Partager cet article

Être ami avec son conjoint sur Facebook, c'est vraiment (trop) compliqué

Le couple et Facebook | François Lamotte via Flickr CC License by CC

Le couple et Facebook | François Lamotte via Flickr CC License by CC

Un conseil: retirez-le (ou la) de vos amis tout de suite!

Être ami(e) sur Facebook/Twitter/Instagram/Snapchat (rayez les mentions inutiles) avec votre amoureux ou amoureuse ne fait pas partie des obligations à respecter quand on est en couple. Du moins, si vous voulez que votre relation marche. C'est en tout cas la thèse du psychothérapeute américain Ian Kerner, dont l'étude est reprise par le Daily Dot

Selon lui, la présence de votre conjoint(e) dans vos timelines favorise la jalousie, l'incompréhension, et donc le ressentiment. Qui ne s'est jamais senti vexé en voyant que son/sa partenaire ne venait pas lui parler alors qu'il/elle était ouvertement connecté(e) sur Facebook? Qui n'a jamais eu la sensation de ne pas le/la reconnaître sur les réseaux sociaux à cause du ton d'un post ou d'une photo avec des amis que l'on n'apprécie pas?

Se reconnecter à un vrai tête-à-tête

Facebook est une sorte de documentation de votre personnalité idéalisée, mais aussi de votre passé. Ian Kerner rapporte les propos d'une jeune Américaine de 27 ans qui confie avoir eu un sentiment de malaise en voyant tous les anciens messages d'une ex-copine de son petit ami.

Ces petits conflits peuvent carrément tourner au grotesque. Le Daily Post rapporte ainsi le témoignage de Mona qui s'énerve contre son petit ami car il n'a pas liké la photo de sa nouvelle coupe de cheveux sur Instagram. 

Dans le cadre des thérapies de couple, Ian Kerner préconise, d'une part, de supprimer son/sa partenaire de ses réseaux, et, d'autre part, d'être davantage déconnectés des nouvelles technologies dans les moments passés à deux. Selon ses observations, rivés chacun sur leur écran, les partenaires qui le consultent n'ont plus de véritable conversation en tête-à-tête. Ian Kerner assure avoir lui-même renoncé à être ami avec sa compagne sur Facebook. 

«Je ne voulais pas du tout de ces données supplémentaires sur sa vie, explique-t-il. S'il y a bien quelque chose que je voulais, c'est moins d'information. Je voulais du mystère et de l'imprévisible.»

Surveillance numérique

L'ère des réseaux sociaux signerait-elle la mort du romantisme? La question est complexe, surtout chez les jeunes gens, qui se rencontrent de plus en plus via ces mêmes réseaux et autres applications. D'après une étude du Pew Research Center, 41% des 18-34 ans, en couple des manière sérieuse, estiment que le fait de chatter avec leur copain/copine en ligne «les a rapprochés»

Le tout est sans doute de bien placer le curseur car, comme le rappelle le Daily Mail, des recherches ont déjà révélé les conséquences très concrètes que peuvent avoir une proximité exacerbée par les moyens de communication. Dans une étude commandée par Samsung, réalisée fin janvier 2015, 40% des Britanniques interrogés affirmaient connaître le mot de passe de la boîte mail de leur partenaire. 4 sur des 10 des personnes sondées fouillaient régulièrement le portable de leur partenaire et et 6 sur 10 de ses personnes découvraient un adultère. 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte