Parents & enfants / Santé / Monde

La banque de sperme britannique n’a que neuf donneurs

Temps de lecture : 2 min

La banque de sperme britannique va lancer une grande campagne d’information jouant sur la virilité des hommes pour attirer plus de donneurs.

Spermatozoïdes | Bobjgalindo  via Wikimedia Commons License by
Spermatozoïdes | Bobjgalindo via Wikimedia Commons License by

La fin justifie parfois les moyens. Du moins c’est ce que pense Laura Witjens, la responsable de la banque de sperme britannique, qui prévoit de lancer en septembre une grande campagne d’information jouant sur la virilité des hommes pour attirer plus de donneurs. Car l’institution est confrontée à un cruel manque: seulement neuf hommes sont enregistrés dans son fichier.

En réalité, pas besoin d’être spécialement «viril» pour spermer dans une fiole, mais visiblement le message est efficace, puisque, depuis qu’il est employé au Danemark, des dizaines de donneurs se sont inscrits, selon cette responsable britannique.

Un candidat sur 100 est sélectionné

Le choix des précédentes publicités n’est peut-être pas la seule raison du faible nombre de donneurs en Grande-Bretagne. Les enfants nés via cette méthode ont en effet depuis 2005 le droit d’accéder à leurs origines dès leurs 18 ans. Les demandes de sperme, dans le même temps, ont augmenté. Et les donneurs ne peuvent pas in fine donner lieu à plus de dix naissances, pour éviter que les enfants conçus via cette méthode n’aient de multiples demi-frères et sœurs à travers le pays.

Les conditions par ailleurs pour devenir un donneur sont draconiennes. Sur cent personnes qui se présentent à la banque de sperme, une personne finira par être sélectionnée. Il faut être en bonne santé, produire un sperme d’excellente qualité capable de résister au processus de congélation-décongélation et s’engager ensuite à venir deux fois par semaines pendant quatre mois, à chaque fois en se retenant de se masturber pendant deux jours. Le tout, pour 35 livres sterling par session. Pas de quoi en vivre, en somme, mais de quoi donner vie à quelques enfants.

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Newsletters

Le parent impatient n'est pas impatient, il est en plein déni de réalité

Le parent impatient n'est pas impatient, il est en plein déni de réalité

Je vais beaucoup mieux depuis que j'ai accepté que l'éducation, c'était cela: répéter.

Quand faut-il emmener son enfant chez le psy?

Quand faut-il emmener son enfant chez le psy?

Les symptômes des bambins, si tant est qu'ils en soient vraiment, expriment souvent des névroses qui ont à voir avec les parents.

Les chambres instagrammables des bébés nuisent-elles à leur développement?

Les chambres instagrammables des bébés nuisent-elles à leur développement?

Le taupe et le crème sont à la mode chez les «aesthetic moms». Ces tons neutres pourraient-ils impacter la vision des nourrissons, à un âge où ils ont besoin de couleurs vives?

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio