Partager cet article

Grâce à votre ordinateur, à 50 ans, votre cerveau en aura seulement 42

Enfants à l'école | Lucélia Ribeiro via Flickr CC License by

Enfants à l'école | Lucélia Ribeiro via Flickr CC License by

Les nouvelles technologies sont stimulantes pour le cerveau, qui s'adapte et en ressort plus jeune et affûté.

Toutes ces heures passées à vous creuser les méninges pour comprendre comment cette application fonctionne et pourquoi votre ordinateur a bugué ne sont peut-être pas perdues. Une équipe de scientifiques a montré que notre cerveau restait jeune plus longtemps, cognitivement parlant, pour s'adapter aux évolutions technologiques.

Pour arriver à cette conclusion, Valeria Bordone, de l'Institut international pour l'analyse des systèmes appliqués, et ses collègues ont utilisé des données recueillies auprès d'un groupe de personnes d'une cinquantaine d'années en Angleterre et en Allemagne. Un test avait été fait auprès de 2.000 personnes en 2006 et un autre auprès de 3.000 personnes en 2012.

L'effet Flynn

Les personnes âgées de 50 ans en 2006 ont un cerveau quatre à huit ans plus jeune que celles de la génération précédente. Le changement entre ces deux générations? L'arrivée en force des ordinateurs, des tablettes et des smartphones. Valeria Bordone précise, sur le site Quartz:

«Nous savons que le QI augmente depuis plusieurs décennies. C'est ce que l'on appelle l'effet Flynn. Une population beaucoup plus large a accès à une meilleure éducation, à une meilleure nutrition, à davantage de soins de santé. Ces constantes petites améliorations ont permis aux gens de s'impliquer plus mentalement dans des activités stimulantes, d'améliorer leurs capacités cognitives, et donc d'obtenir un meilleur score aux tests de QI.»

Le QI étant une mesure limitée, les chercheurs ont testé un large éventail de compétences cognitives, par exemple la fluidité verbale, ainsi que la capacité à corréler deux objets disparates, à nommer le plus possible d'animaux en une minute et à résoudre des problèmes. Résultat: alors que les niveaux d'éducation ont peu changé entre les deux générations, leurs capacités cognitives sont plus larges et plus significatives. 

Mots de passe et réseaux sociaux

La vie est devenue cognitivement plus exigeante. Une personne moyenne aujourd'hui retient une dizaine de mots de passe, utilise une messagerie, paie des factures en ligne, se connecte à des réseaux sociaux. Toutes ces activités représentent des défis stimulants pour le cerveau: il n'y a qu'à voir la joie qu'ont éprouvé vos parents ou vos grands-parents lorsqu'ils vous ont envoyé leur premier e-mail avec pièce jointe.

Cet effet s'appliquera-t-il aux digital native, cette jeune génération née avec un ordinateur sous le nez, qui n'a pas eu à lire la notice de son smartphone? Vu ce que le futur nous réserve en termes de nouvelles révolutions technologiques, nul besoin de s'inquiéter pour ça.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte