Sciences

Anti-venin: la pénurie est imminente

Temps de lecture : 2 min

Le monde est à court d'un des traitements les plus efficaces de morsures de serpent.

Crotalus atrox, ou crotale du Texas, est très venimeux | Gregory "Slobirdr" Smith via Flickr CC License by
Crotalus atrox, ou crotale du Texas, est très venimeux | Gregory "Slobirdr" Smith via Flickr CC License by

«Les morsures de serpent tuent massivement mais restent pourtant l'une des crises de santé publique les plus négligées par les acteurs mondiaux de la santé», peut-on lire sur le site de Médecins Sans Frontières (MSF). Chaque année, près de 5 millions de personnes sont mordues par un serpent, 100.000 d'entre elles en meurent et plusieurs centaines de milliers souffrent d'amputations ou de handicaps.

Pourtant, l'un des traitements les plus efficaces contre le venin est sur le point de disparaître, annonce l'ONG dans son communiqué. Les derniers stocks de «FAV-Afrique», antivenin produit par Sanofi Pasteur, périment en juin 2016. L'entreprise a cessé d'en fabriquer l'an dernier pour se concentrer sur un traitement contre le rage, le MCHmaking.

Moins chers et moins efficaces

Pourquoi? Ils ont été chassé du marché par des concurrents vendant des médicaments moins chers. Moins chers et moins efficaces. Le temps qu'un autre antivenin vienne le remplacer, il faudra probablement attendre deux ans.

«C'est très étrange que les parties prenantes ne se rendent compte de ce problème seulement cinq ans plus tard», s'étonne le porte-parole de Sanofi Alain Bernal dans le Guardian. Il ajoute que la compagnie avait offert de transférer sa technologie anti-venin à d'autres entreprises.

En Afrique subsaharienne en particulier, où intervient MSF, les morsures font 300 à 400 victimes par an à Paoua, en République centrafricaine et plus de 300 personnes à Agok, au Soudan du Sud en 2014. La plupart sont des enfants.

Slate.fr

Newsletters

Limiter la vitesse des navires n'a que des avantages

Limiter la vitesse des navires n'a que des avantages

Autant pour les humains que pour la planète que pour les animaux marins.

Comment un virus venu de l’Atlantique a réussi à infecter des mammifères du Pacifique

Comment un virus venu de l’Atlantique a réussi à infecter des mammifères du Pacifique

La fonte des glaces pourrait encourager la diffusion de virus.

Les chats nous aiment, c'est une étude qui le dit

Les chats nous aiment, c'est une étude qui le dit

Ces félins ne vous voient pas seulement comme des fournisseurs de croquettes.

Newsletters