Culture

La dernière trilogie «Star Wars» était parfaite sur un point très précis

Temps de lecture : 2 min

George Lucas a imprégné les prequels de sa saga de plans parfaitement symétriques à la trilogie d’origine.

Demandez à n’importe quel fan de La Guerre des étoiles, son verdict sera sans appel: la seconde trilogie, réalisée par George Lucas entre 1999 et 2005, est une énorme déception pour qui a connu les premiers films. Les ordinateurs ont remplacé les effets spéciaux mécaniques, les nouveaux personnages comme Anakin Skywalker et Jar Jar Binks étaient irritants et ont échoué là où Han Solo et Chewbacca ont réussi a créer une relation quasi intime avec les fans.


Il suffit de voir l’émotion que les fans ont ressentie en regardant les deux loubards revenir dans la bande-annonce du prochain volet, pour comprendre que la saga originale surpassait en tout point les trois épisodes des années 2000.

Et pourtant, cette trilogie a parfaitement réussi sa mission sur un point très précis: la symétrie des images, qui proposent un écho permanent avec leurs prédécesseurs. Le site The Verge relaie justement une vidéo comparative réalisée le réalisateur Pablo Fernández Eyre. En juxtaposant plan par plan différentes séquences des six films, on se rendre qu’il existe des symétries parfaites, même vingt-cinq ans après. Par exemple, on voit Anakin passer devant un conseil de Jedis, ce qu’il reproduira une fois adulte, mais cette fois avec son conseil de guerre. On voit aussi Dark Vador mettre son masque dans la Guerre des clones, puis Luke lui retirer dans le Retour du Jedi.

«Cette vidéo renforce le concept de cycles temporels» qui existent tout tout l’univers Star Wars, explique The Verge avant d’ajouter que la seconde trilogie «partage le même amour et la même révérence pour la première trilogie que nous». Dommage que George Lucas n’ait pas «plus copié la trilogie originale pour ces préquels», conclut le site.

Slate.fr

Newsletters

L’Hyper France, ou le parc Astérix des hipsters

L’Hyper France, ou le parc Astérix des hipsters

En 2018, on distinguerait à peine, à première vue, la France hipster de celle de Jean Gabin ou d'un site identitaire. Comment fait-on du branché avec du tradi? Démonstration.

Il est temps de faire des excuses à Sinéad O'Connor

Il est temps de faire des excuses à Sinéad O'Connor

Dix ans avant que l'Amérique ne découvre l'horreur des scandales pédophiles au sein de son Église Catholique, elle humiliait la chanteuse et ruinait sa carrière pour avoir voulu les dénoncer.

Le voguing, grand absent de la série «Pose»

Le voguing, grand absent de la série «Pose»

En dépit de son succès critique, la série diffusée actuellement sur Canal+ passe à côté de son sujet.

Newsletters