Partager cet article

Faire travailler les gens avant 10h, c'est de la «torture», disent les experts

Réveil | Francis Bourgouin via Flickr CC License by

Réveil | Francis Bourgouin via Flickr CC License by

Selon Dr Paul Kelley de l'université d'Oxford, notre corps est réglé sur un cycle qui ne peut être changé.

Forcer les gens à travailler avant 10 h s'apparente à de la torture et rend les employés malades, épuisés et stressés, affirme le Dr. Kelley, de l'université d'Oxford.

Avant l'âge de 55 ans, le rythme circadien des adultes n'est pas du tout en adéquation avec les horaires traditionnels de travail, de 9h à 17h. En nous obligeant à le suivre, cela a des conséquences sur nos performance, notre humeur et notre santé mentale.

Même chose pour les enfants: plusieurs expériences ont montré qu'ils n'arrivent pas à se concentrer correctement sur leur travail avant 8h30. À l'adolescence, le besoin de sommeil devient encore plus important. Un jeune de 16 ans devrait commencer à 10h pour obtenir les meilleurs résultats et un étudiant à 11h. 

«Une société en manque de sommeil»

Lorsqu'il était directeur du collège Monkseaton, en Angleterre, le Dr Kelley a pu vérifier ses hypothèses. Il faisait commencer les cours à 10h du matin, plutôt qu'à 8h30. Résultat: les notes des élèves ont augmenté de 19%. Une étude de grande ampleur sur 30.000 étudiants est en train d'être menée pour confirmer ces résultats.

«La privation de sommeil est une torture», a-t-il déclaré au British Science Festival, à Bradford:

«Nous vivons dans une société en manque de sommeil. C'est extrêmement préjudiciable pour l'organisme, vous affectez vos systèmes physiques et émotionnels. Votre foie et votre cœur vivent à un certain rythme et vous les privez des deux ou trois heures de repos dont ils ont besoin. (...) Vous ne pouvez pas modifier votre rythme de 24 heures. Vous ne pouvez pas apprendre à vous lever à une certaine heure. Votre corps est réglé sur le soleil et vous n'en êtes pas conscient car cela dépend de votre hypothalamus.»

Cancer colorectal, cancer du sein, risque d'obésité, risque d'AVC, perte de masse cérébrale, plus grande émotivité, plus de risque d'attraper un rhume... Les études sur le sommeil ont largement prouvé à quel point le manque de sommeil pouvait être un danger pour le corps.

Le Dr Kelley considère ces résultats avec optimisme:

«Juste en décalant un horaire, vous pouvez améliorer la qualité de vie. Nous avons l'opportunité de faire quelque chose qui bénéficierait à des millions de personnes sur Terre.»

Vous devez être membre de Slate+ et connecté pour pouvoir commenter.
Pour devenir membre ou vous connecter, rendez-vous sur Slate+.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte