Santé

En Israël, le Ketchup Heinz ne pourra plus s'appeler Ketchup

Temps de lecture : 2 min

Attaquée par son rival Osem, leader du marché en Israël, la marque américaine perd le label de sa célèbre sauce à cause d'une trop faible teneur en tomates.

Des sachets de Ketchup écrasés au milieu de la route. | Consumerist Dot Com via Flickr CC License by

Le ministère de la Santé israélien a tranché: Heinz ne pourra plus utiliser le label Ketchup hébreu en Israël. L’entreprise d’agroalimentaire Osem, grand concurrent d’Heinz sur le marché du Ketchup en Israël, a accusé la firme américaine de ne pas respecter les standards israéliens en matière de concentré de tomate.

En janvier dernier, le site Ynet indiquait que selon des tests laboratoires commandés par l’entreprise israélienne, le Ketchup Heinz ne contenait que 21% de concentré de tomate contre les 61% annoncés, soit deux fois moins que les standards israéliens qui exigent 41% pour le label.

En hébreu, Heinz ne vendra donc désormais plus de Ketchup, mais de l’«assaisonnement à la tomate». Ces règles ne s’appliquent pas à la labellisation anglaise, pourtant, l’importateur de la marque américaine, Diplomat, a créé une pétition pour changer la législation israélienne. L’opération a trouvé un écho auprès du ministère de la Santé qui envisage un changement des standards pour ré-autoriser la labellisation d’Heinz.

Slate.fr

Newsletters

Boire trois ou quatre pintes après le boulot peut vous mener à la greffe de foie

Boire trois ou quatre pintes après le boulot peut vous mener à la greffe de foie

L'alcoolisme ne concerne pas que les buveurs et buveuses d'alcools forts.

Ces légendes urbaines persistantes sur le rhume en hiver

Ces légendes urbaines persistantes sur le rhume en hiver

Les astuces de grand-mère trouvent encore grâce aux yeux des parents.

On nous aurait menti sur la crise de la quarantaine

On nous aurait menti sur la crise de la quarantaine

Les perturbations liées à l'approche de l'âge mûr sont beaucoup plus positives que la société veut nous le faire croire.

Newsletters