Partager cet article

Un robot-acteur demande le statut d'intermittent du spectacle

IRB 2400 dans l'émission «America's Got Talent».

Le constructeur du robot a lancé ce «coup» médiatique pour faire prendre conscience de leur présence croissante dans les industries culturelles.

IRB 2400, un modèle de robot industriel développé par un des principaux fabricants mondiaux, ABB, a fait une apparition remarquée à la télévision américaine dans l’émission «America's Got Talent», le radio-crochet de la chaîne NBC. Robot à bras articulé, IRB a accompagné un numéro de ballet avec une troupe de danseurs qui utilisent des effets spéciaux sur scène comme des projections en 3D.

Dans la foulée de cette performance, le constructeur a lancé un «coup» médiatique en remplissant pour son robot-acteur IRB 2400 un formulaire pour devenir membre de la Screen Actors Guild, le syndicat américain des acteurs et professionnels de la télévision, de la radio et du cinéma.

L'automatisation des tâches

Et il est vrai que les robots d’ABB ont un CV prestigieux de collaborations avec des artistes: ils ont fait des apparitions dans des scènes d’Iron Man 3 et de Terminator Renaissance, dans un clip de Chemical Brothers et ont participé à une tournée de Bon Jovi, signale le site Robotics Tomorrow.

Mais ces affectations glamour ne sont qu’une facette particulièrement exposée au grand public et aux médias des activités des robots ABB, qui ont été conçus pour la manipulation, l’assemblage, la soudure, l’emballage, la mise sur palettes, etc. Bref, pour le secteur industriel, qui s’est fortement automatisé aux États-Unis. 

Performances générées par ordinateur

Alors que la demande d’inscription sur les fichiers de l’équivalent américain du régime des intermittents du spectacle (qui lui aurait fourni des assurances chômage, santé et retraite) n’a aucun sens, elle éclaire, en revanche, selon le Huffington Post une question économique et juridique bien réelle sur laquelle il va devenir primordial de se pencher. Alors que les machines et les logiciels prennent une part croissance dans la création artistique –composition musicale, imitations de tableaux de maître, graphisme et à présent cinéma– il faudra bien se demander à qui appartiennent les codes.

L'éventualité n'est déjà plus de la science-fiction puisque plusieurs acteurs ont été ces dernières années «rajeunis» dans des films grâce à l’imagerie générée par ordinateur. À l’aide des doublures de ses frères et d'images de synthèse, l’acteur Paul Walker, décédé dans un accident de voiture avant la fin du tournage de l’épisode 7 de Fast and Furious, est même revenu d'entre les morts pour certaines scènes du film.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte