte à la bombe.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio