Partager cet article

Facebook a atteint le record du milliard d’utilisateurs par jour (et ce n’est encore rien)

Planète Facebook (décembre 2010) | Michael Coghlan via Flickr CC License by

Planète Facebook (décembre 2010) | Michael Coghlan via Flickr CC License by

Lundi 24 août 2015, un milliard de personnes se sont connectées sur Facebook. Les projets de Zuckerberg pourraient rendre ce record obsolète.

Mark Zuckerberg l’annonçait jeudi 27 août sur son profil Facebook: le 24 août 2014, un humain sur sept s’est connecté au réseau social. Trois ans après l’annonce en octobre 2012 qu’au moins un milliard de personnes se connectaient sur Facebook chaque mois, cette nouvelle étape donne le vertige.

À tel point qu’on peut légitimement à se demander s’il est possible d’aller plus loin, si Facebook peut continuer de grandir. Après un passage à Palo Alto, le journaliste de la BBC Dave Lee affirme que Facebook n’a pas fini de battre des records.

Pour continuer de s’étendre, Facebook ne mise plus sur les États-Unis ou l’Europe, la firme concentre ses efforts sur les pays qui n’ont que très peu d’accès à Internet au travers du projet Internet.org. Ce qui est affiché comme un projet de lutte contre la misère du monde –car pour Zuckerberg «la connectivité est un droit de l’homme»– reste avant tout un moyen d’élargir considérablement la base des utilisateurs du plus célèbre réseau social.

Résistances locales

L’ambition de Zuckerberg risque cependant de se heurter à certaines résistances. Beaucoup d’entreprises qui tentaient de développer des réseaux internet dans des zones reculées voient d’un mauvais œil le projet d’Internet.org, qui cherche à dépasser leur travail.

En avril 2015, plusieurs compagnies indiennes ont ainsi accusé Facebook de concurrence déloyale sur le marché du mobile. Pour vendre son projet, Facebook s’est en effet associé à plusieurs grands noms de l’industrie du téléphone comme Samsung, Ericsson ou encore Nokia. De fait, les entreprises locales, très nombreuses en Inde, qui ne souhaitaient pas s’associer au projet n’avaient tout simplement aucun moyen de faire face à la concurrence des partenaires du réseau social.

Cet hégémonisme masqué sous la bannière de l’altruisme revendiqué de Mark Zuckerberg commence à sérieusement nourrir les critiques venues d’Europe et des États-Unis. La principale étant l’accaparement par Facebook de nos données personnelles, d’autant plus fort que le réseau social développe en ce moment son propre logiciel de contrôle vocal, M, qui permettra d’emmagasiner encore plus d’informations sur les utilisateurs.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte