Partager cet article

Huit mois après les attentats, le monde ne comprend toujours pas l'humour de Charlie Hebdo

Des dessins satiriques de l'enfant syrien de 3 ans retrouvé mort sur une plage ont provoqué un nouveau tollé. Et signalent une nouvelle fois la difficulté pour l'humour de franchir certaines frontières culturelles.

Depuis l’attentat contre sa rédaction le 7 janvier 2015, Charlie Hebdo est un hebdomadaire satirique très scruté à l’étranger. Et la dernière livraison de dessins humoristiques consacrés à la photo de l’enfant syrien mort échoué sur une plage turque a scandalisé de nombreux internautes et journalistes à travers le monde.

Un dessin de Riss a été particulièrement mal pris: avec comme légende «Si près du but», il représente le petit Aylan sur la plage avec, derrière lui, un panneau affichant une publicité pour Mc Donald’s et sa mascotte qui annonce: «Promo! 2 menus enfants pour le prix d’un». Un second dessin, intitulé «La preuve que l’Europe est chrétienne», met en scène Jésus marchant sur l’eau et un enfant noyé, avec en légende: «Les chrétiens marchent sur les eaux», et «Les enfants musulmans coulent».


Incitation au crime de haine et de persécution?

La tonalité générale des messages des personnes outrées par le dessin ne laisse pas de doute: pour les accusateurs, c’est un dessin qui se moque d’un innocent enfant de 3 ans mort dans des conséquences tragiques. Un avocat représentant l’association des avocats noirs britanniques, Black Lawyers, a même annoncé sur Twitter que son association envisageait de porter plainte pour incitation au crime de haine et de persécution devant la Cour pénale internationale. Or, comme le note le New York Times qui se livre au périlleux exercice d’analyse de l’humour à la française pour ses lecteurs, c’est surtout l’Europe et ses réactions qui sont brocardées dans le numéro concerné de l’hebdomadaire.

 La plupart du temps, les dessins mis à l'index avaient été sortis de leur contexte, et parfois leurs légendes étaient absentes

La dessinatrice du journal Coco a d'ailleurs écrit sur Twitter en réponse à une critique que ce n'était pas l'enfant qui était moqué, mais «la société de consommation qu'on leur vend comme un rêve». 


Un combat marqué à gauche et anti-raciste

Après l’attaque contre Charlie Hebdo, d’innombrables débats avaient surgi notamment dans le monde anglo-saxon, à propos du caractère supposé raciste de certains dessins de l’hebdomadaire. La plupart du temps, les dessins avaient été sortis de leur contexte de publication, et parfois leurs légendes étaient absentes. Surtout, comme avait tenté de l’expliquer le site Vox à ses lecteurs, l’intention des dessins controversés était souvent l’inverse de ce que pouvait y lire un lecteur peu familier de la politique française.

Charlie Hebdo s’ancrait dans un combat marqué à gauche et anti-raciste, et les dessins qualifiés de racistes étaient, la plupart du temps, des parodies de stéréotypes d’opinions racistes, comme dans le cas du dessin des jeunes nigérianes capturées par Boko Haram, et qui présentées enceintes criaient en une de Charlie Hebdo, «Touchez pas à nos allocs!»

Accusé de ridiculiser des femmes mises en esclavage sexuel, notait Vox dans son analyse, le dessin était en fait une référence absurde au discours du Front national sur les allocations familiales des familles immigrées. Dans le dessin, les femmes kidnappées devenaient des «welfare queens», des assistées sociales, dans le contexte évidemment dramatique et totalement décalé de la politique intérieure française, ce qui avait plutôt tendance à ridiculiser le discours frontiste.


L'Occident de plus en plus sensible

Mais il n’y a pas que des contresens dans les analyses critiques de l’humour Charlie Hebdo. L’humour implique un cadre de référence commun, et le blasphème, pratique courante dans les dessins du journal, est considéré comme un tabou absolu dans de nombreux pays musulmans. Pour ne pas risquer de choquer, certains médias américains avaient d’ailleurs à l’époque flouté les unes du quotidien quand ils les présentaient à l’écran.

Les individus sont de plus en plus prompts à faire valoir leur droit d'être choqué

Si les menaces les plus précises contre ce type d'humour viennent du terrorisme islamiste, les sociétés libérales occidentales montrent elles aussi d'étonnantes évolutions de leur sensibilité, et les individus sont de plus en plus prompts à faire valoir leur droit d'être choqué lors de publications humoristiques ne cadrant pas exactement avec leur vision du monde ou leurs opinions.

Charlie Hebdo est devenu un cas médiatique unique au monde: journal hyper-référencé et à la diffusion limitée, il n'a pas vraiment changé après les attentats mais son public, lui, est désormais mondial. Et chaque nouveau numéro est une nouvelle illustration de la difficulté de faire voyager l'humour sans dommages collatéraux.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte