Partager cet article

Les avertissements anonymes sur un 11-Septembre français se multiplient

Cherif et Said Kouachi, le 7 janvier 2015 après la tuerie à Charlie Hebdo. REUTERS/Reuters TV

Cherif et Said Kouachi, le 7 janvier 2015 après la tuerie à Charlie Hebdo. REUTERS/Reuters TV

Les risques terroristes qui pèsent sur la France seraient de plus en plus conséquents.

Après le Canard Enchaîné en début de semaine, c'est le quotidien anglais conservateur, The Telegraph, qui évoque –toujours par des sources anonymes– les risques qui pèsent sur la France.

Dans un style assez apocalyptique, le Telegraph indique que «des fusils d'assaut de type Kalachnikov –comme ceux utilisés par l'homme dans le train [le Thalys reliant Amsterdam à Paris] et les terroristes islamistes qui ont tué dix-sept personnes à Paris en janvier– et des missiles anti-tanks sont maintenant facilement disponibles en France»:

«Beaucoup d'entre eux ont été introduits en contrebande depuis l'ex-Yougoslavie après les guerres des Balkans dans les années 1990. Plus d'armes sont arrivées de Libye, ont expliqué les sources, ajoutant que le crime organisé et les groupes terroristes travaillaient ensemble pour se les procurer.»

Aveu d’impuissance d’un «ponte du renseignement»

Le quotidien évoque également les risques d'une attaque par missile contre un avion de ligne, et affirme que les services de renseignement auraient prévenu les compagnies aériennes de tels dangers. 

Il revient sur les anecdotes pas vraiment rassurantes du Canard Enchaîné. Mercredi 26 août, on pouvait y lire ces propos rapportés d'un «ponte du renseignement» après les événements du Thalys:

«“On a de la chance. Des passagers d'un train qui neutralisent un suspect; un autre qui se titre une balle dans le pied, puis appelle les pompiers; un troisième qui échoue à faire sauter une usine chimique... Sans ces concours de circonstances, le bilan humain et matériel serait beaucoup plus lourd. Et nous n'aurions rien pu y changer.” Il n'est pas le seul à faire cet aveu d'impuissance. Un de ses collègues, plus défaitiste encore, prédit même “un prochain 11-Septembre à la française où les services [de renseignement] seront de simples spectateurs”. “Mais je ne veux affoler personne...”»

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte