Économie

Tim Cook a-t-il violé la loi pour faire remonter l'action Apple?

Temps de lecture : 2 min

Le PDG d'Apple a envoyé à un journaliste qui cogère un fonds un e-mail pour le rassurer sur les ventes de la marque en Chine.

Tim Cook en Californie, le 27 octobre 2014. REUTERS/Lucy Nicholson
Tim Cook en Californie, le 27 octobre 2014. REUTERS/Lucy Nicholson

Tim Cook, le patron d'Apple, aurait permis à son entreprise de sauver 70 milliards de dollars de capitalisation boursière, lundi 24 août, grâce à un simple e-mail, raconte Le Figaro.

«Dans un courriel adressé lundi à un journaliste économique, le directeur général d'Apple, Tim Cook, a coupé court aux craintes sur l'état des ventes de son groupe en Chine. L'effet a été aussi immédiat que spectaculaire. Après une forte chute en début de séance, l'action Apple se redressait nettement dans l'après-midi et aidait même les indices new-yorkais à se rapprocher de l'équilibre.»

Apple et l'indice Dow Jones ont finalement clôturé respectivement en baisse de 2,50% et 3,57%. Le petit problème, c'est que la légalité de cette manœuvre est douteuse: comme l'explique Fortune, Tim Cook pourrait avoir des problèmes avec l'organisme fédéral américain de réglementation et de contrôle des marchés financiers, la SEC.

«Cet email viole potentiellement les réglements de la SEC sur le "fair discosure", qui interdisent aux entreprises cotées en Bourse de partager des informations avec quelqu'un qui pourrait potentiellement en profiter. Les médias sont généralement exemptés de cette règle, mais selon MarketWatch, Jim Cramer [le chroniqueur de CNBC à qui Tim Cook a envoyé l'email, ndlr] cogère un fonds, Actions Alerts PLUS, qui est investi dans Apple.»

Jim Cramer, c'est ce chroniqueur économique qui, lors de la crise boursière de 2007, avait un peu craqué à l'antenne (voir la vidéo ci-dessous) et qui a demandé hier à la Chine «d'arrêter de se comporter comme des communistes à moins que ce [qu'elle veut] vraiment depuis le début est de détruire le capitalisme».


Interrogé par MarketWatch, Thomas Gorman, un avocat du cabinet Dorsey & Whitney, qui défend des entreprises et des individus qui font face à la SEC et d'autres instances régulatrices, estime que «la SEC voudra sans doute jeter un œil à tout ça». Un autre avocat, Bill Singer, pense également que la SEC voudra enquêter pour «déterminer si le PDG a dépassé les bornes avec cet échange privé»:

«Je pourrais naturellement imaginer des circonstances où la SEC voudrait examiner ceci et estimer qu'il s'agit d'une violation de la réglementation sur le "fair disclosure". Dévoiler ceci à certains individus avant que ce soit connu du reste du public, lors d'un marché qui bouge extraordinairement vite, constitue une divulgation d'informations privilégiées.»

Mais Apple Insider estime que, même si la SEC lance une enquête, «Cook et Apple ont peu de chance de recevoir d'importantes pénalités, si jamais ils devaient être sanctionnés financièrement»:

«La régulation sur le "fair disclosure" est l'une des réglementations les plus contestées, et Cook n'a pas d'antécédents en la matière.»

Slate.fr

Newsletters

Et si on appliquait les principes du yoga au travail?

Et si on appliquait les principes du yoga au travail?

Le monde s'en porterait peut-être mieux (ou pas).

Défiez la gravité en vous offrant un vol habité

Défiez la gravité en vous offrant un vol habité

Le tourisme spatial est balbutiant mais il devrait bientôt exister. Si vous êtes (très) riche, en bonne santé et que vous n'avez pas peur de vieillir, c'est le moment de vous envoyer en l'air.

De plus en plus de personnes refusent de prendre l'avion pour protéger la planète

De plus en plus de personnes refusent de prendre l'avion pour protéger la planète

Le mouvement, né en Suède, gagne petit à petit le reste des pays européens.

Newsletters