Partager cet article

Voici la technique scientifique pour faire chanter les verres en cristal

Concert d'un groupe de verres chantants. | vie Wikipédia

Concert d'un groupe de verres chantants. | vie Wikipédia

Inutile de verser de l'eau à l'intérieur, il suffit de les plonger dans l'eau.

Faire chanter les verres en cristal est une passion partagée par de nombreux enfants lors de réveillons trop longs et de nombreux adultes lors de dîners trop arrosés. En faisant glisser doucement mais fermement un doigt humide sur le rebord du verre, un son clair et pur se produit, issu de la vibration du cristal.

Cette technique est en réalité un véritable instrument, le «verrillon», de la famille des idiophones (comme le xylophone ou le triangle). Il a même ses virtuoses. En 1746, le compositeur Christoph Willibald Gluck a donné un concerto au théâtre de Londres grâce à 26 verres remplis plus ou moins d'eau. Lui aussi charmé par ce son, Benjamin Franklin a inventé le glass harmonica en 1761, suivi en 1844 par le belge Joseph Mattau l'a perfectionné en mettant au point le mattauphone.

                                     Illustration du mattauphone / Wikipédia (domaine public)

Du XIIe siècle à l'art contemporain

Les historiens notent des apparitions du verrillon, qu'il soit frappé ou frotté, dès le XIIe siècle en Chine et le XVIe siècle en Perse. Et aujourd'hui, sa popularité ne se dément pas, comme on peut le voir avec les dizaines de vidéos sur Youtube, ou les performances d'artistes contemporains comme le français Thomas Bloch.

Démonstration tout de suite avec «La Danse de la fée dragée», de Tchaïkovski, par Robert Tiso:

 

Mais... Si on avait tort depuis le début? Deux physiciens de l'université de Stanford, Daniel Quinn et Brian Rosenberg, ont longuement étudié la manière dont se créait le son du verre. Et leur étude, publiée dans Physical Review, est formelle: il faut inverser le processus.

Un verre, une variété des sons

Au lieu de remplir le verre d'eau, il faut le plonger dans l'eau. Le son n'en est que meilleur, décrit The Independent, et, en immergeant un peu plus le verre dans l'eau, on obtient plus profond, du type du thérémine.

«Vous pouvez contrôler le son du verre vous-même, en le plongeant plus ou moins profondément, de sorte que vous n'avez besoin que d'un seul verre pour effectuer une variété de sons», ajoute Daniel Quinn. 

Le coup de main est facile à prendre, les scientifiques assurent qu'ils ont réussi à jouer la comptine «Mary Had a Little Lamb» au bout de quelques minutes.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte