Sports

US Open: le prix de revente des billets pour la finale s’est effondré après la défaite de Serena Williams

Temps de lecture : 2 min

Serena Williams lors de la demi-finale de l'US Open à New York, le 11 septembre 2015. REUTERS/Shannon Stapleton
Serena Williams lors de la demi-finale de l'US Open à New York, le 11 septembre 2015. REUTERS/Shannon Stapleton

Numéro 1 mondiale, l’Américaine Serena Williams a perdu en demi-finale de l’US Open face à l’Italienne Roberta Vinci, 43ème joueuse mondiale, qui disputait sa première demi-finale d’un tournoi du Grand Chelem. Une défaite surprise qui a eu des conséquences immédiates sur les prix de revente des billets pour la finale de l’US Open. Selon le site de vente en ligne TiqIQ, le prix moyen était de 1.412 dollars (1.245 euros) avant le match, et a rapidement chuté à partir du deuxième set de la demi-finale, pour tomber à 1.103 dollars (973 euros) juste après la fin et à 876 (772 euros) quelques minutes plus tard.

Le prix moyen de la revente tourne autour de 679 dollars (600 euros). Le prix du billet le moins cher, dont le prix était fixé à 271 dollars (240 euros) avant le début du match, a lui baissé jusqu'à 40 dollars (35 euros). La tête d'affiche Serena Williams et l'espoir du public de la voir en finale avaient permis au tournoi de vendre tous ses billets pour la finale du simple femmes avant ceux de la finale masculine pour la première fois de son histoire. Autre première dans l'histoire d'un tournoi du Grand Chelem, la finale opposera samedi Vinci à sa compatriote italienne Flavia Pennetta, 26ème mondiale.

Slate.fr

Newsletters

J'ai redécouvert le football en regardant la Coupe du monde des femmes

J'ai redécouvert le football en regardant la Coupe du monde des femmes

Avec elles, aucune interruption intempestive pendant les matchs pour cause de faute supposée ou d'animosité.

Les salaires des footballeurs se justifient mieux économiquement que ceux des PDG

Les salaires des footballeurs se justifient mieux économiquement que ceux des PDG

Les stars du ballon rond et les grands patrons gagnent presque les même salaires. Il est pourtant mieux vu de toucher 100 millions d'euros par an quand on est footballeur que quand on est PDG.

Non, les (vrais) alpinistes ne rêvent pas de l'Everest

Non, les (vrais) alpinistes ne rêvent pas de l'Everest

Les amoureux de la montagne et de ses sommets vertigineux abandonnent peu à peu l'ascension de l'Everest ou du Mont Blanc au profit de riches touristes, novices en la matière.

Newsletters