Tech & internet

Voici à quoi aurait ressemblé le 11-septembre, vu des réseaux sociaux

Temps de lecture : 2 min

Le fil de discussion de Metafilter dédié aux attentats est toujours accessible en ligne.

Capture d'écran de Metafilter

À tort ou à raison, à chaque événement dramatique, les gens se tournent vers les réseaux sociaux pour essayer d'en savoir un peu plus, et comprendre.

Mais le 11 septembre 2001, lors des attentats perpétrés par des terroristes d'al-Qaeda sur le sol américain, il n'y avait pas de Facebook, ou de Twitter. MySpace n'existait pas encore, et Skyblog non plus.

Et pourtant, des internautes ont vécu et commenté cette tragédie sur Internet, sur le forum de Metafilter, raconte Will Oremus sur Slate.com.

«À quoi aurait ressemblé le 11-septembre avec les réseaux sociaux. À ça, exactement.»

Will Oremus précise cependant que le terme «exactement» n'est pas tout à fait exact:

«Le fil de discussion de Metafilter qui a pris forme dans les minutes et les heures qui ont suivi le crash du premier avion comprenait, à son pic, quelques commentaires par minute. En contraste, aujourd'hui, des événements mondiaux peuvent atteindre les 500.000 tweets par minute.»

Il n'est par ailleurs pas possible de voir à quoi ressemblait le fil de discussion alors, la Wayback Machine n'a fait sa première capture de la discussion qu'en 2010. Mais voici à quoi ressemblait la page d'accueil du site un peu moins d'une semaine plus tard.

Le fil de discussion débute un peu avant six heures du matin (sur la cote ouest, soit 9 heures à New York, et 15 heures en France), ce 11 septembre 2001, soit un peu moins d'un quart d'heure après que le premier avion a frappé la tour Nord.

«Un avion s'écrase dans le World Trade Center. Désolé de ne pas mettre d'autre lien que celui vers la page principale de CNN, mais il n'y a encore aucun article à ce sujet. L'avion s'est écrasé dans le bâtiment, il y a environ six minutes, d'après ce que dit la télé. On est à environ soixante blocs au nord, et on peut voir la fumée à l'horizon.»

La suite, c'est une plongée quasiment minute par minute dans cette journée de septembre 2001, où l'on revit les événements comme ils se sont déroulés. La discussion est composée de centaines de posts, où certains expriment leur horreur, leur stupéfaction, et leur dégoût, quand d'autres se disent trop «engourdis» pour faire quoi que ce soit.

Certains prennent conscience qu'une page de l'histoire est en train de s'écrire,

Les internautes essaient de vérifier des informations entre eux. Certains apprennent des choses via des mailing lists, essaient de se rendre des services entre eux.

On y trouve quelques rares mauvaises blagues, le premières rumeurs qui parlent de sept avions détournés, d'un crash à Camp David, d'une voiture piégée qui aurait explosé, ou d'attaques contre Kaboul (la guerre débutera le 7 octobre)..., preuve que les réseaux sociaux n'ont rien inventé. La plupart des liens ne fonctionnent cependant plus.

La première mention de Ben Laden arrive quatre heures après le premier post et renvoie vers un article de Yahoo! qui n'est plus disponible. Le post indique que «Ben Laden avait averti d'attaques sans précédent.»

On y lit aussi les premiers avertissements, quant aux conséquences indirectes de ces attaques, quelques heures après les attentats:

«Ma plus grande peur, c'est la façon dont notre gouvernement va répondre à cela. Plus d'érosion de la liberté au nom de la sécurité.»

Un peu moins de deux mois plus tard, le Patriot Act sera voté.

Slate.fr

Newsletters

Sur Wikipédia, les rédactrices sont victimes de harcèlement

Sur Wikipédia, les rédactrices sont victimes de harcèlement

Plusieurs contributrices ont déserté le site.

Le secret de Google pour réussir: piller les sites qu'il référence

Le secret de Google pour réussir: piller les sites qu'il référence

Le moteur de recherche publie allègrement leurs contenus et limite vos recherches à sa page.

La France se prépare à lutter contre les armes en 3D

La France se prépare à lutter contre les armes en 3D

Imprimées à domicile, elles sont intraçables et indétectables. Après les États-Unis, forces de l'ordre et industriels français s'emparent du sujet pour anticiper les dérives éventuelles.

Newsletters