Santé

Un cœur réanimé après la mort grâce à une machine

Temps de lecture : 2 min

Le cœur d'un donneur d'organes continue à battre grâce à une technologie développée aux États-Unis qui l'alimente en sang et en oxygène.

Capture d'écran de la vidéo du cœur transplanté dans une machine.

Un dispositif qui ranime les organes prélevés sur des patients décédés a montré des résultats très prometteurs en chirurgie de transplantation cardiaque, explique le MIT Technology Review. Il s'appelle le «heart in a box» (le «cœur dans une boîte»).

Cette petite chambre stérile permet de «brancher» le cœur à des tubes qui l'alimentent en sang, en oxygène et en nutriments. Développé par Transmedics, dans le Massachussetts, cette nouvelle technologie a déjà été utilisée avec succès une quinzaine de fois au Royaume-Uni et en Australie.

Mort cérébrale

La transplantation cardiaque est une opération très lourde, souvent proposée en dernier recours, à des patients porteurs d'une insuffisance cardiaque grave. Ils sont alors mis sur une liste d'attente et peuvent être appelés à n'importe quelle heure du jour et de la nuit, pour recevoir le cœur d'un donneur en état de mort cérébrale.

Pour transporter un organe d'un patient à l'autre, les chirurgiens le stockaient à des températures très froides

Mais les greffons se font rares, les donneurs manquent et les files d'attente s'allongent. Jusqu'à présent, seuls certains patients en mort cérébrale disposaient d'un cœur en assez bon état pour qu'il soit transplanté.

Garder en vie

À la seconde où un cœur s'arrête, il est privé d'oxygène et ses cellules musculaires commencent à mourir. Pour transporter efficacement un organe d'un patient à l'autre, les chirurgiens le stockaient habituellement à des températures très froides. Ce nouveau dispositif, à l'inverse, maintient le cœur à des températures chaudes et l'alimente, ce qui permet de le garder en vie plus longtemps.

Cela permettrait d'augmenter le nombre de cœurs transplantés de 15 à 30% et d'utiliser des cœurs provenant de personnes qui n’étaient pas éligibles auparavant. Seul ennui, son coût: environ 250.000 dollars (220.000 euros).

Slate.fr

Newsletters

«Je pense à ce pervers qui vit en toute impunité»

«Je pense à ce pervers qui vit en toute impunité»

[C'est compliqué] Cette semaine, Lucile conseille Alison, dont la mère est hantée par un traumatisme indélébile.

Je n'ose pas demander la pilule à mon médecin, que faire?

Je n'ose pas demander la pilule à mon médecin, que faire?

Virginie, 17 ans, a honte de demander la pilule à son médecin. À chaque fois qu'elle le voit pour en parler, elle se bloque. Comment aborder sereinement cette question une bonne fois pour toute? De son côté, Maxime se retrouve...

Quand les maladies mentales inspirent les séries

Quand les maladies mentales inspirent les séries

Quelle place pour la santé mentale à la télévision? De Carrie Mathison, l'enquêtrice bipolaire de Homeland, à Rachel Bloom, l'héroïne un peu instable de Crazy Ex-Girlfriend, la représentation des maladies mentales et de la thérapie a...

Newsletters