Monde

[VIDÉO] «Nous ne voulons pas rester en Europe. Arrêtez juste la guerre»

Temps de lecture : 2 min

Un réfugié syrien de 13 ans met des mots justes sur la crise des réfugiés.

Il s'appelle Kinan Masalmeh, a 13 ans et est un réfugié syrien qui se trouve actuellement à Budapest, en Hongrie. Al Jazeera l'a rencontré devant une des gares de la capitale où, comme le raconte Quartz, «il a brillamment expliqué la vérité sur la crise des réfugiés: ils préféreraient être chez eux qu'en Europe».

"Please help the Syrians... The Syrians need help now. Just stop the war. We don't want to stay in Europe, just stop the...

Posted by Al Jazeera English on Wednesday, September 2, 2015

«La police n'aime pas les Syriens, en Serbie, en Hongrie, en Macédoine, en Grèce.

–Quel est le message que tu veux faire passer alors?

–S'il vous plaît, aidez les Syriens... Les Syriens ont besoin d'aide maintenant. Arrêtez juste la guerre. Nous ne voulons pas rester en Europe. Arrêtez juste la guerre. Juste ça.»

La vidéo a déjà été vue près d'un million de fois et partagée à plus de 16.000 reprises à partir de la page Facebook de la chaîne télévisée. Un Vine de son intervention atteint presque les trois millions de boucles.

Al Jazeera précise que ses journalistes l'avaient déjà rencontré à Szeged, une ville frontalière hongroise, quatre jours plus tôt. Il a quitté Daraa (dans le sud-ouest du pays, près de la frontière jordanienne) avec sa sœur.

Impossible cependant de quitter la ville hongroise en train, montre la suite du reportage d'Al Jazeera, car la police en bloque l'accès.

Slate.fr

Newsletters

Le mur est tout ce qu'il reste à Trump

Le mur est tout ce qu'il reste à Trump

L’état d’urgence signé par Trump n’est qu’une nouvelle manifestation de son obsession pour un mur qui, loin de protéger les États-Unis, a pour fonction de sauver la peau présidentielle.

«Même en prenant perpétuité, je n’aurais jamais le temps d’apprendre tout ce que je veux ici!»

«Même en prenant perpétuité, je n’aurais jamais le temps d’apprendre tout ce que je veux ici!»

Du temps du shah, dans les geôles iraniennes, entre deux séances de torture, les prisonnières et détenus politiques s'en sont remis à la culture.

Une élue américaine défend la peine de mort en citant la crucifixion de Jésus

Une élue américaine défend la peine de mort en citant la crucifixion de Jésus

Sans la peine de mort, Jésus n'aurait pas pu mourir pour racheter nos péchés.

Newsletters