Partager cet article

L’étrange percée de «l’économie des sirènes» aux Etats-Unis

Une parade du 4 juillet à Cape Cod, Massachusetts. REUTERS/Mike Segar.

Une parade du 4 juillet à Cape Cod, Massachusetts. REUTERS/Mike Segar.

Le site Fast Company nous propose une plongée passionnante dans le monde des sirènes professionnelles, un métier qui se pratique dans des bars à thème disposant d’un aquarium géant dans leur salle. L’une d’elles, Rachel Smith, sirène à temps plein dans un bar de Sacramento, le Dive bar (un jeu de mot entre «dive», plongée, et l’expression «dive bar», qui désigne un tripot, un bar mal famé), témoigne des difficultés du métier. Ses jambes sont évidemment coincées sous sa queue de poisson, elle doit effectuer des mouvements sous l’eau tout en ayant l’air détendue et gracieuse et entre fréquemment en collision avec les poissons qui évoluent librement sur son lieu de travail.

Elles seraient mille aux Etats-Unis à exercer cette profession, qui n’a rien à voir avec du strip-tease sous-marin, précise l’article. Outre les bars spécialisés à thème subaquatique, les sirènes peuvent faire des cachets lors d’anniversaires d’enfants, de mariages ou de performances diverses. L’une des sirènes interrogées a ainsi travaillé pour Jessica Alba ou Justin Timberlake lors de soirées privées. A l’instar des pères Noël, les sirènes doivent conserver leur identité fictive, et tout comme les premiers n’ôtent jamais leur barbe, les secondes ne se présentent jamais sans leur queue de poisson devant les enfants.

 

Mermaid Rachel blowing bubble kisses to her new friends at the Pirate Festival!

Une photo publiée par DiveBarMermaids (@divebarmermaids) le


Le phénomène est déjà suffisamment étrange par lui-même, mais l’article va plus loin et nous dévoile toute une «économie de la sirène», un marché qui serait en pleine expansion. Des sociétés fabriquent des queues de poissons pour enfants et adultes, et l’un des leaders du marché en commercialiserait 50.000 par mois. Il existe même des «écoles de sirènes» où on apprend à nager avec une queue de poisson. Et bien entendu, des chaînes YouTube avec leurs YouTubeuses stars sont consacrées au style de vie sirène.

Bien avant le succès du dessin animé de Disney La Petite sirène, les Américains ont été fascinés par ces êtres mythiques et des interventions de sirènes avaient déjà lieu dans les années 1950. A partir de 2012, des célébrités comme Katy Perry ou Lady Gaga ont intégré l’esthétique sirène à leurs univers, sans parler du désarçonnant mouvement culturel underground qui s’est développé en parallèle, le «seapunk» ou littéralement «punk aquatique». Un courant artistique à la fois vestimentaire, graphique et musical inspiré autant par les images de synthèses rétrofuturistes kitsch des années 1990 que par Le monde du silence du commandant Cousteau...

 

B:/ Shut Down/Depression #leanified #sadgirls2001 #vaporwave #seapunk

Une photo publiée par ビクトリア | 16 | PL (@sadgirl.exe) le

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte