Les néo-nazis allemands veulent expulser les étrangers

Slate.fr, mis à jour le 23.09.2009 à 9 h 24

Les mouvements d'extrême droite allemands sont dans le collimateur de la justice de leur pays pour incitation à la haine raciale, selon l'hedomadaire Der Spiegel. Le Parti National Démocratique (NPD) aurait envoyé à plusieurs responsables politiques d'origine étrangère de faux «avis de déportation», les invitant à chercher rapidement un travail dans leur pays d'origine avant d'être expulsés. C'est le dernier épîsode d'une série de coups d'éclat à l'approche des élections de cette formation néo-nazie.

«Les étrangers vont être raccompagnés pas à pas hors d'Allemagne», détaille la missive. Les cadres du NPD ont reconnu avoir envoyé ces documents, et leur chef berlinois Jörg Hähnel est actuellement mis en examen par le procureur général de la capitale. L'organisation d'extrême droite a produit divers documents sous l'entête «Commission pour l'expulsion des étrangers».

Le partit nationaliste semble faire de tout bois pour attirer l'attention du public et faire scandale à l'approch des élections fédérales qui doivent débuter le 27 septembre prochain. Les sondages d'opinion ne créditent pas les nationalistes des 5% nécessaires à l'obtention d'un siège à la chambre basse du Bundestag. Le NPD est cependant parvenu a faire réélire de justesse un représentant dans l'Est de Saxe.

La formation néo-nazie espère drainer des voix en se créant une publicité à coup d'esclandres. Après avoir traité le joueur de football d'origine turque Mezut Özil «d'allemand en plastique», la justice a invalidé un nouveau slogan de campagne invitant les électeurs à «stopper l'invasion par les urnes».

Le gouvernement fédéral allemand tente sans succès et depuis des mois de dissoudre ce parti politique en raison de l'inconstitutionnalité de ses accointances nazies. Mais la cour fédérale a rejeté jusqu'à présentt touytes les demandes au motif que plusieurs cadres officient dans les services de renseignement, et ne peuvent donc pas être jugés ni témoigner. Selon ces mêmes services de renseignement l'organisation néo-nazie compterait environ 7 000 membres actifs, «promoteurs d'idée xénophobes, racistes et tendant à rendre sympathique le national socialisme et à réécrire l'histoire de l'Allemagne hitlérienne».

[Lire l'article complet sur Der Spiegel.com]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de Une: un jeune néo-nazi aux USA/wikimédiaCommons

Slate.fr
Slate.fr (9124 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte