Partager cet article

«Je pleure souvent. Je me répète qu’il reviendra»

Saudade, de José Ferraz de Almeida Júnior, 1899,  via Wikipedia, License CC

Saudade, de José Ferraz de Almeida Júnior, 1899, via Wikipedia, License CC

Cette semaine, Lucile conseille une femme qui a entamé une relation compliquée sur son lieu de travail

«C'est compliqué» est une sorte de courrier du cœur moderne dans lequel vous racontez vos histoires –dans toute leur complexité– et où une chroniqueuse vous répond. Cette chroniqueuse, c'est Lucile Bellan. Elle est journaliste: ni psy, ni médecin, ni gourou. Elle avait simplement envie de parler de vos problèmes.

Si vous voulez lui envoyer vos histoires, vous pouvez écrire à cette adresse: [email protected]

Pour retrouver les chroniques précédentes

Il est arrivé dans la PME où je travaille il y a un peu moins d’un an. Je l’avais déjà croisé dans notre salle de repos en me disant qu’il était vraiment pas mal, mais ce n’est que lors d’une soirée organisée par la boite que nous avons vraiment fait connaissance.

Je ne pensais pas que ça irait plus loin. Mais à ma grande surprise il a pris contact avec moi, d’abord via facebook puis par téléphone.

Nous avons discuté et flirté pendant deux mois avant que l’on ne réussisse à se revoir: nos emplois respectifs nous envoient souvent en déplacement.

Nous nous retrouvons autour d’un verre, et le courant passe vraiment entre nous. On rigole bien et on a plein de points communs.

Notre histoire se complique quand je pars en déplacement une semaine à l’étranger avec une de mes collègues. Elle apprend qu’il se passe quelque chose entre lui et moi et fait une grosse crise de jalousie car elle est persuadée qu’il se passe quelque chose entre eux aussi.

En attendant de tirer cette histoire au clair, je décide de ne plus avoir de contact avec lui jusqu’a mon retour en France. Il ne comprend pas, me supplie de lui parler, de lui laisser une chance car c’est un type bien.

À mon retour nous nous expliquons, ma collègue s’est fait des films, il n a d’yeux que pour moi. Nous nous retrouvons au restaurant et il m’embrasse enfin. Le lendemain nous profitons du beau temps pour une journée au parc tous les deux. Je me sens tellement bien avec lui.

Nous décidons de garder notre histoire secrète jusqu’à ce que son service déménage. Les rumeurs vont vite dans notre boîte et ma collègue raconte que nous sommes ensemble. Il ne supporte pas la rumeur mais fait avec.

Tout se passe bien pendant un mois, on arrive à jongler avec nos emplois du temps, il vient chez moi même quand il termine tard ou quand il est fatigué. On discute tous les jours. Il me dit que je suis belle, qu’il est bien avec moi, et c’est réciproque, quand je reviens d’une semaine de vacances, je lui ai manqué... Bref, je suis amoureuse.

Et puis c’est le drame, sa soeur ne va pas bien du tout alors il passe tout son temps avec elle pour la soutenir, ce que je comprends et accepte. Et puis son travail lui prend aussi du temps, il travaille parfois jusque tard… on ne se voit pas pendant une semaine, mais pour moi ce n’est pas grave.

Arrive la phrase choc : je sais que j’ai beaucoup de choses a me faire pardonner, il faut qu’on parle...

Je panique complètement!

On se retrouve chez moi un vendredi après le travail. En arrivant il me serre dans ses bras, je sens que je ne vais pas aimer cette conversation...

Il me dit que ce n’est plus possible, qu’il ne supporte plus les rumeurs au travail, qu’il est mal à l’aise quand on se croise à la salle de repos. Il ne veut toujours rien officialiser avec moi car nos patrons n’approuvent pas les relations entre collègues.

Et il veut surtout donner la priorité à son travail. Il s’en veut d’y passer autant de temps mais il est heureux de le faire et d’être souvent en déplacement… je lui dis que cela ne me dérange pas.

Il ajoute qu’entre son travail et sa soeur, il n a pas de temps pour moi et ça le dérange. Il avoue aussi ne pas faire d’efforts pour me voir.

Il me dit encore qu’il était bien avec moi et que je suis une fille bien.

Le pire c'est quand il précise qu’il est certain à 99% de faire une erreur en me quittant, que sa décision est purement égoïste. Il rajoute qu’il reviendra sans doute vers moi quand son service aura déménagé et qu’il aura moins de travail, mais il ne veut pas que je l’attende pour autant.

Il part en me serrant dans ses bras et en me disant qu’il veut qu’on reste en contact.

Cela fait 3 semaines et je suis perdue. Je pleure souvent. Je me répète qu’il reviendra.  J’espère que je lui manque un peu. Je désespère de le croiser au travail.

Je lui ai fait confiance et maintenant j’ai le coeur en miettes. Je n’arrive pas à passer à autre chose, dès qu’il m’écris je suis aux anges et a contrario au fond du gouffre quand il  ne me répond pas....

Je ne sais plus quoi faire, ni quoi penser, reviendra t-il?

Heidi

Chère Heidi,

Malgré le très distingué adage «no zob in job», une quantité incroyable de couples se forment sur le lieu de travail (10%, selon une étude effectuée en France entre 1984 et 2006). Et c’est une évidence finalement: de la facilité à trouver un sujet de conversation à des objectifs et intérêts communs, le travail peut tout à fait être le théâtre de rapprochement. Votre problème n’est donc pas tellement le fait que vous ayez rencontré quelqu’un sur votre lieu de travail mais bien la personne à qui vous avez fait confiance.

Ça va peut-être vous sembler cruel, mais j’ai presque envie de vous souhaiter qu’il ne revienne pas

Ça va peut-être vous sembler cruel, mais j’ai presque envie de vous souhaiter qu’il ne revienne pas. Parce qu’un homme qui vous place bien en dessous de toutes ses préoccupations et ambitions personnelles, un homme qui estime que votre relation ne vaut pas assez pour braver les bruits de couloir, ne vous mérite pas. Si, pour lui, avoir une relation dans son cadre de travail est réellement inenvisageable, alors il est inadmissible qu’il s’engage auprès de vous, ou qu’il joue d’un comportement ambigu avec une autre de vos collègues. Son attitude à votre égard n’est ni claire, ni franche. L’amour ne se programme pas, ne se commande pas comme un plat au restaurant. S’il était vraiment tombé amoureux de vous, et non pas juste conscient de vos qualités physiques et morales, il aurait fait une place à cet amour dans sa vie. C’est ce que nous faisons tous. Nous bousculons nos habitudes, nous trouvons de l’espace, petit ou grand, au germe d’une relation qu’on espère vivre sur le long terme. Ça commence par l’esprit, l’emploi du temps, le lit, le verre à brosses à dents dans la salle de bain. Et ce n’est pas un sacrifice, plutôt une évidence. Ces étapes ne souffrent pas d’excuses, elles s’imposent d’elles-mêmes.

Aujourd’hui comme demain, il n’a aucune excuse pour un comportement aussi égoïste et destructeur. Au moindre signe de sa part, êtes-vous prête à lui pardonner les souffrances qu’il vous cause? Vous valez mieux que ça, Heidi. Vous valez plus qu’une attente peut-être stérile, la concession de votre temps et votre bonheur. De son propre aveu, il ne se soucie pas de vous… faites-vous la faveur de lui retourner la politesse. Cela prendra certainement un peu de temps, et il y a aura probablement des tentations, mais rappelez vous de ces quelques mots d’une inconnue: vous valez mieux que ça.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte