Partager cet article

Un test inédit permet de déterminer l'âge biologique de notre corps

MC_140705_7843_TS / Maurizio Costanzo via Flickr CC License By

MC_140705_7843_TS / Maurizio Costanzo via Flickr CC License By

L'examen inventé par un groupe de chercheurs anglais définit notamment notre probabilité de mourir à court terme.

Une équipe de chercheurs du King’s College de Londres a mis en place un test sanguin pour déterminer «l’âge biologique» de notre corps, relate un article de la BBC. Il s’agit d’observer des marqueurs d’activité génétique, au sein d’une population d’individus sédentaires et en bonne santé, pour en déduire la façon dont ces individus vieilliront.

Ce test, plus que la date de naissance d’un patient, permettrait de se livrer à des pronostics sur la probabilité d’être atteint de maladies dans les prochaines années. Il pourrait ainsi alerter les patients afin qu’ils surveillent l’apparition d’un cancer ou de maladies neuro-dégénératives. Les chercheurs ont démontré la fiabilité de leur test sur un groupe d’hommes suédois de 70 ans: à partir de leurs analyses, ils ont pu déterminer lesquels n’avaient aucune probabilité de mourir à court terme, et lesquels avaient 45% de probabilité d’être mort dans les prochaines années. L'examen pourrait aussi être utilisé pour déterminer l'âge biologique d'un organe et savoir s'il peut être transplanté.

Un impact sur les retraites

À ce stade, l’idée d’un diagnostic avancé de nos probabilités de mourir prématurément rappelle curieusement le scénario du film Le Tout Nouveau Testament, une comédie loufoque actuellement en salles dans laquelle Benoît Poelvoorde incarne Dieu et réside à Bruxelles. Pour mettre fin à son pouvoir, sa fille décide de publier les dates de décès de tous les êtres humains sur Internet... Ce «leaks» géant sème bien sûr la pagaille et remet en cause les projets de vie des uns et des autres.


L’article de la BBC sur le test d’âge biologique souligne que d’une manière similaire, un tel test pourrait avoir des conséquences sur le système de retraites et sur les comportements des patients: certains pourraient décider de ne pas verser d’argent pour leur retraite et de profiter à la place du temps probable qu’il leur reste à vivre.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte