Partager cet article

«Le jeune de banlieue», cet être «aussi réaliste qu'une licorne»

Clichés, voile, délinquance, situation sociale, antisémitisme... «Les Jeunes de banlieue mangent-ils les enfants?», l'essai de Thomas Guénolé qui paraît ce mardi 22 septembre, examine les principales questions soulevées dès qu'il est question du fameux «jeune de banlieue». Et tente de réhabiliter cette jeunesse urbaine qui effraie tant la population. Slate en livre quelques bonnes feuilles.

Politologue et contributeur à Slate.fr, Thomas Guénolé publie le 22 septembre Les Jeunes de banlieue mangent-ils les enfants? (édition du Bord de l'Eau), un essai qui s'attaque aux préjugés et stéréotypes négatifs dont font l'objet les jeunes Français, principalement d'origine maghrébine et africaine, qui vivent dans ces quartiers délaissés et font l'objet de discriminations courantes, une réalité qui éclaté au visage de la société française d'après-Charlie.

Nous publions les «bonnes feuilles» du livre: clichés, islam et voile, jeunes et délinquance, situation sociale, antisémitisme... Ces extraits brossent les principales questions soulevées dès qu'il est question du fameux «jeune de banlieue».

Comme l'écrit l'auteur, si une minorité de ces jeunes a pris l'ascenseur social une autre, tout aussi limitée, vit de trafics divers et de contrebande, et une minorité plus marginale encore bascule, elle, dans l’adhésion au totalitarisme wahhabite ou salafiste. Mais pour l’écrasante majorité, la réalité, c’est une galère de jeune pauvre urbain qui vivote et ne sortira pas du ghetto: 6 sur 10 avec un job mal payé et précaire; 4 sur 10 au chômage.

 

1.Les balianophobes

[…]

Pour déployer leur message de clichés et de haine envers les jeunes de banlieue, les discoureurs balianophobes disposent d’une recette de cuisine efficace et bien rodée. Ce livre la reconstitue ci-après, là aussi pour l’édification du lecteur.

La recette de cuisine de la rhétorique balianophobe

1. Définissez votre ogre de synthèse

Fantasmez un grand gaillard arabe, mal rasé à capuche (de temps en temps, pour varier un peu, imaginez qu’il est noir). Il est important qu’il soit musclé, agressif et plein de haine envers la France: pour ses autres valeurs et passe-temps, relisez le chapitre précédent. Une fois que vous avez bien en tête votre cliché, prenez tous les comportements qui posent réellement problème chez une infime minorité des jeunes de banlieue, et attribuez-les tous à ce grand gaillard que vous avez fantasmé.

2. Ajoutez les préjugés réactionnaires habituels sur les jeunes en général

Pour vous, les jeunes d’aujourd’hui sont décadents, incultes, drogués, violents, paresseux et orduriers. Ils sont du reste abrutis par la télévision, Internet, les jeux vidéos, et la drogue. Saupoudrez votre ogre de synthèse avec ces préjugés sur les jeunes. Vous obtenez ainsi le «jeune-de-banlieue», aussi célèbre et réaliste que la licorne des légendes d’antan.

3. Appliquez votre cliché balianophobe à tous les vrais jeunes de banlieue

Fantasmez un grand gaillard arabe, mal rasé à capuche (de temps en temps, pour varier un peu, imaginez qu’il est noir). Il est important qu’il soit musclé, agressif et plein de haine envers la France

Décrétez qu’a priori, tous les vrais jeunes de banlieue sont identiques à votre «jeune-de-banlieue» jusqu’à preuve du contraire. Attention, vous risquez d’être facilement pris en flagrant délit quand vos généralisations tournent au grand n’importe quoi. Par exemple, un suppôt du politiquement correct bien-pensant pourrait signaler qu’un vrai jeune de banlieue sur deux est une fille; ou qu’avec plus de un  million de jeunes de banlieue il n’y aurait plus de voitures dans le pays s’ils en brûlaient tous quotidiennement.

Pour éviter ces situations délicates, n’hésitez pas à utiliser deux jokers: dire que «c’est vrai qu’il y en a aussi qui sont bien», ou que «tous les jeunes de banlieue ne sont pas comme ça». Tant que votre contradicteur ne donne pas les chiffres qui montrent qu’en fait vous généralisez à toute une population des comportements rarissimes, vous devriez vous en sortir.

4. Si vraiment vous devez utiliser des chiffres, bidonnez-les

Quand on veut déployer ses préjugés en paix, l’ennemi absolu, c’est le pourcentage de la population totale. Appliqué aux jeunes de banlieue, il montre facilement que les généralisations balianophobes sont idiotes.

Pour vous tirer de ce piège, n’hésitez pas à utiliser deux autres jokers:

- Idéalement, ne comptez jamais les cas. Contentez-vous de raconter des anecdotes isolées particulièrement effrayantes. Cela suffira pour sous-entendre que l’anecdote correspond à des problèmes courants.

- Quand vous comptez les cas d’un problème, surtout ne les rapportez jamais à la population totale. Par exemple, citez 89 mosquées infiltrées par les intégristes mais ne précisez surtout pas que ça représente moins de 4% des mosquées et salles de prière de l’islam français.

5. Utilisez un langage codé pseudo-culturel pour pouvoir être raciste en toute liberté

Ne dites pas que selon vous, les Blancs sont submergés dans les cités: ce serait trop visiblement raciste. Parlez plutôt des Français de souche.

Ne dites pas que vous avez un problème avfec les jeunes Arabes des cités: ce serait trop manifestement raciste. Dites plutôt qu’il y a un problème d’incompatibilité entre l’islam et les valeurs républicaines, qui se pose surtout dans certains quartiers.

Ne dites pas qu’à votre avis une guerre civile entre les Blancs et les jeunes Arabes ensauvagés des cités est inévitable: ce serait trop ouvertement raciste. Parlez plutôt de vos craintes d’une Intifada des banlieues et comparez les cités françaises à la bande de Gaza.

Plus largement, remplacez systématiquement l’expression brute et directe de votre racisme, par des expressions qui sont des périphrases pseudo-culturelles: les Français de souche pour dire les Blancs, islam pour dire les Arabes, et ainsi de suite.

[…]

2.Le triangle des banlieues

«Selon que vous serez puissant ou misérable,
Les jugements de cour vous rendront blanc ou noir.»

Jean DE LA FONTAINE, Les Animaux malades de la peste (1678).

Le triangle des Bermudes est un lieu mythique de l’océan Atlantique. Selon la célèbre légende, navires et avions disparaissent s’ils ont la témérité de s’y aventurer. Similairement, j’appelle triangle des banlieues un jeu d’acteurs à trois pôles:

- des éditorialistes et autres producteurs du discours balianophobe;

- les grands médias et le cinéma spécialisé, qui véhiculent sur les jeunes de banlieue des représentations balianophobes;

- le public français, dont l’écrasante majorité a sur ces jeunes des opinions balianophobes.

Comme les navires et les avions de la légende, à l’intérieur du triangle des banlieues, la réalité principale des jeunes de banlieue disparaît: la réalité marginale s’impose seule en scène. La réalité principale, c’est l’ensemble des heurs et malheurs des jeunes de banlieue dans leur totalité, dans toute leur diversité et leur complexité. La réalité marginale, ce sont les heurs et malheurs de l’infime minorité parmi eux qui sont des criminels, des délinquants ou des bandes errantes.

A l’intérieur du triangle des banlieues, la réalité principale des jeunes de banlieue disparaît: la réalité marginale s’impose seule en scène.

De fait, ce grand jeu à trois pôles se focalise sur la réalité marginale et ne s’intéresse quasiment pas à la réalité principale. Il produit ainsi un profil type du «jeune-de-banlieue» profondément différent des véritables jeunes de banlieue dans leur quasi-totalité. Quant à savoir qui des trois pôles a lancé la machine infernale, cela revient à s’interroger sur le paradoxe de l’œuf et de la poule. D’un point de vue opérationnel, ce qui compte, c’est que le triangle des banlieues existe et pose problème.

Nous avons déjà vu le cas des éditorialistes balianophobes. Nous avons déjà vu la balianophobie véhiculée par les grands médias et le cinéma spécialisé. En revanche, nous n’avons pas encore examiné de plus près le troisième pôle du triangle des banlieues: le public français lui-même dans son écrasante majorité.

L’AFEV (Association de la fondation étudiante pour la ville) a conduit un sondage spécifiquement consacré à l’image des jeunes de banlieue auprès des Français [1]. Le verdict est sans appel: 75% des Français ont une image positive des jeunes du pays en général mais près de 60 % ont une image négative des jeunes de banlieue.

Les réponses détaillées des sondés vont dans le même sens. Les jeunes de banlieue, contrairement aux jeunes en général, ne se voient presque jamais reconnaître les qualités suivantes : courage, respect des règles, capacité de travail. En revanche, les mêmes jeunes de banlieue sont trois fois plus associés que les jeunes en général à la violence, à la drogue et à l’agressivité. Un bémol toutefois : surprenamment, au sein même des Français qui ont une image négative des jeunes de banlieue, 1 sur 4 admet que c’est lié à l’image que les médias leur donnent.

Par ailleurs, dans la France de 2014, plus de la moitié des Français estiment que « les musulmans forment un groupe à part dans la société », le racisme spécifiquement hostile aux musulmans a progressé de 30% en un an, et près de 7 Français sur 10 estiment qu’il y a trop d’«immigrés aujourd’hui en France» [2]

Un tiers des Français pensent que «les Arabes sont plus souvent délinquants que les autres» et 1 sur 2 pense que «les étrangers savent mieux profiter du système de protection sociale que les autres»[3]. Or, quelles sont les caractéristiques du monstrueux «jeune-de-banlieue» dans notre imaginaire collectif? Il est arabe, musulman, immigré, et délinquant. CQFD: la boucle est bouclée.

Il serait donc trop facile de désigner quelques éditorialistes, les grands médias, et le cinéma focalisé sur les banlieues, comme autant de «grands méchants» seuls responsables de la balianophobie française. En toute honnêteté, dans les transports en commun, combien sommes-nous à avoir souvent eu pour réaction de serrer de plus près notre smartphone, ou notre sac, à l’approche d’un jeune de banlieue? Ces éditorialistes ne prospèrent que parce que leur discours répond aux attentes d’un public. S’il n’y avait pas ce public, ils n’existeraient pas dans le paysage audiovisuel, ou ils y existeraient avec un autre discours. Même chose pour les reportages balianophobes dans les grands médias. Même chose pour le cinéma véhiculant des clichés balianophobes.

Bref, si la balianophobie existe aussi abondamment dans le paysage intellectuel, médiatique et cinématographique, c’est aussi parce qu’un vaste public est demandeur.

[…]

3.Vous avez dit «islam-des-banlieues»?

[…]

«Ta barbe, rebeu, dans ce pays c’est Don’t Laïk.
Ton voile, ma sœur, dans ce pays c’est Don’t Laïk.
Ta foi, nigga, dans ce pays c’est Don’t Laïk.
Madame Monsieur, votre couple est Don’t Laïk
MÉDINE, Don’t Laïk (2015), extrait.

Venons-en à présent à un aspect de l’islam français qui déchaîne les passions depuis une trentaine d’années: le voile. 85% des musulmanes de France de moins de 35 ans ne portent jamais le voile. 7% le portent rarement, et seulement 8% le portent régulièrement[4].

À partir des données déjà citées sur les origines immigrées, on peut donc estimer, par extrapolation, que 5% des jeunes femmes de banlieue d’origine étrangère récente portent rarement le voile, et que 6% le portent de temps en temps.

Mes enquêtes de terrain me font conclure que quand on examine de plus près, dans cette infime minorité des jeunes femmes de banlieue, «il y a voile et voile». Voici une petite typologie.

On peut estimer, par extrapolation, que 5% des jeunes femmes de banlieue d’origine étrangère récente portent rarement le voile, et que 6% le portent de temps en temps.

Il y a le voile en service minimum. Il est facile à repérer car la jeune femme s’est maquillée, message de séduction, tout en portant cet emblème puritain, message de chasteté. Le tissu porté sera le plus léger: le tchador, qui ressemble au fichu des femmes mûres de la France des années 1950. La jeune femme le porte uniquement par coutume culturelle. Elle est fortement susceptible de l’abandonner avant d’atteindre la trentaine.

Ce voile en service minimum a pour variante le voile hypocrite: c’est la même chose, mais la jeune fille l’enlève dès qu’elle sort de sa cité. Autre variante: le voile fashion. C’est une mode très présente depuis quelques années chez les jeunes filles de banlieue portant le tchador. Concrètement, c’est une façon de l’attacher qui est délibérément un peu ample, et évoquera aux cinéphiles le look de la regrettée Audrey Hepburn. Le tchador est alors noué à la palestinienne. Comme chez la jeunesse palestinienne urbaine contemporaine, il est porté drapé, généralement avec une petite veste en jeans courte et un peu cintrée, ainsi que des baskets ou des petites chaussures plates fashion. À l’heure où j’écris ces lignes, les petites baskets de couleur fluo sont furieusement «tendance».

Dans un tout autre registre, il y a le voile de la salope. On me pardonnera la brutalité de l’expression: je la tiens directement du terrain. Il concerne une jeune femme ayant eu des mœurs libres pendant l’adolescence et qui, à 20-22 ans, veut se «caser». Dans le contexte lourdement puritain de sa cité, elle risque de voir la plupart des jeunes hommes ne pas vouloir s’installer avec elle. Elle risque même de finir par défaut avec un shlag. Or, le shlag désigne dans nos banlieues un jeune homme quasiment clochardisé, dont aucune jeune femme ne veut tellement son hygiène de vie est mauvaise. Elle se met donc du jour au lendemain à prendre le voile, et même à faire du zèle vestimentaire. Elle portera donc le niqab, tenue proche de celle d’une nonne catholique. Elle attirera ainsi un jeune homme de banlieue intégriste musulman, un profil aussi fortement marginal que le sien dans les cités. Le plus souvent, le couple fonctionnera mal par incompatibilité à tous points de vue: au bout de quelques années, la jeune femme divorcera et laissera tomber son niqab.

Il y a le voile contre-culturel. Il est porté par des jeunes filles en volonté de vengeance de l’humiliation vécue selon elles par leurs parents en tant qu’immigrés. En réaction contre la France qui pour elles a rejeté et piétiné leurs parents, elles veulent ressusciter les marqueurs les plus ancestraux de leur pays d’origine. Elles portent donc le niqab avant tout comme emblème contre-culturel, et très secondairement comme emblème religieux. C’est la même logique, en beaucoup plus léger, que le séparatisme afro-américain sur base musulmane de Nation of Islam et des débuts de l’activiste Malcolm X aux États-Unis.

Enfin, il y a le voile sectaire. Cela va jusqu’à la burqa, y compris avec port du grillage. Les jeunes femmes de banlieue qui prennent ce chemin sont sous l’influence de missionnaires intégristes musulmans[5]. Le message religieux de ces derniers repose, comme tout intégrisme religieux, sur une interprétation anti-moderniste, réactionnaire et puritaine du dogme. La dynamique est de type sectaire. À la maison, ce profil de jeune femme va reprocher à sa propre mère de porter un pantalon, sera encouragée par ses gourous à faire ce genre de leçon à ses propres parents, et traitera la plupart des autres jeunes femmes de banlieue de mécréantes parce qu’elles ne portent pas la burqa. Toujours dans la logique d’une secte, elles chercheront parallèlement à étendre le port de la burqa à d’autres jeunes filles, pour grossir leurs rangs, généralement sans succès. Pour donner un ordre de grandeur, dans le quartier du clos Saint-Lazare à Stains, en Seine-Saint-Denis, on compte 5 jeunes filles en burqa pour une population totale de 12 000 habitants.

[…]

4.Jeunes flics de banlieue

[…]

Derrière les clichés, la réalité ordinaire des jeunes policiers de banlieue tient en un seul mot: statistique.

Le nerf de la guerre dans la police, c’est la statistique des infractions constatées et résolues. «C’est le dieu absolu, total», plaisante une source policière. Quelle que soit la couleur politique du gouvernement, la statistique de la délinquance et de la criminalité doit être positive. Dans l’idéal, elle doit indiquer une baisse des infractions constatées, qui pourra être interprétée par la communication publique gouvernementale comme une baisse de l’insécurité. Au pire, elle doit inclure, dans une catégorie d’infractions qui augmente, au moins une sous-catégorie qui baisse. En mentionnant la mauvaise nouvelle, la communication pourra ainsi en insérer une bonne dans la même phrase. L’exemple typique est une phrase formulée comme suit: «Les vols ont augmenté, même si dans cette catégorie les vols de voiture sont en baisse.»

Derrière les clichés, la réalité ordinaire des jeunes policiers de banlieue tient en un seul mot: statistique.

Les jeunes policiers de banlieue touchent des primes au résultat si leurs statistiques individuelles sont bonnes. Elles sont cependant sans commune mesure avec la prime au résultat touchée par le commissaire. En ordre de grandeur, cette prime peut équivaloir à une année de salaire d’un gardien de la paix de base et peser entre un tiers et la moitié de la rémunération annuelle totale du commissaire. C’est particulièrement vrai pour le commissaire de banlieue. Ce territoire étant beaucoup plus difficile que la moyenne, c’est en effet souvent un commissaire jeune et sans relations qui y est affecté. Il ne gagne donc que le salaire de base d’un commissaire débutant: son incitation financière à atteindre les objectifs statistiques est par conséquent d’autant plus forte. Il n’est cependant pas seul: toute sa chaîne de commandement est financièrement intéressée, et plus on monte en hiérarchie plus les primes augmentent.

La relation des jeunes flics de banlieue avec leur commissaire va ainsi beaucoup ressembler à celles qu’entretiennent les directeurs d’hôpitaux publics avec les fonctionnaires hospitaliers de terrain: le chef a une approche fondamentalement comptable des activités de la maison, et puisque la forte prime à la clé l’incite vigoureusement à atteindre ses objectifs de performance, il tend à jouer contre son personnel pour atteindre ces objectifs. Il est également conduit par les mêmes paramètres à négliger la qualité du service en tant que telle pour se focaliser sur les objectifs chiffrés à remplir, quitte à entrer régulièrement en conflit avec ses subordonnés sur ce thème. Il y a de fait une parenté de situation entre le policier de base en conflit avec son commissaire parce qu’il fait pression sur lui pour lui faire remplir davantage de PV au lieu de traquer des délinquances plus graves dans le quartier; et le chef de service hospitalier en conflit avec le directeur de l’établissement parce que celui-ci compte supprimer des lits afin de satisfaire les objectifs de réduction des coûts fixés par son ARS (Agence régionale de santé).

Cela posé, contrairement à ce que l’on pourrait spontanément imaginer, s’attaquer frontalement à des réseaux criminels ou à des centres névralgiques de la délinquance n’est pas une bonne approche pour remplir les objectifs statistiques d’un commissariat de banlieue. Au contraire, donner ainsi des coups de pied dans les fourmilières et les nids de frelons risque d’entraîner: des échanges de tirs; des blessés par balle –ou pire– parmi les policiers; du tapage médiatique sur le thème de la bavure si un délinquant ou un criminel est blessé ou tué; un encombrement de procédures d’interpellation au commissariat et derrière, un embouteillage dans toute la chaîne pénale; une multiplication des infractions non résolues, en particulier les délits de fuite; des arrêts maladie par surmenage des effectifs; et ainsi de suite. Directement ou indirectement, toutes ces conséquences vont dégrader les statistiques du commissariat, et non pas les améliorer. Ce mode d’évaluation des performances de la police conduit donc ces commissariats à éviter de s’attaquer rudement et globalement aux cœurs de criminalité et de délinquance de leurs cités. Les jeunes policiers de banlieue recevront donc des instructions dans ce sens et rongeront leur frein.

Plus grave, l’enjeu financier pour ces jeunes policiers et, surtout, pour leur hiérarchie, est une incitation objective à «optimiser» les statistiques. La méthode la plus simple, la plus classique et la plus connue est de noter l’infraction sous forme de main courante sans prendre la plainte. La main courante est en effet un simple registre tenu dans le commissariat: les faits y sont juste couchés par écrit, sans qu’une plainte soit dûment enregistrée. Une méthode plus brutale consiste à nier abusivement que l’infraction en soit une, et pour inviter plus ou moins aimablement le plaignant à passer son chemin. Méthode au contraire plus sophistiquée: admettre que la plainte est recevable, mais refuser de la prendre en invoquant un motif technique. Par exemple, alors que vous venez suite au vol de votre téléphone portable, le policier de garde vous répondra que si vous n’avez pas sur vous le «code IMEI» de l’appareil, il ne peut pas prendre votre plainte. Des approches plus élaborées consisteront, le cas échéant, à développer des discours manipulatoires envers l’usager pour lui faire conclure que porter plainte ne servira à rien, que le temps d’attente va être inutilement monstrueux, etc.

Dans ce contexte très contraint, l’art de satisfaire la hiérarchie va devenir, pour les jeunes policiers de banlieue, un exercice délicat d’équilibriste. Il faut améliorer les statistiques, idéalement dans toutes les catégories de crimes et de délits. Il faut cependant qu’elles soient meilleures sans que cela donne un déni de réalité flagrant face à l’explosion d’une catégorie de criminalité ou de délinquance sur le terrain du côté des victimes. Et il faut les améliorer sans faire de vagues au point de provoquer un conflit avec les réseaux criminels et délinquants.

[…]

5.L’antisémitisme chez les jeunes de banlieue

[…]

Le message de Dieudonné peut être résumé comme suit:

- «Il existe un complot juif mondial pour dominer le monde dans l’intérêt d’Israël.»

- «Les chambres à gaz n’ont pas existé. Par extension, l’extermination massive des juifs d’Europe par l’Allemagne nazie est un mensonge.»

- «Ce mensonge est utilisé par le complot juif mondial pour empêcher toute remise en cause d’Israël.»

- «Les Palestiniens, les peuples d’Afrique, et plus largement les peuples des pays du Sud, sont opprimés, exploités et pillés par l’ordre mondial que domine le complot juif.»

Fin 2013, au lieu d’organiser un travail nécessaire, patient et approfondi d’éducation et d’argumentation auprès du public sensible aux thèses complotistes antisémites, Manuel Valls, à l’époque ministre de l’Intérieur, fit interdire le spectacle Le Mur de Dieudonné. Il lança parallèlement une campagne de communication dans laquelle il prenait la pose d’un chevalier blanc combattant l’antisémitisme de Dieudonné avec fermeté et autorité. Sous l’angle de la cote de popularité à court terme, cela a peut-être atteint les objectifs du futur Premier ministre. Sous l’angle de la lutte concrète contre l’antisémitisme, en revanche, cette opération fut une colossale erreur stratégique.

Le soralisme se répand comme grille de lecture de la marche du monde, comme idéologie underground [...] cela prend particulièrement bien chez une partie des jeunes de banlieue: ceux qui y trouvent une rhétorique «prête-à-répéter» pour intellectualiser les préjugés antisémites qu’ils avaient déjà.

D’une part, cela a donné une publicité considérable –et gratuite– aux sketches antisémites de Dieudonné, qui avait disparu de la scène publique médiatisée et était devenu en quelque sorte un prêcheur underground. D’autre part, puisqu’environ les trois quarts des Français rejettent la classe politique tout entière[6], cela lui a donné le statut de nos jours confortable de personnage antisystème. Bref, Dieudonné en particulier, et à travers lui les militants antisémites en général, peuvent dire à Manuel Valls un grand merci.

Personnage sulfureux antisystème, séduction charismatique, discours radicalement antisémite, dénonciation du sort des immigrés d’origine maghrébine et subsaharienne comme une persistance du colonialisme sous la domination suprême des juifs, revendication d’origines ancestrales venues d’Afrique et réduites en esclavage, humour caustique diffusé en libre accès sur Internet: la personne et le message de Dieudonné ont tout pour séduire cette fraction des jeunes de banlieue que nous venons d’évoquer. De fait, il est extrêmement populaire auprès d’eux.

Il y a cependant plus grave. Depuis plus de dix ans, le prêcheur Dieudonné forme un tandem militant avec un authentique idéologue antisémite: Alain Soral.

[…]

Il faudra attendre plusieurs années de tandem politique entre le prêcheur et l’idéologue pour qu’en 2011, Alain Soral livre explicitement son manifeste antisémite: Comprendre l’Empire (7) . Il y livre son idéologie, c’est-à-dire, au sens moderne du terme, sa vision de la marche du monde. Si cet essai dénote une abondante érudition, sur le fond argumentatif le credo soralien peut être résumé en quatre points:

- «La planète est traversée par un conflit entre les nations et l’Empire.»

- «À l’aide de la mondialisation, l’Empire s’efforce d’abattre les États et les frontières pour asseoir sa domination sur toute la planète .»

- «L’Empire est dirigé par le complot mondial d’une alliance secrète entre les grandes banques multinationales, la franc-maçonnerie, les élites protestantes anglo-saxonnes, et les élites cosmopolites juives.»

- «Toute personne en désaccord avec ces vérités est soit aveuglée par la propagande de l’Empire, soit au service de l’Empire.»

Certes, c’est un délire digne d’un paranoïaque dans la plus pure continuité de l’extrême droite française traditionnelle. Certes, une fois réduite à sa quintessence, l’ineptie du credo soralien est manifeste. Néanmoins, en déduire que le soralisme n’a aucune chance de prospérer serait, j’en suis convaincu, une énorme erreur d’analyse.

[…]

Nourri par la rhétorique d’Alain Soral, porté par la personnalité charismatique de Dieudonné, le soralisme se répand comme grille de lecture de la marche du monde, comme idéologie underground, principalement sur Internet. Et malheureusement, cela prend particulièrement bien chez une partie des jeunes de banlieue: ceux qui y trouvent une rhétorique «prête-à-répéter» pour intellectualiser les préjugés antisémites qu’ils avaient déjà.

La dynamique soralienne ne doit absolument pas être sous-estimée. En revendiquant éhontément la dénonciation d’un complot mondial juif, franc-maçon, banquier, et ainsi de suite, le tandem de Dieudonné et Alain Soral est l’héritier de Jean-Marie Le Pen comme nouveau chef de l’antisémitisme politique français. Rappelons qu’après des années passées comme chef d’un groupuscule appelé FN, Jean-Marie Le Pen avait 54 ans lorsque sa trajectoire politique nationale, et celle de son parti, ont commencé à prendre leur essor. Aujourd’hui, Dieudonné, 49 ans, et Alain Soral 56, préparent la création d’un parti politique: Réconciliation Nationale.

Élément de contexte plus inquiétant, l’antisémitisme n’est pas l’apanage d’une partie des jeunes de banlieue. Selon le rapport de la Commission nationale consultative des droits de l’Homme pour l’année 2014, 37% des français pensent que les juifs «ont trop de pouvoir en France», 56% qu’Israël compte plus pour eux que la France, et 63% qu’ils ont «un rapport particulier à l’argent»(8). Bref, l’antisémitisme est en train de renaître dans la population française dans son ensemble: il faut regarder ce fait bien en face.

Rappelons d’ailleurs aux ravis de la crèche du Front national dédiabolisé qu’ils oublient comme un détail: l’écrasante majorité des cadres du FN de Marine Le Pen étaient déjà là sous Jean-Marie Le Pen. Ils avaient donc tous rejoint en connaissance de cause un parti politique antisémite.

Rappelons enfin aux jeunes de banlieue qui auraient une sympathie croissante pour Alain Soral, inspirateur de Dieudonné, ce qu’il écrit à leur propre sujet dans son Abécédaire de 2002. «Dorénavant ces travailleurs solitaires, maintenus jusque-là isolés de la population française, auraient le droit de faire venir leurs femmes, et tous les fils qui naîtraient de ces esclaves humiliés et de leurs épouses brutalement déportées deviendraient français! Bombe à retardement, quand on songe que tous ces z’y va qui pourrissent aujourd’hui l’ambiance seraient encore dans les couilles de leur père(9)!» Alain Soral, toujours: «On ne dira jamais assez à quel point la maghrébisation, l’africanisation, la tiers-mondisation de la France ont fait baisser vertigineusement le niveau de civisme et de civilité de la population française (10).» Ces immigrés sont pour lui, je cite, «des voyous et des abrutis plutôt que des ouvriers conscients de leurs droits (11)».

«Des voyous et des abrutis». Dont acte.

[…]

6.Une banlieue à trois vitesse

[…]

En termes d’accès à l’emploi, la population des jeunes de banlieue peut être décrite comme un train à trois wagons, chacun d’une classe différente, ou comme une banlieue à trois vitesses.

Dans le wagon de troisième classe se trouvent la moitié des jeunes de banlieue. Ce sont les NEET déjà évoqués. Sans qualification, ils sont généralement condamnés à vie à tirer le diable par la queue, à vivoter, et pour une minorité d’entre eux à se tourner vers l’économie parallèle du tombé-du-camion.

Dans le wagon de deuxième classe se trouvent l’essentiel des jeunes de banlieue qui sont parvenus à boucler un cursus dans une des filières installées par l’Éducation nationale en concordance avec sa logique de bassin d’emploi. La plupart resteront donc dans leur cité, au moins dans un premier temps, parce que leur qualification leur permet de trouver un emploi proche de leur domicile : dans le contexte de galère des transports déjà évoqué (12), c’est un aspect essentiel. Cependant, il est compréhensible qu’ils n’aient qu’une hâte : habiter vraiment chez eux plutôt que chez leurs parents. Que ce soit pour sortir vite du cocon familial ou quand il s’agira –assez vite– de fonder un foyer, une partie d’entre eux déménageront dans un autre quartier pauvre, voire dans une autre ville périphérique.

 Tous auront en commun, en particulier les jeunes hommes, de devoir se lever très tôt pour aller travailler.

Dans ce wagon de deuxième classe, la stricte séparation des métiers garçon-fille sera la règle. Les jeunes hommes deviendront surtout des ouvriers, des travailleurs manuels. Ils travailleront sur des chantiers, ils livreront des marchandises, ils seront couvreurs sur des toits. Ils deviendront plombiers ou électriciens, feront de la mécanique, démarreront comme informaticien de base, poseront des câbles, installeront des lignes et du matériel de téléphonie. Les jeunes femmes deviendront quant à elles vendeuses, secrétaires, aides-soignantes, esthéticiennes, infirmières puéricultrices, femmes de ménage. Tous auront en commun, en particulier les jeunes hommes, de devoir se lever très tôt pour aller travailler.

C’est d’ailleurs une réalité tristement comique au regard des clichés balianophobes de notre époque: dans la France qui se lève tôt, il y a énormément de jeunes de banlieue. Il est à cet égard moralement odieux que les chantres de la balianophobie accusent de paresse et de parasitisme toute une jeunesse qui exerce des métiers pénibles qu’eux-mêmes, dans leur quasi-totalité, n’ont jamais eu à devoir exercer pour gagner leur vie.

Reste le wagon de première classe, relativement inoccupé. Selon la méthode de décompte et la catégorie d’emploi sur laquelle on se focalise, les jeunes de banlieue deviendront deux à quatre fois moins que la moyenne des professions libérales, des cadres, des ingénieurs, ou encore des employés exerçant des fonctions de direction. Néanmoins ceux qui y parviennent existent : ils y arrivent grâce à un mélange de talent, d’efforts, de détermination, parfois de piston, et de chance.

Détail hautement pénible pour la vie quotidienne des habitants, jeunes ou moins jeunes, les distributeurs de billets de banque sont rarissimes. Par exemple, à Stains, il y a 1 distributeur pour 5165 habitants; mais à Neuilly-sur-Seine, c’est 1 pour 1216… Plus globalement, les banlieues sont généralement des territoires sous-équipés: entreprises, commerces, transports, accès aux loisirs et à la culture, et ainsi de suite (13). Les jeunes de banlieue qui sont arrivés dans le wagon de première classe, et qui atteignent en quelques années les moyens financiers de beaucoup mieux s’installer, sont donc objectivement incités à quitter leur banlieue. Ils s’installeront à la lisière du centre-ville, dans un quartier bobo d’une ville globalement pauvre, ou dans l’équivalent à l’intérieur même du centre-ville.

Effet secondaire déjà évoqué de ces mouvements de population jeune de banlieue : les cités ont un taux de renouvellement très fort de leur population, de l’ordre de 50 à 60% selon les quartiers (14). Il faut donc prendre garde à un effet d’optique très puissant quand on examine le chômage des jeunes des cités : ceux qui réussissent le mieux cessent très rapidement de vivre dans les banlieues, et donc, ils disparaissent de leurs statistiques.


1 — AFEV, Jeunesses et inégalités : le grand défi de 2012, Observatoire de la Jeunesse solidaire : 4e rapport annuel, 2012, page 5. Retourner à l'article

 

2 — COMMISSION NATIONALE CONSULTATIVE DES DROITS DE L’HOMME, La lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la xénophobie – Année 2014, Paris : La Documentation française, 576 pages. Retourner à l'article

 

3 — BVA, Les Français et les préjugés – Les Français et l’avenir de la HALDE, sondage réalisé du 21 au 22 mai 2010. Ressource en libre accès sur Internet. Retourner à l'article

 

4 — Ibid., p. 27. Retourner à l'article

 

5 — Pour les désigner, le débat public national suit des modes sans raisons particulières. Actuellement on les appelle des salafistes. Il y a quelques années on les appelait des wahhabites, auparavant des islamistes, et encore auparavant des fondamentalistes. Le terme le plus rigoureux me semble être « intégristes musulmans ». Retourner à l'article

 

6 — CEVIPOF, Fractures françaises, vague 1, 2013, pages 23-24. Retourner à l'article

 

7 — Alain SORAL, Comprendre l’Empire, Paris : éditions Blanche, 2011, 237 pages. Retourner à l'article

 

8 — Delphine BANCAUD, « Rapport de la CNCDH : Pourquoi les clichés antisémites ont prospéré en 2014 », 20 minutes, 9 avril 2015. Retourner à l'article

 

9 — Alain SORAL, Abécédaire de la bêtise ambiante : jusqu’où va-t-on descendre ?, Paris : Pockett, p. 41. Retourner à l'article

 

10 — http://note10Alain SORAL, ibid., p. 42. Retourner à l'article

 

11 — Idem Retourner à l'article

 

12 — Cf. le chapitre intitulé « Les galériens ». Retourner à l'article

 

13 — Le problème est moins prononcé pour les équipements publics: gymnases, centres sociaux, lieux publics d’accès à la culture, sont bien présents dans bon nombre de cités. Retourner à l'article

 

14 — Cf. le chapitre intitulé « Babel ». Retourner à l'article

 

Vous devez être membre de Slate+ et connecté pour pouvoir commenter.
Pour devenir membre ou vous connecter, rendez-vous sur Slate+.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte