Partager cet article

Les bébés font bien la différence entre Skype et une émission télé

Un bébé qui skype | Lars Plougmannn via Flickr CC License by CC

Un bébé qui skype | Lars Plougmannn via Flickr CC License by CC

Les chercheurs en ont la confirmation: tous les moments d'écran ne se valent pas.

Les pédiatres déconseillent aux parents de laisser leurs enfants regarder des dessins animés avant l'âge de 2 ans. Mais ce conseil vaut pour le visionnage passif, pas pour les interactions avec des vrais gens via Skype ou Google Hangout. En effet, The Atlantic rapporte que selon plusieurs chercheurs, les bébés font bien la différence entre une émission télévisée et un dialogue avec un membre de leur famille via vidéo.

C'est pourquoi certains experts en pédiatrie considèrent que la notion de temps passé devant un écran n'est pas assez précise, étant donné toutes les différentes utilisations possibles des écrans, dont certaines sont interactives.

«Des bébés très jeunes sont capables de comprendre si un adulte leur répond en temps réel», explique Elisabeth McClure, une chercheuse en psychologie à Georgetown University.

Questionner leur perception

Des études ont montré que les bébés sont plus réconfortés par leurs mères via vidéo que s'ils entendent seulement leur voix, et que des chats vidéo peuvent aider les enfants à apprendre du vocabulaire. 

Observer des bébés qui regardent des écrans permet aussi de poser des questions sur leur perception de la réalité. Savent-ils que l'image de la grand-mère qu'ils voient sur Skype est vraiment leur grand-mère?

Qui vit dans l'écran?

Georgene Troseth, une chercheuse en psychologie, a fait des études qui montrent qu'à 2 ans, les enfants sont capables de se rendre compte que ce qu'ils voient à la télévision n'est pas réel car les images ne sont pas connectées à leur environnement. Mais la perception est différente lorsque la personne sur l'écran communique directement avec eux.

Pour sa thèse, Elisabeth McClure a observé et interviewé plusieurs familles de la région de Washington aux États-Unis, et elle a documenté de nombreuses interactions entre enfants et adultes à travers l'écran. Certains bébés essayaient notamment de nourrir leurs grands-parents. Au départ, les petits pensent que leur interlocuteur «vit» dans l'écran, mais cette confusion n'est pas problématique dans la mesure où l'interaction est réelle. 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte