Sciences

Non, une chute dans un trou noir ne serait pas forcément mortelle

Temps de lecture : 2 min

À en croire Stephen Hawking, il est possible que vous atterrissiez tout simplement dans un autre univers.

Illustration d'un trou noir. Reuters/NASA
Illustration d'un trou noir. Reuters/NASA

Cette semaine avait lieu à l’Institut royal de technologie de Stockholm une conférence menée par le célèbre mathématicien Stephen Hawking. Il y a fait une déclaration des plus troublantes pour les amateurs de science-fiction et pour tous ceux que les mystères de l’espace hypnotisent.

«Si vous tombez dans un trou noir, ne lâchez rien. Il y a une issue.»

Rassurant. Mais ne vous réjouissez pas trop vite. Le scientifique précise, dans des propos rapportés par The Independent, qu’un voyageur de l’espace perdu dans un trou n’a aucune chance de revenir dans son univers d’origine. Il peut, en revanche, s’échapper vers un «univers» parallèle, comme il l'avait déjà développé sur son site.

L'état «hologramme»

Se servir d’un trou noir comme d’un tremplin vers l’inconnu? Oui, mais à deux conditions. Le trou noir doit être large et rotatif.

Un autre scénario est possible si vous tombez dans un trou noir. Comme l’explique le Washington Post, vous pouvez aussi rester à l’état d’«hologramme» à la limite du trou noir, à son entrée, ce qui est décrit précisément comme «sa coque». Cet hologramme est une sorte de version résiduelle de votre premier «vous». Autrement dit, vous ne disparaissez pas à proprement parler quand vous tombez dans un trou noir. Vous connaissez une sorte de «conversion» en un état second.

À choisir, on préfère encore la version de Stephen Hawking où on s’en tire et arrive si possible entier vers une nouvelle destination.

Slate.fr

Newsletters

Comment est fabriqué le café décaféiné?

Comment est fabriqué le café décaféiné?

Non, il ne pousse pas sur les arbres.

Ce que les responsables de centrales nucléaires ont appris des catastrophes passées

Ce que les responsables de centrales nucléaires ont appris des catastrophes passées

Les précédents de l’ouragan Andrew en 1992 et de la tragédie de Fukushima en 2011 ont changé la manière dont les centrales nucléaires font face aux ouragans comme Florence.

Peut-on vraiment changer d'avis?

Peut-on vraiment changer d'avis?

Voyage au pays des apostats.

Newsletters