Monde

Ne pas fumer diminue par trois le risque de crise cardiaque

Temps de lecture : 2 min

L'interdiction de fumer dans les locaux publics a réduit par trois le nombre d'attaques cardiaques en Europe et aux Etats-Unis. C'est le résultat d'une étude publiée par deux journaux américains, Circulations et le Journal du Collège Américain de Cardiologie, qui a été reprise par BBC News. Le résultat est meilleur que celui attendu par le Ministère anglais de la santé. Il est établi sur la base de 11 études menées sur des millions de personnes.

Les maladies cardio-vasculaires représentent la première cause de décès dans le monde. Par ailleurs, on estime que la fumée passive augmente les risques de crise cardiaque dues à la coagulation du sang, à la baisse du «bon cholestérol» et en intensifiant les risques de rythmes cardiaques dangereux. L'interdiction de fumer dans les lieux publics (bars, restaurants, salles de concerts) a été instaurée en Angleterre en janvier 2007 et en France en février de la même année.

Le Docteur James Lightwood, de l'Université de Californie à San Francisco, a constaté à la suite de ses études que le nombre de crises cardiaques en Europe et aux Etats-Unis a commencé à baisser immédiatement après la mise en œuvre des lois anti-tabac. Le recul atteint 17% après un an et s'est poursuivi dans les deux années suivantes. «Nous n'arriverons évidemment pas au risque zéro, mais ces découvertes nous prouvent que à court et moyen terme, les interdictions de fumer pourrons prévenir un grand nombre de crises cardiaques» a affirmé le docteur Lightwood.

Ellen Mason, de la Fondation anglaise pour le Cœur, conseille: «Si vous êtes fumeurs, la meilleure chose que vous pouvez faire pour éviter une crise cardiaque est d'arrêter, et cela protégera le cœur de votre famille et de vos amis».

[Lire l'article complet sur BBC News]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de Une: Wikimedia


Slate.fr

Newsletters

Le travail de sape d'Orbán pour pousser Soros hors de Hongrie

Le travail de sape d'Orbán pour pousser Soros hors de Hongrie

Les fondations du milliardaire-philanthrope américano-magyar quittent Budapest où elles travaillaient depuis 1984. Un départ accéléré par vingt-quatre mois d’intense campagne gouvernementale anti-Open Society.

À San Francisco, des équipes médicales vont aller soigner les toxicomanes directement dans la rue

À San Francisco, des équipes médicales vont aller soigner les toxicomanes directement dans la rue

On leur administrera notamment de la buprénorphine, plus connue sous le nom de Suboxone.

En Irlande du Nord, une mère emmène son fils se faire tirer dessus

En Irlande du Nord, une mère emmène son fils se faire tirer dessus

Dans les faits, la guerre est finie. Dans les têtes et les réflexes sociétaux, pas encore.

Newsletters