Économie / Monde

Le «lundi noir» a fait virtuellement perdre aux plus riches du monde 124 milliards de dollars

Temps de lecture : 2 min

La chute des marchés boursiers a fait fluctuer les portefeuilles des plus grandes fortunes du monde.

Au feu! | Mike Poresky via Flickr CC License by
Au feu! | Mike Poresky via Flickr CC License by

La semaine dernière du 17 août, la chute des marchés boursiers a fait perdre virtuellement 182 milliards de dollars aux 400 personnes les plus riches du monde, dans un contexte de ralentissement de l'économie chinoise et de baisse des prix du pétrole.

Après le «lundi noir» chinois, ces méga-riches ont encore potentiellement perdu 124 milliards de dollars, rapporte le site Bloomberg, qui estime que vingt-quatre milliardaires ont perdu virtuellement plus d'un milliard chacun.

Perdants de la journée

Selon le type d'actions possédées, les milliardaires ont perdu entre des centaines de millions et plusieurs milliards de dollars, du fait de la dégringolade de la bourse de Shanghaï, qui a fait chuter les principales places boursières du monde.

Selon le magazine Forbes, un des plus grands perdants de la journée est le milliardaire Wang Jianlin, qui avait été désigné par Forbes en 2013 comme l’homme le plus riche de Chine continentale. Il possède plus de 200 grands magasins et hôtels en Chine, et a perdu 3,7 milliards de dollars le lundi 24 août, soit une baisse de 12,7% de sa fortune.

Jeff Bezos, le PDG d'Amazon, entreprise accusée dans une enquête du New York Times du 15 août de maltraiter ses salariés, a perdu 2,6 milliards de dollars sur une fortune totale estimée à 41,5 milliards de dollars.

Parmi les milliardaires français, Bernard Arnault et Liliane Bettencourt ont été fortement affectés, dans la mesure où la Chine est un marché très important pour le secteur du luxe. Avec la chute des actions LVMH et L'Oréal, Arnault et Bettencourt ont perdu respectivement 1,9 et 1,7 milliard de dollars. Quant à Patrick Drahi, il a perdu 1,2 milliard de dollars, et sa fortune a baissé de 7,7%.

Fortunes augmentées

Comme le rappelait l'analyste financier John Collins sur Bloomberg, ces chutes impressionnantes ne représentent qu'une fraction de ces grandes fortunes, et sont donc loin d'être désastreuses.

Les magnats des réseaux sociaux et d'Internet n'ont pas été epargnés: Mark Zuckerberg, le PDG de Facebook, a perdu 1,7 milliard de dollars, et les fondateurs de Google, Larry Page et Sergey Brin, environ 1 milliard chacun.

Un certain nombre de membres de cette liste avaient des investissements qui n'ont pas été affectés par la crise boursière, et certains ont même vu leur fortune augmenter cette journée de lundi. C'est notamment le cas de plusieurs miliardaires russes propriétaires de compagnies minières et de gas naturel, mais aussi du milliardaire de Hong Kong Li Ka-shing, dont la source de richesse est décrite par Forbes comme «diversifiée». Le plus grand gagnant est John Malone, un magnat américain du câble, qui a gagné 2,3 milliards de dollars ce lundi.

Newsletters

J'ai découvert une entreprise qui ne cherche pas à grossir à tout prix, et ça m'a fascinée

J'ai découvert une entreprise qui ne cherche pas à grossir à tout prix, et ça m'a fascinée

Une marque a besoin de trouver un équilibre économique, pas forcément de devenir leader d'un marché.

Pourquoi l'hôtellerie-restauration ne séduit plus les travailleurs

Pourquoi l'hôtellerie-restauration ne séduit plus les travailleurs

Si les hôtels et les restaurants ont rouvert après de longs mois de fermeture, le secteur a du bien du mal à recruter. Les négociations à venir pourraient entraîner une revalorisation des salaires.

Au Royaume-Uni, les pénuries font craindre un nouvel Hiver du mécontentement

Au Royaume-Uni, les pénuries font craindre un nouvel Hiver du mécontentement

Ces derniers jours, le manque d'essence et de biens de consommation a semé un vent de panique en Angleterre. Des événements qui ne sont pas sans rappeler la période 1978-1979. 

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio