Monde

Des réfugiés syriens passent par le cercle arctique pour rallier l'Europe

Temps de lecture : 2 min

Des migrants syriens ont entamé un voyage long et difficile jusqu'à l'extrême nord de la Russie dans l'espoir de passer la frontière norvégienne.

La ville de Kirkenes, à l'extrême nord de la Norvège | Wikipédia (domaine public)
La ville de Kirkenes, à l'extrême nord de la Norvège | Wikipédia (domaine public)

Ils ont tenté de traverser la Méditerranée, de passer par la Turquie, de suivre la route des Balkans. Mais ces passages se font de plus en plus périlleux: naufrage, abus des passeurs, murs de barbelés que l'Europe érige autour d'elle...

Les réfugiés syriens, fuyant la guerre, tentent alors un autre itinéraire: le cercle arctique. Des dizaines de Syriens ont ainsi entamé cette année une route longue et difficile vers l'extrême nord de la Russie. Leur objectif: parvenir à passer une frontière arctique peu connue avec la Norvège.

Ils tentent donc la traversée jusqu'à la petite ville frontalière de Kirkenes, qui se trouve à environ 5.000 km au nord de la Syrie et où la température se situe en moyenne juste en dessous de zéro.

Trajet parcouru par les migrants syriens jusqu’à la ville norvégienne de Kirkenes

Le Guardian a interrogé le seul policier en poste à Kirkenes pour en savoir plus:

«C'est relativement nouveau. Ça a commencé il y a peut-être six mois. Environ une vingtaine de personnes essaient chaque mois. Il y a eu un couple à vélo. Mais le reste est venu à bord de voitures russes. C'est très facile pour eux de traverser. Et légal.»

Les réfugiés sont ensuite dirigés vers la police de l'immigration à Oslo. Pour rappel, au dernier bilan en avril 2015, la guerre en Syrie avait fait plus de 220.000 morts. Et depuis juin 2014, 3.000 personnes y ont été exécutées par l'État islamique.

Slate.fr

Newsletters

Les détenus américains se mettent en grève

Les détenus américains se mettent en grève

Pour trois semaines et dans dix-sept États.

 «Je rêvais que mon grand-père soit le grand révolutionnaire qui combattait la colonisation!»

«Je rêvais que mon grand-père soit le grand révolutionnaire qui combattait la colonisation!»

Deux jeunes femmes ont décidé de fouiller les cartons familiaux. Dépoussiérer le passé pour créer. Anja Kofmel et Delphine Wil sont deux réalisatrices européennes. Elles ont (re)tourné leur passé.

Peut-on se fier au classement des universités de Shangai?

Peut-on se fier au classement des universités de Shangai?

Chaque année est publié ce top des cinq cents meilleures facs du monde. Mais ces critères sont-ils vraiment en mesure d'évaluer la qualité des universités françaises?

Newsletters