Partager cet article

Les oiseaux aussi connaissent le véritable amour

(Heureux?) couple de Diamants mandarins. | NeilsPhotography via Flickr CC License by

(Heureux?) couple de Diamants mandarins. | NeilsPhotography via Flickr CC License by

Et s'ils sont forcés de vivre avec un autre partenaire, il feront moins d’œufs et leurs petits seront plus susceptibles de mourir prématurément.

Les humains sont extrêmement difficiles à satisfaire lorsqu'il s'agit de choisir un partenaire, de s'installer et d'avoir des enfants. Il s'agit d'un long processus semé d'épreuves, de ratés et de moments de doute avant d'espérer pouvoir tomber amoureux et «vivre heureux pour toujours».

A priori, cela semble une incroyable perte de temps et un mauvais calcul si l'on s'en tient à la dure théorie de l'évolution. Dans le règne animal, les femelles ont tendance à tout simplement choisir le mâle qui leur semble le plus fort et en bonne santé. Cela leur garantit de transmettre les meilleurs gènes à leur progéniture.

Alors pourquoi l'être humain s'entête-t-il à choisir son partenaire selon ses propres critères? Une étude sur les oiseaux apporte un début de réponse. Publiée le 14 septembre sur le journal PLOS Biology par Malika Ihle, Bart Kempenaers et Wolfgang Forstmeier de l'institut d'ornithologie Max Planck en Allemagne, celle-ci s'attarde sur l'observation d'une population de diamants mandarins.

Speed-dating entre oiseaux

Comme nous, ces petits oiseaux gris à bec rouges «tombent amoureux». Aucune femelle ne s'entend sur quel mâle est le plus mignon et chacun préfère choisir un partenaire avec des comportements ou des intérêts similaires au sien. Et, comme nous (ou la plupart d'entre nous), ils entretiennent des relations monogames longue durée qui impliquent d'élever ensemble des enfants.

Les couples frustrés avaient moins de relations sexuelles, trois fois plus d'œufs non fécondés, un plus grand nombre d'œufs perdus ou enterrés

Les chercheurs ont organisé une session de speed-dating entre oiseaux. Vingt mâles et vingt femelles ont été laissés ensemble, pouvaient librement faire leur choix de partenaire. Une fois les oiseaux en couple, la moitié a été autorisée à vivre tranquillement son bonheur conjugal. Les autres ont été séparés et forcés à s'installer avec un autre partenaire au coeur brisé.

L'amour assure la survie de l'espèce

Résultat: la reproduction des couples «choisis» était 37% plus élevée que celle des couples non choisis. Les couples frustrés avaient moins de relations sexuelles, trois fois plus d'œufs non fécondés, un plus grand nombre d'œufs perdus ou enterrés et nettement plus de poussins morts après éclosion. Ils étaient moins bien coordonnés pour élever leurs petits et les mâles avaient davantage tendance à aller courtiser d'autres femelles.

«Ces résultats rejettent l'hypothèse du choix d'un partenaire pour la compatibilité génétique et supportent seulement l'hypothèse de la compatibilité comportementale», conclut le Dr. Ihle. 

Bref, un mariage heureux assure la descendance de l'espèce et crée un lien assez fort entre deux êtres pour les pousser à prendre soin de leurs enfants. Il est donc tout naturel d'être extrêmement difficile à satisfaire.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte