Monde / Société

Le mystérieux train nazi rempli d’or crée un «effet Loch Ness» en Pologne

Temps de lecture : 2 min

La région polonaise autour de Walbrzych attire les foules depuis que les autorités ont confirmé la localisation du train nazi abandonné dans un tunnel.

Groupe de journalistes dans les tunnels nazis sous le château de Książ, dit aussi Fürstenstein, où un train nazi rempli d’or a été localisé, le 3 septembre 2015 | REUTERS/Kacper Pempel
Groupe de journalistes dans les tunnels nazis sous le château de Książ, dit aussi Fürstenstein, où un train nazi rempli d’or a été localisé, le 3 septembre 2015 | REUTERS/Kacper Pempel

Curieux, touristes, chercheurs de trésors, journalistes... Depuis que les autorités polonaises ont confirmé fin août qu'un train blindé nazi qui pourrait receler de l'or, des objets précieux et des œuvres d'art avait été localisé dans un tunnel enseveli situé dans les environs de la ville de Walbrzych, la région attire les foules, rapporte le quotidien régional allemand Badische Zeitung:

«Depuis quelques jours, des centaines de chercheurs de trésors explorent les environs de la ligne ferroviaire qui relie Wroclaw et Walbrzych entre les kilomètres 61 et 65. Rien ne les retient de creuser des sillons dans la forêt pour dégager l'entrée supposée du tunnel, pas même l'avertissement martelé par les autorités selon lequel le train d'or pourrait être miné.»

Au point que les autorités locales envisagent de boucler la zone. Les professionnels du tourisme de la région, eux, sont ravis de l'aubaine. En particulier Krzysztof Urbanski, président de la société qui exploite le château Fürstenstein, situé à la lisière de la zone de recherche du train mystérieux, qui parle dans Stern d'un «effet Loch Ness», en référence au monstre qui vivrait dans les profondeurs du lac écossais, canular qui se révéla être une véritable manne touristique:

«Personne n'a vu le monstre, mais ça attire les gens.»

Opportunité touristique

Comme l'explique Krzysztof Urbanski à l'hebdomadaire Die Zeit, le nombre de visiteurs qu'accueille le château sur un week-end a bondi de 2.000 à 5.000 personnes:

«En ce moment, ils veulent bien sûr tous apprendre quelque chose sur le train. Tous nos guides se voient poser des questions à son sujet, bien entendu. L'histoire du château s'étire sur 700 ans, mais en ce moment pratiquement personne ne s'intéresse aux 620 premières années. Tous veulent des informations sur la Seconde Guerre mondiale, sur le tunnel qui se trouve sous le château, sur le train.»

Une opportunité que les professionnels de la région exploitent d'ores et déjà, puisqu'un T-Shirt dédié au «train d'or» est déjà commercialisé dans les lieux touristiques:

«Il est écrit “wAUbrzych” dessus, un jeu de mots entre “Walbrzych” et “Au”, le signe pour “Aurum”, l'or.»

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Même si on ignore encore le contenu du train, il attire déjà les convoitises au-delà des frontières de la Pologne. D'après la Badische Zeitung, la Russie et le Congrès juif mondial auraient déjà envoyé des réclamations aux autorités polonaises, au cas où des objets issus des territoires de l'ex-URSS et ayant appartenu à des familles juives s'y trouveraient.

Newsletters

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 15 au 21 janvier 2022

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 15 au 21 janvier 2022

Guerre au Yémen, éruption volcanique aux îles Tonga, et famine en Afghanistan… La semaine du 15 au 21 janvier en images.

Pourquoi les savants se battent depuis des siècles sur l'origine du nom «Amérique»

Pourquoi les savants se battent depuis des siècles sur l'origine du nom «Amérique»

Depuis le dernier tiers du XIXᵉ siècle, certains auteurs cherchent à prouver que le pays ne doit pas son nom à l'explorateur florentin Amerigo Vespucci.

Mon Europe à moi: «À quand un Erasmus qui s'adresse vraiment à tous les jeunes?»

Mon Europe à moi: «À quand un Erasmus qui s'adresse vraiment à tous les jeunes?»

L'Union européenne s'est engagée sur un nouveau programme Eramus+ qui devrait s'ouvrir à de nouveaux publics.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio