Partager cet article

Les devoirs de maths de votre enfant vous stressent? Ne l’aidez pas!

Même si vous détestez les maths, vos enfants peuvent aimer jouer avec les chiffres. À une condition... | Pink Sherbet Photography via Flickr CC License by

Même si vous détestez les maths, vos enfants peuvent aimer jouer avec les chiffres. À une condition... | Pink Sherbet Photography via Flickr CC License by

Pour éviter que leurs enfants deviennent allergiques aux mathématiques, les parents que cette discipline angoisse devraient les laisser résoudre leurs problèmes de maths tout seuls.

Les maths vous donnent des sueurs froides? Posez ce stylo, cette calculatrice et éloignez-vous tout de suite de cet enfant. C'est, plus ou moins, la recommandation faite par les chercheurs de l'université de Chicago, à travers une étude publiée dans la revue Psychological Science et relayée par le New York Times. Les enfants dont les parents sont rétifs aux mathématiques deviennent eux-mêmes allergiques à cette matière, mais seulement quand leurs parents les aident à faire leurs devoirs.

Pour parvenir à cette conclusion, l'équipe de chercheurs a étudié un groupe de quarante-huit élèves de premier et second degré (l’équivalent de nos CP et CE1), issus de vingt-neuf établissements différents. Leur niveau en mathématiques et leur anxiété face à cette matière ont été évalués en début puis en fin d'année. Dans le même temps, leurs parents ont dû remplir un questionnaire sur leur propre angoisse liée aux mathématiques et préciser à quelle fréquence ils aidaient leurs enfants à faire leurs devoirs.

Il est alors apparu que plus les parents angoissés par les mathématiques ont aidé leurs enfants plus le niveau de ces derniers s'est détérioré. Cercle vicieux oblige, ces mauvais résultats ont alors accentué leur anxiété.

Phobie

Le professeur Sian Beilock, co-auteur de l'étude explique:

«On ne pense jamais assez à la manière dont notre propre attitude peut influencer les résultats scolaires de nos enfants. Notre étude suggère que, si un parent répète qu'il n'aime pas les maths ou que ça le rend anxieux, ce message va affecter son enfants et ses capacités à appréhender cette matière

Autrement dit, ces émotions négatives imprègnent l'enfant et peuvent compromettre sa réussite scolaire dans cette matière.

En 2012, une autre étude avait déjà conclu que la peur des maths doit être considérére comme une véritable phobie et traitée comme telle. Pour les chercheurs de l'université de Chicago, si l'on veut que cette phobie ne se transmette pas des parents à l'enfant, il faut «mettre en place des outils qui permettent aux adultes d'appréhender les maths de manière positive». En attendant la mise en place d'une telle prise en charge, les parents font comme ils peuvent, à l'image d'une mère de famille citée par le New York Times:

«Je classe les sessions d'aide aux devoirs en fonction du nombre de verres de vin qu'il m'aura fallu pour m'en remettre. Une longue division, c'est deux verres.»

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte