Partager cet article

Tout ce qu’on vous a raconté sur les ceintures de chasteté était faux

Estampe allemande du XVIe siècle sur l’inefficacité d’une ceinture de chasteté | Auteur inconnu via Wikimedia Commons (domaine public)

Estampe allemande du XVIe siècle sur l’inefficacité d’une ceinture de chasteté | Auteur inconnu via Wikimedia Commons (domaine public)

Les ceintures de chasteté faites en métal et utilisées pour garantir la fidélité féminine n’ont en réalité jamais existé.

Vous avez sûrement déjà votre idée de ce qu’est une ceinture de chasteté: vous en avez probablement vu au cinéma et elles sont évoquées dans un grand nombre de productions artistiques (il existe même un groupe de musique de Seattle nommé Chastity Belt). Dans son livre de 1969, Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le sexe (sans jamais oser le demander), David R. Reuben décrit quant à lui l’objet comme «un bikini blindé» comportant «une ouverture à l’avant pour uriner et une barre de métal pour séparer le vagin de la tentation». «Le tout, poursuit-il, était verrouillé par un grand cadenas.» C’était à l’aide de ce dispositif que les hommes du Moyen Âge s’assuraient de la fidélité de leurs femmes quand ils partaient en guerre, très loin et parfois pendant plusieurs années.

Eh oui, tout cela semble à la fois ridicule, barbare et bien peu hygiénique, mais… allez comprendre les hommes du Moyen Âge! C’était une autre époque, après tout.

C’est tout du moins l’histoire telle qu’on nous la raconte depuis des centaines d’années. Et celle-ci a le mérite d’être simple, percutante et d’une certaine façon amusante, dans la mesure où elle dépeint nos ancêtres comme de ridicules arriérés et nous-mêmes, par extension, sous un jour bien plus flatteur. Mais elle est aussi, très probablement, totalement fausse.

«En tant que médiéviste, j’ai pensé que cela ne pouvait plus durer», raconte Albrecht Classen, professeur au département d’études allemandes de l’Université d’Arizona. Il a donc entrepris de raconter la véritable histoire de la ceinture de chasteté. «C’est un sujet de recherche suffisamment délimité pour que je puisse couvrir tout ce qui a été écrit sur le sujet, explique-t-il. Et ainsi mettre définitivement fin à ce mythe.»

Car la vérité est la suivante: les ceintures de chasteté, faites en métal et utilisées pour garantir la fidélité féminine n’ont en réalité jamais existé.

Métaphores de la pureté

Quand on cherche des preuves de l’existence de telles ceintures au Moyen Âge, comme Albrecht Classen l’a fait pour son livre The Medieval Chastity Belt: A Myth-making Process, on est en effet rapidement confronté à la faiblesse de leur nombre. Il n’existe que très peu d’images ou de récits d’utilisation de ce genre d’appareil. Les exemplaires conservés sont encore plus rares et les quelques travaux d’envergure sur le sujet, s’appuyant largement les uns sur les autres, citent tous un même corpus limité d’exemples.

On trouve très peu de références historiques d’hommes essayant de mettre une ceinture de chasteté à leur femme

Albrecht Classen, auteur de The Medieval Chastity Belt: A Myth-making Process

«On trouve bien un certain nombre de représentations littéraires mais très peu de références historiques d’hommes essayant de mettre une ceinture de chasteté à leur femme», explique Albrecht Classen. Toutes ces sources ont en revanche pour point commun d’être allégoriques ou satiriques.

Dans les textes européens, les premières références aux ceintures de chasteté sont vieilles de plusieurs siècles, bien avant l’an mille. Mais jusqu’au XIIe siècle, elles sont toutes exprimées en termes théologiques, comme métaphores de l’idée de fidélité et de pureté. Par exemple, une source latine recommandait à la «vierge honnête» de «garder le casque du salut sur son front, le mot de la vérité dans sa bouche [...] le véritable amour de Dieu et de ses prochains dans le cœur, la ceinture de chasteté dans le corps». Peut-être les vierges suivant ces recommandation portaient-elles alors un casque en métal sur la tête, une trace matérielle du mot «vérité» dans la joue, comme un brin de tabac à chiquer, et des sous-vêtements métalliques. Ou peut-être que rien de tout cela ne devait être compris de façon littérale.

«Peurs masculines»

La représentation la plus ancienne trouvée à ce jour remonte à 1405: on la trouve dans un livre d’ingénierie militaire appelé Belli Fortis, au milieu de croquis de catapultes, d’armures, d’instruments de tortures et d’autres machines de guerre (cliquez ici pour voir comment elle était représentée).

Mais tout n’est pas du plus grand sérieux dans ce livre. On trouve dans ce codex ce qu’Albrecht Classen appelle «des objets totalement imaginaires» permettant, par exemple, de rendre les gens invisible. Et bien que la ceinture de chasteté y soit décrite avec force détails, personne n’a jamais trouvé de modèles datant de cette époque. En revanche, l’auteur, Konrad Kyeser, s’est permis quelques blagues scatologiques. Et il est bien plus probable que cette image soit une autre de ces plaisanteries.

Autour du XVIe siècle, la ceinture de chasteté commence à faire son apparition régulière dans les illustrations et les gravures. Mais, dans la plupart des cas, la scène représentée est la suivante: le mari, généralement plus âgé, doit partir en voyage. Sa femme est le plus souvent montrée à moitié dévêtue, dévoilant des sous-vêtements métalliques. Et, quelque part dans l’image, son amant attend le départ du mari, un double de la clé de la ceinture à la main.

Pourquoi cette histoire était-elle si populaire? «Cela représente les peurs masculines, explique Albrecht Classen. Il y a toujours un amant possédant déjà le double de la clé en arrière-plan», poursuit-il. En d’autres termes, même au XVIe siècle, personne ne prenait vraiment au sérieux l’idée de sous-vêtements métalliques cadenassés servant de dispositif anti-sexe. Quand les ceintures de chasteté sont représentées à la Renaissance, c’est donc dans l’équivalent de l’époque des films de Mel Brooks… et, pour le public de ce genre d’œuvres, l’idée était probablement tout aussi hilarante que pour des adolescents de la fin du XXe siècle.

Objets fantaisistes

Il existe bien sûr quelques ceintures de chasteté exposées dans des musées. Mais la plupart des chercheurs pensent aujourd’hui que ces artéfacts métalliques ont été fabriqués bien après la fin du Moyen Âge: ce sont des objets fantaisistes faisant référence à un passé n’ayant jamais réellement existé. Ou, comme le British Museum l’explique, «il est fort probable que la plupart des modèles conservés aient été fabriqués au XVIIIe ou au XIXe siècle comme objets de curiosité pour les personnes les plus graveleuses ou de plaisanterie pour celles de mauvais goût». (On parle de l’époque victorienne, après tout: l’obsession pour le sexe y était inversement proportionnelle à sa connaissance.)

Même au XVIe siècle, personne ne prenait au sérieux l’idée de sous-vêtements métalliques cadenassés servant de dispositif anti-sexe

L’un des modèles représentés dans le livre d’Albrecht Classen possède par exemple un petit cœur perforé sur l’avant et un trou pour la défécation en forme de fleur. C’est sans doute trop beau pour être vrai.

Mais pourquoi ce mythe a-t-il rencontré une telle prospérité? Il est bien sûr difficile de réfuter une idée une fois qu’elle est profondément implantée dans la mémoire collective. Et le même petit nombre d’informations a pu, par conséquent, convaincre plusieurs générations que les hommes du Moyen Âge cadenassaient les parties intimes de leur femme. Cependant, même les difficultés techniques du dispositif (comme un historien l’a écrit: «Comment un tel mécanisme pourrait-il avoir été conçu pour permettre les activités normales de miction, d’évacuation, de menstruation et d’hygiène, tout en prévenant la pénétration anale et vaginale?») n’ont pu semer le doute quant à l’existence des ceintures de chasteté.

«Les gens adorent tout ce qui tient au sexe. Ils peuvent arguer de leur intérêt historique, même s’il s’agit avant tout d’un intérêt sexuel, explique Albrecht Classen. C’est un fantasme.»

Pour les hommes, la ceinture de chasteté conjure leur crainte de l’appétit sexuel des femmes qui seraient tellement libidineuses qu’il faudrait les enfermer. Pour les femmes, elle témoigne de la cruauté et la volonté de les contrôler des hommes. Mais pour beaucoup, c’est un simple fantasme sexuel. Car, même si les ceintures de chasteté utilisées pour garantir la fidélité au Moyen Âge n’ont jamais existées, celles d’aujourd’hui, vendues comme des objets fétichistes, sont en revanche bien réelles.

Vous devez être membre de Slate+ et connecté pour pouvoir commenter.
Pour devenir membre ou vous connecter, rendez-vous sur Slate+.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte