Partager cet article

Le périple des migrants sur la route des Balkans en 5 cartes et graphiques

Des migrants, qui ont dit venir d'Afghanistan, marchent le long d'une route après avoir été appréhendés par la police serbe, près de la ville frontalière de Presevo à 383 km de Belgrade, le 29 avril 2015. REUTERS/Marko Djurica

Des migrants, qui ont dit venir d'Afghanistan, marchent le long d'une route après avoir été appréhendés par la police serbe, près de la ville frontalière de Presevo à 383 km de Belgrade, le 29 avril 2015. REUTERS/Marko Djurica

La route des Balkans devient un itinéraire de plus en plus emprunté par les migrants et les réfugiés.

Jeudi 27 août, un camion renfermant soixante-et-onze corps de migrants en état de décomposition a été découvert, le long d'une autoroute d'Autriche. Soixante hommes, huit femmes et trois enfants. Serrés dans l'habitacle pendant plusieurs heures de voyage, ils seraient mort de suffocation.

«C'est un avertissement pour que l'on se mette au travail, pour résoudre ce problème et faire preuve de solidarité», a réagi Angela Merkel, invitée au sommet de Vienne consacré à la crise des migrants. Après la Méditerrannée, la route des Balkans devient un itinéraire de plus en plus emprunté par les migrants et les réfugiés.

Et du même coup, de plus en plus problématique: les migrants mettent leur vie en péril, en voyageant dans des conditions déplorables, un réseau de passeurs s'y est développé, des gangs criminels y sévissent et les pays traversés finissent débordés par cet afflux sans précédent de personnes.

En septembre 2014, l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) publiait un rapport détaillé sur les mouvements de migration dans le monde en 2013. On y observait déjà une augmentation du flux migratoire via la route des Balkans (ici en violet):

 

En 2014, d'après l'agence Frontex, 43.357 personnes ont tenté de franchir illégalement des frontières le long de la route des Balkans (ci-dessous, la flèche en vert), soit 117% de plus qu'en 2013 (où un peu moins de 20.000 personnes avaient essayé de passer la frontière).

+117%

L’augmentation des tentatives de franchissement illégal de frontières sur la route des Balkans entre 2013 et 2014

Grèce, première étape

Il serait temps d'actualiser ces chiffres pour 2015. Cette année, le nombre d'arrivées de migrants a explosé. La Grèce, première étape du périple sur la route des Balkans, a vu arriver plus de 50.000 personnes pendant le seul mois de juillet, d'après les chiffres du Haut Commissariat aux Réfugiés (HCR). Au total, depuis le début de l'année, cela représente le nombre record de 160.000 personnes.

1.500

Le nombre de migrants arrivés en Grèce qui ont franchi les barbelés de la frontière gréco-macédonienne le 22 août 2015

La majorité des réfugiés qui arrivent en Grèce continuent leur voyage direction la Macédoine et la Serbie. Depuis le 20 août, le gouvernement de Skopje a déclaré l'état d'urgence et la frontière gréco-macédonienne est officiellement fermée. Mais les migrants continuent de passer en force. Le 22 août, 1.500 personnes ont franchi les barbelés, malgré les grenades assourdissantes lancées par les forces de l'ordre.

D'après les dernières estimations de l'OIM, entre 1.500 et 2.000 migrants entrent en Macédoine et en Serbie toutes les vingt-quatre heures. La tendance devrait se maintenir voire progresser à plus de 3.000 par jour.

Certains demandent l'asile sur place (45.000 demandes au premier trimestre 2015, neuf fois plus qu'à la même période en 2014), mais au moins la moitié ne s'enregistrent pas auprès des autorités et continuent vers la Hongrie.

La «porte d'entrée vers l'Europe» est elle aussi confrontée à un afflux sans précédent de migrants, avec plus de 140.000 arrivées depuis le début de l'année, soit plus du double du total de l'année 2014. Budapest prévoit de voter une loi en septembre destinée à criminaliser les passages illégaux et est en train de construire une barrière anti-migrants sur 175 kilomètres.

Bilan sanglant

D'où viennent ces migrants? Quels trajets suivent-ils? Plus de 90% d'entres eux fuient la guerre en Syrie ou en Irak, mais on compte également des Afghans, des Kosovars, des Smoliens ou des Pakistanais. Cette carte du Missing Migrant Project permet de mieux se figurer leurs parcours:

140.000

Le nombre de migrants arrivés en Hongrie depuis le début de l’année 2015

Arrivés par la Grèce, la plupart privilégient la route des Balkans, moins risquée que la Méditerranée, puis soit se dirigent vers l'Allemagne en passant par l'Autriche, soit vers l'Angleterre en passant par l'Italie et la France.

90%

Le pourcentage de migrants fuyant la guerre en Syrie ou celle en Irak

 

La Méditerranée reste extrêmement meutrière pour les migrants, avec plus de 2.300 morts recensés entre janvier et fin août 2013, soit 72% du total mondial.

27

Le nombre d’incidents, décès ou disparition sur la route des Balkans du 1er janvier au 25 août 2015

En 2014, The Missing Migrant Project ne recensait aucun «incident», ni décès, ni disparition sur la route des Balkans. Mais l'année 2015 a été plus sanglante. Fin août 2015, le nombre de morts s'élève déjà à vingt-sept:

 

Les migrants décédés, ont, au moins pour la moitié, été tués alors qu'ils marchaient le long de la voie ferrée transfontalière macédonienne. À la mi-avril, ils sont une quinzaine de personnes à avoir été fauchées par le train.

Avec cette nouvelle tragédie en Autriche, le bilan pour l’année va encore s'alourdir en 2015 pour la route des Balkans.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte