Sciences

Un nouveau Stonehenge découvert trois kilomètres plus loin

Temps de lecture : 2 min

Des chercheurs ont découverts une centaine de blocs enfouis dans le sol tout près du site principal.

Stonehenge, monument mégalithique érigé au Néolithique en Angleterre. | j.e.mcgowan via Flickr CC License by

Des archéologues ont découvert les restes d'un monument, enfoui environ un mètre sous terre, à seulement quelques kilomètres du site historique de Stonehenge, au Royaume-Uni. Grâce à un radar, ils ont détecté la présence d'une trentaine de pierres intactes, mesurant jusqu'à 4,5 mètres de hauteur, et les fragments d'une soixantaine d'autres.

Disposées ainsi il y a environ 4.500 ans, ces 90 énormes pierres formaient une «arène néolithique en forme de C, qui bordait une vallée et faisait face à la rivière Avon», décrit le Guardian. Il se situe près du Durrington Walls, une grande enceinte néolithique, vraisemblablement complémentaire avec le site de Stonehenge, où des fouilles sont encore en cours.

Une « sorte d'arène rituelle»

«Ce que nous commençons à découvrir, c'est le plus grand monument de pierre préservé sous un talus qui n'ait jamais été découvert en Grande-Bretagne et peut-être même en Europe», se réjouit Vincent Gaffney, professeur à l'université de Bradford et archéologue en charge des recherches.

Que penser de ce nouveau site? «Nous présumons qu'il s'agit d'une sorte d'arène rituelle», avance-t-il. Les pierres semblent aujourd'hui allongées, mais elles devaient se tenir debout, à l'origine. Elles auraient été délibérément enterrées, suppose The Independent: «C'est un exemple dramatique de comment un site passe d'une religion à une autre.»

Slate.fr

Newsletters

On a enfin trouvé la technique pour casser un spaghetti en deux

On a enfin trouvé la technique pour casser un spaghetti en deux

Et pas en trois, ni en quatre. C'est important.

«Une telle histoire est-elle classique dans le milieu des sexfriends?»

«Une telle histoire est-elle classique dans le milieu des sexfriends?»

[C'est compliqué] Cette semaine, Lucile conseille Y., une jeune femme qui s'interroge sur la véritable nature de la relation qu'elle vit avec son sexfriend.

«Cette histoire de statues, ça me permet de vivre encore plus de sexe dans ma vie»

«Cette histoire de statues, ça me permet de vivre encore plus de sexe dans ma vie»

Ruth aime les statues, mais plus que vous l'imaginez. Le type d'attirance qu'elle ressent s'appelle du pygmalionisme (ou de l'agalmatophilie, au choix).

Newsletters