CultureFrance

Une histoire d'amour entre Giscard et Lady Diana?

Slate.fr, mis à jour le 21.09.2009 à 14 h 29

Dans un roman à venir, l'ancien président de la République Valéry Giscard d'Estaing raconte l'histoire d'un coup de foudre entre un président français fictif des années 1980, Jacques-Henri Lambertye, et Patricia, une princesse de Cardiff «fort jolie, très médiatique et malheureuse en ménage».

Le manuscrit qui devait être mis en vente le jeudi 1er octobre a été «volé» chez «Hachette», le diffuseur du livre co-édité par Fallois et XO, maison d'édition appartenant au gendre de l'Ex, Bernard Fixot. Qui est également un proche de Nicolas Sarkozy.

Marianne2 le premier a sorti «la love affaire» dimanche 20 septembre, sans plus de détails. Presque un teasing. Et ce matin, Le Figaro interroge:

«Et si c'était vrai» ?

Le quotidien sarkoziste a manifestement eu le manuscrit en mains, et  a pris le temps de le décrypter, ce qui lui permet d'approfondir dans les personnages du roman les troublantes ressemblances avec l'auteur lui-même et la défunte Lady Di. «La relation de ce coup de foudre est précise. Le brio de l'auteur, son habileté dans les descriptions qu'il fait des lieux, des propos et des toilettes sont tels que le récit paraît toucher à la vérité.»

Une chose est sûre, la princesse n'est plus là pour témoigner, et l'ancien président détient seul la clé de cette histoire. «Reste une question: jusqu'où un roman peut-il aller dans le mélange entre imagination et réalité? Quelle part la mémoire et le rêve peuvent-ils prendre à son élaboration? Fiction totale, songe d'écrivain, histoire vraie?»

«Bien sûr, le passage sur cette croustillante affaire peut toujours être supprimé au dernier moment» écrit le site Marianne2. Mais les éditeurs du livre misent sur ces révélations et sur le mystère qui entoure la relation évoquée pour établir leur tirage à 100.000 exemplaires, «un tirage tout à fait exceptionnel.»

Qu'est ce que l'Histoire retiendra de Valéry Giscard d'Estaing, s'interroge le site de l'hebdomadaire. «L'homme qui a inventé la modernité? Le libéralisateur de l'avortement? L'inventeur du droit de vote à 18 ans? Le premier président à prendre des femmes ministres au gouvernement? Le résident noble de l'Elysée, qui petit-déjeune avec des éboueurs? [...] En parlant de Diana, Giscard se donnerait plutôt comme le grand inventeur de la pipolisation élyséenne».

Construction libidineuse d'un vieillard de 83 ans qui, en 1994 a déjà commis un bref récit sentimental contant les aventures d'un notaire sur le retour et d'une jeune auto-stoppeuse ("le Passage") ou vraie confession... on ne prête qu'aux riches, et en ce domaine, l'Ex a inauguré l'ère des présidents de la République française très fortunés .

 

Image de Une: Valéry Giscard d'Estaing et Diana rient ensemble à Versailles en 1994, REUTERS/John Schults

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte