Santé

En Israël, le Ketchup Heinz ne pourra plus s'appeler Ketchup

Temps de lecture : 2 min

Attaquée par son rival Osem, leader du marché en Israël, la marque américaine perd le label de sa célèbre sauce à cause d'une trop faible teneur en tomates.

Des sachets de Ketchup écrasés au milieu de la route. | Consumerist Dot Com via Flickr CC License by

Le ministère de la Santé israélien a tranché: Heinz ne pourra plus utiliser le label Ketchup hébreu en Israël. L’entreprise d’agroalimentaire Osem, grand concurrent d’Heinz sur le marché du Ketchup en Israël, a accusé la firme américaine de ne pas respecter les standards israéliens en matière de concentré de tomate.

En janvier dernier, le site Ynet indiquait que selon des tests laboratoires commandés par l’entreprise israélienne, le Ketchup Heinz ne contenait que 21% de concentré de tomate contre les 61% annoncés, soit deux fois moins que les standards israéliens qui exigent 41% pour le label.

En hébreu, Heinz ne vendra donc désormais plus de Ketchup, mais de l’«assaisonnement à la tomate». Ces règles ne s’appliquent pas à la labellisation anglaise, pourtant, l’importateur de la marque américaine, Diplomat, a créé une pétition pour changer la législation israélienne. L’opération a trouvé un écho auprès du ministère de la Santé qui envisage un changement des standards pour ré-autoriser la labellisation d’Heinz.

Newsletters

La crise sanitaire, une aubaine pour les sectes qui surfent sur les thérapies naturelles

La crise sanitaire, une aubaine pour les sectes qui surfent sur les thérapies naturelles

D'après un récent rapport publié par la Miviludes, les cures de bien-être et de développement personnel dangereuses se seraient multipliées pendant la pandémie.

La gestion de la crise du Covid-19 par Macron a balayé les oppositions de gauche

La gestion de la crise du Covid-19 par Macron a balayé les oppositions de gauche

De cette année passée, on retiendra que la gauche française a accepté d'exorbitantes restrictions des libertés publiques, obtempérant au discours sur la «guerre» du président Macron.

Méfions-nous des tests de personnalité

Méfions-nous des tests de personnalité

Cet article a été écrit par un ISFJ.

Newsletters