Égalités

Bumble, l'application de rencontres jumelle de Tinder, est-elle vraiment féministe?

Temps de lecture : 2 min

Particularités: elle laisse le premier pas aux femmes et met en avant d'autres infos que les photos.

Captures d'écran de l'application, telles que visibles sur le site itunes.apple.com.
Captures d'écran de l'application, telles que visibles sur le site itunes.apple.com.

Connaissez-vous Bumble? Il s’agit d’une application de rencontres qui ressemble comme deux gouttes d’eau à son concurrent Tinder, à une exception près: Bumble serait féministe dans sa conception. Comme Tinder, des affinités ou «matchs» se créent si les clics se correspondent et les amants potentiels peuvent ainsi se dire qu’ils se plaisent. Mais l’application donne aux femmes la possibilité de faire le premier pas pendant vingt-quatre heures, après lesquelles le «match» disparaîtra. Cela suffit-il pour en faire une application féministe?

À l’origine de ce qualificatif, il y a aussi une histoire personnelle, celle de sa fondatrice, Whitney Woolf. Elle n’est pas une inconnue de ce petit monde: co-fondatricce de Tinder, elle a quitté l’entreprise en 2014, et porté plainte dans la foulée contre deux de ses collègues co-fondateurs, Justin Mateen et Sean Rad, en les accusant de l’avoir exposée à un «harcèlement sexuel atroce» et à de la «discrimination sexuelle». Empochant avec elle un million de dollars après un arrangement à l’amiable, elle lance alors Bumble, une application qui sera conçue pour éviter ce qu’elle estime être les travers de l’application de rencontres vedette.

«Les hommes ont ruiné Tinder»

«Tinder n’a pas été conçu pour être sexiste, mais c’est pourtant ce que c’est devenu, note la journaliste de Wired Ruby Lott-Lavigna. Les règles de Tinder ont été forgées par leurs utilisateurs, et pour le dire carrément, les hommes ont ruiné ce bijou de technologie avec leur stéréotypes sur le genre. C’est pour cela que nous ne pouvons pas en profiter.»

La journaliste note que, sur Bumble, le profil de l’utilisateur contient des informations immédiatement visibles sur son curriculum vitae, une façon, selon elle, de ne pas faire tout reposer d’emblée sur le physique.

Féministe, Bumble? Ce n’est pas l’avis de tout le monde. «Bumble ressemble à cette grand-mère qui vous demande à chaque fois si vous avez enfin trouvé à vous marier», écrit Hannah Smothers, qui se plaint des notifications mobiles incessantes envoyées par l’application pour vous inciter à répondre à votre «match». «L’idée que les femmes auraient besoin d’une horloge parlante ressemble fort à tout un tas d’impératifs désuets à se hâter, uniquement dirigés vers les femmes», estime la rédactrice du magazine en ligne Fusion. En offrant aux femmes de faire le premier pas, Bumble semblait bousculer la répartition des rôles. C’est sans doute un peu plus compliqué que cela.

Slate.fr

Newsletters

«Hunger» de Roxane Gay: l'obésité est bien plus qu'une histoire de poids et de nourriture

«Hunger» de Roxane Gay: l'obésité est bien plus qu'une histoire de poids et de nourriture

L'écrivaine américaine est devenue grosse pour se protéger des violences sexuelles qu'elle avait subies petite. Son livre déjoue les clichés de l'obésité comme fainéantise.

Mère célibataire, héroïne (éphémère) des ronds-points

Mère célibataire, héroïne (éphémère) des ronds-points

Les mobilisations ont remis sur le devant de la scène médiatique les problématiques économiques et sociales des femmes élevant seules leurs enfants. Tant mieux.

She-Ra et ses copines infligent une bonne baffe féministe au monde des super-héros

She-Ra et ses copines infligent une bonne baffe féministe au monde des super-héros

«She-Ra et les princesses au pouvoir», diffusé sur Netflix depuis novembre 2018, met au goût du jour son ancêtre des années 1980, sororité et problématiques LGBT+ incluses.

Newsletters