Partager cet article

Le guide du parfait networker selon le Wall Street Journal

PICNIC Network / PICNIC Creative Business Club meeting 7-12-2011 via Flickr CC License By

PICNIC Network / PICNIC Creative Business Club meeting 7-12-2011 via Flickr CC License By

Le journal américain vous aide à faire habilement du réseau en soirée.

Le networking n’a pas vraiment d’équivalent en français, même si on la parfois traduit par le barbarisme réseautage. Le Wall Street journal se penche en détail sur cette pratique professionnelle très influencée par les codes de sociabilité anglo-saxons, et propose à ses lecteurs une sorte de petit guide du parfait networker.

Un grand nombre de ces conseils reposent en fait sur une observation minutieuse du langage non verbal des participants. Les artistes de l’after work professionnel savent «lire une pièce» pleine de confrères, un don plus ou moins développé mais qui peut s’apprendre, nous assure une spécialiste de la chose, dans la plus pure tradition du best-seller de Dale Carnegie, Comment se faire des amis.

Devenez le héros de la soirée cocktail

Par exemple, les gens qui se tiennent vers l’extérieur en souriant –mais pas trop ostensiblement– et qui cherchent un contact visuel signalent qu’ils sont disponibles. Il convient de se méfier des groupes qui rient trop et trop fort. ils sont probablement composés d’anciennes connaissances qui partagent un souvenir commun, et ne sont pas dans des dispositions adéquates pour accueillir une personne extérieure.

Votre meilleur atout est de choisir un petit groupe de personnes qui ont l’air de s’ennuyer et qui ont peu d’échanges entre elles. C’est la situation rêvée pour vous introduire dans le cercle des networkers dépressifs anonymes et d’user de tout votre charme corporate pour animer une discussion jusque-là dénuée de passion. Avec, à la clé, la possibilité de devenir le héros de votre soirée cocktail.

Vous pourriez sauver un de ces exclus des rencontres de networking, que l’on reconnaît à sa solitude et sa propension à tourner autour du buffet

C’est le moment de mettre à profit vos cours de coaching managerial, comme ce témoin interviewé dans l’article qui a appris à maîtriser quelques répliques sur des sujets d’actualité comme la Coupe du monde de football ou le cours de la bourse...

Dans tous les cas, n’abusez pas trop des vivres et gardez toujours au moins une main de libre pour être prêt à serrer une main tendue.

Laissez-vous aller à la spontanéité

Enfin, vous pourriez sauver un de ces exclus des rencontres de networking, que l’on reconnaît à sa solitude et sa propension à tourner autour du buffet dans l’attente d’une âme charitable pour rompre son isolement. Il vous permettra même d’éviter les requins des événements professionnels: sourire forcé et cartes de visite en main, ils sont là pour vous vendre quelque chose, et vous feront sans doute perdre votre temps.

Enfin n’oubliez pas que les meilleures rencontres sont spontanées. Comme nous le relations l’année dernière, trois chercheuses en sciences des organisations ont constaté auprès d’avocats d’un grand cabinet que «le networking instrumentalisé, réalisé pour des objectifs professionnels, peut affecter la pureté morale d’un individu et ainsi le faire se sentir sale».

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte