Partager cet article

Vos empreintes digitales révéleront bientôt tous vos petits secrets

Empreintes digitales prises pars William Herschel vers 1859/60 / William James Herschel via Wikimedia License by

Empreintes digitales prises pars William Herschel vers 1859/60 / William James Herschel via Wikimedia License by

Drogues, tabac, sexe, et même explosifs... une simple empreinte digitale suffit désormais à collecter un grand nombre d'informations sur vous.

L’apport des empreintes digitales dans les enquêtes policières a été énorme. Grâce à elles, on peut prouver par exemple qu’une personne, dont les empreintes sont déjà connues, était présente sur le lieu d’un crime. 

Et pourtant, de nombreuses entreprises et chercheurs veulent aller plus loin et tentent de perfectionner notre usage de ces empreintes. En 2007 par exemple, Live Science évoquait déjà un système de «photographie chimique» qui affirmait pouvoir détecter le sexe, l’origine ethnique et même le régime alimentaire du propriétaire des empreintes analysées. Depuis, des chercheurs viennent régulièrement proposer de nouvelles techniques, mais aucune ne s'est encore imposée.

Sexe, drogues... et explosifs

Aujourd’hui, on apprend que nos empreintes livrent bien plus d’informations qu’on ne le pensait. Le site Popular Mechanics explique que l’équipe du shérif du comté de Guilford, en Caroline du Nord aux États-Unis, est actuellement en train de tester une nouvelle technologie afin d'obtenir des données supplémentaires. Cette technologie créée par l’entreprise ArroGen et appelée FMID (Fingerprint Molecular Identification) utilise une poudre contenant des particules submicroniques [de taille inférieure à un micron, ndlr] qui s’accrochent aux aminés et aux acides gras des résidus d’empreintes lorsqu'on en saupoudre dessus.

La détection des drogues pourra remplacer les tests qui jusque-là reposaient sur l’analyse de l’urine ou des cheveux

Une fois relevée et analysée en laboratoire, les inspecteurs sont capables de connaître «le sexe de la personne, raconte le site, mais aussi si elle a consommé de la drogue comme de la cocaïne, de la marijuana, de l’héroïne ou de la méthamphétamine, si elle mâche de la nicotine, si elle fume, ou même si elle a touché une arme ou des explosifs». Des informations évidemment très utiles quand il s’agit de déterminer le profil du meurtrier et de rassembler des preuves à son encontre. L’entreprise qui produit ce procédé affirme par ailleurs que sa technique marche pour des empreintes vieilles d’un mois.

Des tests sans autorisation

Et selon elle, les applications du FMID sont infinies. La détection des drogues pourra remplacer les tests qui jusque-là reposaient sur l’analyse de l’urine ou des cheveux, et les aéroports pourront tester le personnel de bord et les passagers pour savoir s’ils ont été en contact avec des explosifs.

Bien sûr, Popular Mechanics rappelle la faille de cette nouvelle technologie: pas besoin d’autorisation pour mener ces tests. À partir de rien ou presque, les enquêteurs peuvent en apprendre énormément sur ce que contient notre corps, et ce sans demander votre accord. Le FMID, aussi utile soit-il pour les forces de police, devrait être vite contesté par les associations de défense des libertés individuelles. 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte