Sports

[VIDÉO] L'ace qui a peut-être sauvé le Grand Chelem de Serena Williams

Temps de lecture : 2 min

L'Américaine n'est plus qu'à deux matchs du titre qui lui permettrait de rejoindre Steffi Graf.

Serena Williams a dû lutter, mais la numéro un mondiale n'est désormais plus qu'à deux matchs du premier Grand Chelem pour une joueuse de tennis depuis celui de Steffi Graf, en 1988. L'Américaine s'est imposée dans la nuit du mardi 8 au mercredi 9 septembre en trois sets (6-2, 1-6, 6-3) face à sa sœur, Venus, en quarts de finale de l'US Open.

Après un deuxième set très compliqué, Serena Williams servait en début de troisième manche et alors qu'elle menait 30-15, a concédé une double-faute, permettant à Venus de revenir à 30-30, raconte Jeremy Stahl sur Slate.com.

«Mais une Serena qui n'avait peur de rien a claqué un ace à 160 km/h pour mener 40-30, et a laissé échapper un cri de soulagement inhabituel chez elle (les matchs entre les deux sœurs sont généralement très sobres). Elle a ensuite terminé le jeu avec un autre ace.

À la fin du match, Serena a expliqué avoir été soulagé d'avoir réussi à s'accrocher dans ce jeu crucial. “Garder mon service dans le troisième set était la seule chose à laquelle j'arrivais à penser”

La sœur cadette des Williams affrontera en demi-finale l'Italienne Roberta Vinci, tombeuse de la Française Kristina Mladenovic en trois sets (6-3, 5-7, 6-4).

Slate.fr

Newsletters

J'ai redécouvert le football en regardant la Coupe du monde des femmes

J'ai redécouvert le football en regardant la Coupe du monde des femmes

Avec elles, aucune interruption intempestive pendant les matchs pour cause de faute supposée ou d'animosité.

Les salaires des footballeurs se justifient mieux économiquement que ceux des PDG

Les salaires des footballeurs se justifient mieux économiquement que ceux des PDG

Les stars du ballon rond et les grands patrons gagnent presque les même salaires. Il est pourtant mieux vu de toucher 100 millions d'euros par an quand on est footballeur que quand on est PDG.

Non, les (vrais) alpinistes ne rêvent pas de l'Everest

Non, les (vrais) alpinistes ne rêvent pas de l'Everest

Les amoureux de la montagne et de ses sommets vertigineux abandonnent peu à peu l'ascension de l'Everest ou du Mont Blanc au profit de riches touristes, novices en la matière.

Newsletters