Partager cet article

Un Anthony Martial = deux Karim Benzema: le jour où le foot est devenu fou

L'AS Monaco a vendu Anthony Martial, 19 ans, zéro sélection, 11 buts en Ligue 1, pour 80 millions d'euros à Manchester United lors du dernier jour du mercato 2015. Un chiffre fou qui symbolise la transformation en supermarché de luxe du championnat français.

En ce lundi 31 août où l'AS Monaco a vendu pour une somme évaluée à 80 millions d'euros (60 millions nets + 15 à 20 millions de bonus) son jeune attaquant français Anthony Martial au club anglais de Manchester United, le football semble ne plus avoir de juste prix. Un espoir, certes à fort potentiel mais qui n'a encore rien prouvé, devient d'un coup l'équivalent d'un Zinedine Zidane à son apogée, qui était passé de la Juventus Turin au Real Madrid contre un chèque de 75 millions d'euros en 2001 (94 millions en valeur réelle de 2015, en intégrant l'inflation). La faute à l'augmentation mirifique des droits TV en Angleterre à partir de la saison 2015/2016, qui permet aux clubs de Premier League d'anticiper un boom de leurs recettes et d'inonder le marché européen de liquidités. 

Il suffit de comparer les lignes statistiques des deux joueurs lors de leur transfert pour rendre compte du délire inflationniste du marché des transferts. À l'heure de s'envoler pour la Premier League, Anthony Martial ne pèse que peu de choses: zéro sélection en équipe de France (même s'il a été appelé par Didier Deschamps pour les deux prochains matchs) et 15 buts en carrière en club; quand «Zizou» affichait au moment de son départ pour l'Espagne 66 sélections avec les Bleus, pour 18 buts, un titre de champion du monde, un titre de champion d'Europe, un Ballon d'or et 50 buts en club. Baisser de rideau.

«Anthony Martial est le meilleur buteur parmi les joueurs de moins de 20 ans dans les cinq grands championnats européens depuis la saison dernière (avec neuf buts)».

Mais pour une plus grosse sensation de vertige encore, rien de tel que de jeter un coup d'oeil dans le rétroviseur des plus grosses ventes de joueurs français de L1 pour situer un peu le jackpot Martial (pour les finances monégasques) dans l'histoire de notre championnat, qui devient peu à peu une enseigne de restauration rapide de luxe pour clients anglais fortunés. 
 

Un Martial = deux Benzema

En 2009, Karim Benzema n'est pas beaucoup plus âgé qu'Anthony Martial (21 ans contre 19) lorsqu'il quitte Lyon pour rejoindre le Real Madrid. Montant de l'opération: 35 millions d'euros de l'époque, soit 38 millions d'euros aujourd'hui en prenant en compte l'inflation. Mais s'il coûtait deux fois moins cher que Martial alors, «Karim» avait eu le temps de montrer son talent à la face de l'Europe en trois saison pleines sur les bords du Rhône. Entre 2006 et 2009, l'actuel coéquipier de Cristiano Ronaldo avait empilé un total de 66 buts avec l'OL et 6 buts avec les Bleus. 
 

Un Martial = Trois Ribéry

Lorsqu'il débarque au Bayern Munich à l'été 2007 pour 25 millions d'euros (28 millions d'euros de 2015), Franck Ribéry est déjà une superstar dans l'Hexagone. Invité surprise de la Coupe du monde 2006, il contribue grandement à l'épopée des Bleus, qui ne s'inclineront que contre l'Italie en finale. En Ligue 1, il martyrise les défenses françaises pendant deux saisons sous le maillot de l'Olympique de Marseille  avec qui il marque 20 buts et réalise 8 passes décisives. Des statistiques brillantes pour un ailier. Âgé de 24 ans lors de son transfert en Bavière, Ribéry est élu joueur français de l'année en 2007.
 

Un Martial = Quatre Djibril Cissé

Si Martial vaut 80 millions d'euros, que valait vraiment Djibril Cissé en 2004 lors de son départ d'Auxerre pour Liverpool? À l'époque de son exil outre-Manche, le meilleur sprinteur/buteur de l'histoire de la L1 casse les reins des défenseurs de l'Hexagone depuis quatre ans déjà. Et ça fait très mal: 8 buts en 2000/2001, 22 buts en 2001/02, 14 buts en 2002/03, 26 buts en 2003/04 et deux titres de meilleur buteur à la clé. Pourtant Liverpool ne déboursa «que» 20 millions d'euros –24 millions d'euros aujourd'hui– pour s'attacher les services de la terreur de l'Yonne. Sur le marché d'aujourd'hui, ce rusé de Guy Roux exigerait sans aucun doute un chèque à deux zéros, plus des coupons de réductions à vie sur les packs de Cristalline pour lâcher son Djibril Cissé à ces messieurs britanniques aux poches trop pleines.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte