Parents & enfants

S'occuper des enfants équitablement améliore la vie sexuelle des parents

Temps de lecture : 2 min

Une étude de sociologues américains montre qu'une relation stable et une vie sexuelle épanouie va de pair avec une égale participation au soin des enfants.

Davis Twins Fourth week of June | Nate Davis via Flickr CC License by
Davis Twins Fourth week of June | Nate Davis via Flickr CC License by

Qui va s'occuper des enfants? La réponse est encore bien souvent les femmes. Le temps passé par les hommes à s'occuper des tâches domestiques –dont le ménage, les courses et le soin aux enfants– est en moyenne de 2h13 par jour contre 4h01 pour les femmes, selon l'Insee.

Et pourtant, un peu d'effort pour plus d'égalité peut s'avérer payant. Les couples qui s'occupent équitablement des enfants ont une vie sexuelle plus épanouie et une relation plus stable, d'après une étude menée par des sociologues de l'université de Georgie présentée par l'American Sociological Association. Les chercheurs ont étudié 487 couples hétérosexuels et les ont divisé en trois catégories: ceux où la mère s'occupe de tout (ou presque tout), ceux où les pères font tout (ou presque tout) et ceux où les tâches sont équitablement partagées.

Équilibre salvateur

Seul l'équilibre entre les deux sexes paraît être la solution la plus satisfaisante. Quand la mère se charge de tout, les deux parents rapportent avoir une relation et une vie sexuelle de moins bonne qualité. Et quand le père est le plus présent pour ses enfants, il a lui aussi une vie sexuelle décevante... Au contraire de la mère, qui s'en porte très bien.

Daniel L. Carlson, le sociologue de l'étude, précise qu'aucun couple homosexuel n'a été inclus et qu'il n'avait pris en compte qu'une tâche avec les enfants: sortir et jouer avec eux, et non pas qui les nourrit ou les lave. Ces premiers résultats sont malgré tout révélateurs et les sociologues cherchent maintenant à percer le secret de ces couples, à savoir pourquoi le partage des soins aux enfants a un tel impact sur leur relation.

Slate.fr

Newsletters

Blâmer les ados pour le temps passé devant leurs écrans n’est pas la solution

Blâmer les ados pour le temps passé devant leurs écrans n’est pas la solution

On ne peut pas attendre des enfants qu'ils aient la capacité innée à résister à des manipulations cognitives aussi finement pensées.

Lou, l'héroïne qui grandit entre les cases

Lou, l'héroïne qui grandit entre les cases

À l’occasion de la sortie du huitième tome de la série, l’auteur Julien Neel revient sur la conception de sa BD culte. Papier réalisé par un journaliste de 43 ans et une jeune pousse de 10 ans.

Se souvenir de moments heureux réduirait les risques de dépression chez les ados

Se souvenir de moments heureux réduirait les risques de dépression chez les ados

Les scientifiques appellent ce phénomène la résilience.

Newsletters