Partager cet article

«Il m'a jugée sur ma façon de faire l'amour»

Détail du tableau «Le Réveil» d’Eva Gonzalès (1876) | via Wikimedia Commons (domaine public)

Détail du tableau «Le Réveil» d’Eva Gonzalès (1876) | via Wikimedia Commons (domaine public)

Cette semaine, Lucile conseille Audrey, qui n’arrive pas à lâcher prise pendant l’acte sexuel.

«C'est compliqué» est une sorte de courrier du cœur moderne dans lequel vous racontez vos histoires –dans toute leur complexité– et où une chroniqueuse vous répond. Cette chroniqueuse, c'est Lucile Bellan. Elle est journaliste: ni psy, ni médecin, ni gourou. Elle avait simplement envie de parler de vos problèmes.

Si vous voulez lui envoyer vos histoires, vous pouvez écrire à cette adresse: [email protected]

Pour retrouver les chroniques précédentes

Je suis une femme de 28 ans qui vit en couple avec un homme formidable depuis quelques années maintenant. Mais il y a eu des passages à vide, une petite séparation, une libido inexistante et une cicatrice, une marque qui reste gravée dans ma tête et dans mon cœur, dont je n'arrive pas à me séparer: il m'a jugée sur ma façon de faire l'amour.

C'est rien, c'est tout bête, mais j'ai une conception de l'acte sexuel où chacun donne à l'autre. Or, lui considère que c'est à chacun de demander ce qu'il veut pour que l'autre s'exécute et ça me bloque! Il considère que je suis égoïste, pas à l'écoute, c'est dur! Au bout de quelque temps de relation, il me disait qu'il devrait sûrement me quitter et en trouver une autre si je ne suis pas réceptive à ce qu'il me demande. Ce n'est plus le cas, heureusement, mais j'ai désormais comme une pression.

J'ai un souci, je le sais. Je n'aime pas que l'on me demande quoi que ce soit. J'ai tellement l'impression d'être nulle et d'avoir mal fait quand on me demande quelque chose que je fais en sorte de penser à tout pour que tout soit parfait, pour faire plaisir aux gens que j'aime. Mais, au lit, cela est très dur à gérer pour moi. Il ose me demander de faire des choses et, surtout, il boude si je les refuse. Alors que, moi, jamais je n'ose lui demander ou alors je lui dis que, s'il ne veut pas, ce n'est pas grave.

Au lit, il me demande de faire des choses et surtout il boude si je les refuse

Nous faisons l'amour régulièrement, mais je sens que, des fois, j'ai cette petite chose dans ma tête qui m'empêche de lâcher prise! Car j'ai l'impression qu'il «m'impose» SA sexualité, même s'il est attentionné, câlin, tout. Par exemple, s'il est excité mais pas moi, après que l'on a fait des caresses, il va vouloir se masturber. Cela ne me pose aucun problème, mais je me sens «obligée» de continuer à le caresser car, sinon, si j'osais m'endormir, il m'en ferait le reproche. Or si je n'ai plus ou pas envie, j'ai envie de m'endormir comme ça, après de belles caresses, mais je ne peux pas...

Il a une libido plus intense et je ne lui empêche rien, mais je sens comme «obligée» et ça m'énerve!!!!

D'autant plus que j'ai eu d'autres relations avant et je n'ai jamais eu ce problème. Je prenais même plus les devants car on ne me demandait rien.

On en a discuté, il est très à l'écoute, mais je n'arrive pas à imposer mes ressentis. Et lui, de son côté, il se sent à l'étroit car il n'ose plus rien me demander! Comment se sortir de là???

Audrey

Chère Audrey,

C’est effectivement un problème de taille qui vous pousse à m’écrire puisqu’il pourrait bien gangréner peu à peu votre quotidien. La sexualité que vous partagez avec votre compagnon vous angoisse. Vous n’êtes pas sans savoir que le but d’une sexualité épanouie et partagée est de rapprocher le couple et de vous apporter bien-être et meilleure connaissance de vous-même. Or, dans votre sexualité actuelle, il semble que vous êtes focalisée sur l’autre et que ses désirs et ses besoins étouffent les vôtres.

Vous dites votre compagnon attentionné mais il a quand même déjà osé vous reprocher votre façon de faire l’amour, insistant que cela pourrait être un motif de rupture. De même qu’il semble vous imposer ses besoins, masturbatoires en particulier. Je comprends bien que ce contexte, malgré les sentiments qui vous animent, est particulièrement inhibant et c’est ainsi que commence un cercle vicieux où vous jouez un rôle au dernier endroit où vous devriez en jouer un: au lit (enfin comprenons-nous, à l’exception de jeux de rôles coquins et consentis).

Nous sommes tous uniques au lit. Et c’est un partenaire compatible avec nos particularités qu’il faut rechercher

À mon sens, vous n’avez aucun souci. Pas plus qu’une femme qui aurait des orgasmes particulièrement bruyants ou le besoin de tout verbaliser. Nous sommes tous uniques au lit. Et c’est un partenaire compatible avec nos particularités qu’il faut rechercher. Compatible et complémentaire autant avec nos petites manies du quotidien qu’avec nos besoins et envies sexuelles.

Malheureusement ici, votre partenaire vous étouffe et le sexe est devenu une source d’angoisse. Vous vous forcez déjà à accéder à ses désirs. Vous allez certainement me dire que ce n’est pas tellement se forcer que de vouloir faire plaisir à l’autre mais permettez-moi de citer vos propres mots:

«Je n’ai plus ou oas envie […] mais je ne peux pas…»

Et là, dans ces cas-là comme dans ceux où vous faites l’amour avec une boule d’angoisse dans la gorge et la peur de mal faire, vous vous forcez. Et personne ne devrait jamais se forcer à faire l’amour, comme aucun partenaire ne devrait accepter de profiter de quelqu’un qui s’exécute à contre-cœur. C’est une forme de maltraitance, un manque total d’empathie et de considération.

Vous vous êtes convaincue depuis des années que le problème venait de vous. Il n’en est rien. Vous avez juste votre propre vision de la sexualité, qui n’est pas celle de votre compagnon. Peut-être devriez-vous commencer à envisager que le problème vient d’un manque flagrant de compatibilité et que chacun de vos efforts, aussi bien intentionnés soient-ils, ne font que vous éloigner. Il n’y a pas tellement de solutions: puisque le dialogue ne semble pas tellement fonctionner, peut-être faudrait-il avoir recours à un spécialiste pour une thérapie de couple ou peut-être que le problème est-il trop important ou trop profondément ancré pour en venir à bout et qu’une séparation des chemins est à envisager. Dans tous les cas, ne vous méprenez pas, votre mal-être est compréhensible et ne doit pas être pris à la légère. À terme, il pourrait être la cause de souffrances plus graves encore.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte