Partager cet article

Comment les religions sont redevenues des «idéologies meurtrières»

Détail de «L'entrée des croisés dans Constantinople» d'Eugène Delacroix (1840).

Détail de «L'entrée des croisés dans Constantinople» d'Eugène Delacroix (1840).

Dans les années 1960-1970, Dieu était mort et enterré, sans fleurs, ni couronnes. Un siècle après Marx, Nietzsche, Freud et les «maîtres du soupçon», les philosophes prophètes de la «mort de Dieu» annonçaient une nouvelle ère post-religieuse, un progrès inéluctable de la raison scientifique et technique, une laïcisation définitive des mœurs, des idées, de la politique.

Mais Dieu avait été simplement refoulé. Il ne demandait qu’à prendre sa revanche. Et de la pire des manières. Au XXIe siècle, les religions sont redevenues ces «idéologies meurtrières» que connaît bien Elie Barnavi, spécialiste israélien des guerres de religions européennes.

Dans les pays arabes, les rêves de liberté et de démocratie ont sombré dans le terrorisme islamiste le plus barbare. En réseau ou isolés, de jeunes djihadistes puisent dans la lettre du Coran une irrépressible haine de soi et des autres. Dans les territoires palestiniens occupés, une idéologie «messianique» pervertie conduit des juifs ultra-orthodoxes aux pires actes de violence. Aux Etats-Unis et en Europe, enfin, des groupes fondamentalistes protestants et des catholiques intégristes surprennent par leur fascination pour la violence –pas seulement verbale– dans les combats contre l‘avortement et contre l’homosexualité.     

Le plus souvent réduites –très injustement– à leurs expressions fanatiques, les religions «monothéistes», improprement appelées «religions du Livre», à distinguer de l’hindouisme et du bouddhisme qui ont aussi leurs extrémistes, sont réunies sur le même banc d’infamie. Nous proposons donc, dans une série de trois articles, un regard sur leur histoire et leurs écritures «saintes». On verra que si le «sacré» a toujours produit de la violence, de tout temps aussi, l’homme a instrumentalisé le «sacré» pour justifier et légitimer sa propre violence. Les «guerres saintes» n’ont jamais eu d’autre but que de mobiliser les ressources spirituelles pour une prétendue noble cause. Gott mit uns (Dieu avec nous) proclamaient les ceinturons des militaires nazis, alors même que l’idéologie nazie était fondamentalement athée.

Parce que le nom de Dieu est porté à l’absolu pour combler des frustrations politiques, identitaires ou pour justifier un projet totalitaire, les textes sacrés comme la Bible hébraïque et chrétienne ou le Coran sont devenus le prétexte à des crimes parmi les plus grands de l’histoire de l’humanité. Et la question se pose dans les termes suivants: est-ce que ce sont les «religions meurtrières» qui sèment les germes de violence par des «vérités» transformées en dogmatismes? Ou est-ce que ce sont les hommes qui se fabriquent leur propre image de Dieu et prennent prétexte de son nom pour justifier leur propre violence, leur propre fanatisme? La réponse se trouve largement écrite dans le passé et les textes de référence des trois grandes religions monothéistes.

Lundi 7 septembre: Judaïsme: le Dieu jaloux et vengeur de la Bible
Mercredi 9 septembre: Christianisme: Jésus pacifiste et religion persécutrice
Jeudi 10 septembre: Islam: une histoire de désert et de sang

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte