Partager cet article

Après examen de nouvelles photos, Pluton, «c'est compliqué», dit la Nasa

Photo de Pluton prise le 14 juillet 2015, montre ce que vous verriez si vous étiez à environ 1.800 kilomètres au-dessus de la zone équatoriale de Pluton. NASA/Johns Hopkins University Applied Physics Laboratory/Southwest Research Institute

Photo de Pluton prise le 14 juillet 2015, montre ce que vous verriez si vous étiez à environ 1.800 kilomètres au-dessus de la zone équatoriale de Pluton. NASA/Johns Hopkins University Applied Physics Laboratory/Southwest Research Institute

La sonde New Horizons continue de livrer ses secrets de la planète naine, à commencer par son étonnant relief.

Lors de son survol historique en juillet 2015, New Horizons nous en avait déjà appris beaucoup sur Pluton (notamment sa taille définitive, 2.370 kilomètres).

Mais 95% des données collectées sont encore à bord. La sonde mettra au moins un an à envoyer toutes ses données vers la Terre. Une transmission à travers 5 milliards de kilomètres, au rythme de 1 à 4 kilobytes par seconde.

Le «coeur» de Pluton, cette région claire et brillante, est la plaine glacée Sputnik Planum. Crédits: NASA/Johns Hopkins University Applied Physics Laboratory/Southwest Research Institute

Bien plus lourds et de meilleure résolution que les premières photos compressées, ces nouveaux clichés communiqués par la Nasa ont mis plus de temps à nous parvenir.

Ces gros plans très détaillés (jusqu'à 400 mètres par pixel) donnent bien du fil à retordre aux scientifiques, qui titrent leur communiqué: «C'est compliqué».

Cette vue de 350 kilomètres de large illustre l'incroyable diversité des surface de la planète naine. Cette zone sombre d'anciens cratères est officieusement baptisée "Cthulhu". Credits: NASA/Johns Hopkins University Applied Physics Laboratory/Southwest Research Institute

On y découvre une étonnante variété de caractéristiques à la surface. Alan Stern, chercheur principal de la mission New Horizons, du Southwest Research Institute (SwRI) dans le Colorado:

«Pluton nous montre une diversité de reliefs et de la complexité de processus qui surpasse tout ce que nous avons vu dans le système solaire. Si un artiste avait réalisé cette image de Pluton avant notre survol, j'aurais probablement dit que c'était exagéré.»

Cette photo laisse voir une zone de 470 kilomètres de large d'une région accidentée près de Sputnik Planum. Crédits: NASA/Johns Hopkins University Applied Physics Laboratory/Southwest Research Institute

Une surface «aussi complexe que Mars»

Pluton serait parsemée de cratères, de glace d'azote, de régions montagneuses et de tout un réseau de vallées. «La surface de Pluton est tout aussi complexe que celle de Mars, dit Jeff Moore, le chef de l'équipe de géologie et géophysique de New Horizons. Ces montagnes enchevêtrées pourraient être de gros blocs de glace flottant dans un vaste et dense dépôt d'azote gelé dans la région de Sputnik Planum.» Il est même possible qu'il y ait des dunes sur Pluton, suggérant que du vent aurait soufflé afin de les former.

Une autre image révèle que la brume dans l'atmosphère de Pluton est bien plus épaisse que prévue. Elle recouvre la planète, créant un effet constant de crépuscule qui illumine doucement sa surface. 

Deux différentes versions de la brume recouvrant Pluton, à une distance de 770.000 kilomètres. Credits: NASA/Johns Hopkins University Applied Physics Laboratory/Southwest Research Institute

De nouvelles images des lunes de Pluton, Charon, Nix et Hydra, sont également attendues. En attendant, New Horizons continue tranquillement son voyage bien au-delà de la planète naine, vers un petit objet de la ceinture de Kuiper.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte