Partager cet article

Au Canada, tous les anglophones ne savent pas tenir leur langue sur le français

Panneau bilingue Stop-Arrêt à Ottawa (Ontario, Canada) | MPD01605 via Flickr CC License by

Panneau bilingue Stop-Arrêt à Ottawa (Ontario, Canada) | MPD01605 via Flickr CC License by

Les anglophones du Nouveau-Brunswick, seule province bilingue du Canada, n’affichent pas tous leur solidarité envers leurs compatriotes francophones.

3.000 «j’aime», 2.000 partages, des messages d’encouragement, des insultes, des passages dans les médias… Katie Cooper Butland, canadienne anglophone du Nouveau-Brunswick, voulait juste montrer sa solidarité envers les francophones de sa province le 15 août dernier, jour de fête nationale acadienne. Son objectif est donc plus que rempli. «C’est un incroyable engouement et c’est un grand espoir pour nous. Selon moi, au Nouveau-Brunswick, il y a une vraie division entre les francophones et les anglophones. Très peu de paroles positives sont échangées. La communauté anglophone est majoritaire. C’est important de parler du bilinguisme car la communauté francophone n’a pas cette voie. Les francophones ne sont pas considérés», témoigne-t-elle via Skype dans un français à l’accent chantant.

 

So, I want to say a few things about quinze août/August 15th, and I'm going to say them in English, because Anglophones...

Posted by Katie Cooper Butland on 15 août 2015

 

Sur Twitter, Beth Lyons, une autre anglophone de la province, qui a d’ailleurs inspiré sa diatribe, a également lancé le hashtag (ou mot-clic) #AnglosWithAcadians pour que les anglophones sortent du bois et affichent leur solidarité envers leurs compatriotes.

 

«NB pour les anglophones: demain, c’est le 15 août et il y a eu une hausse des mouvements antibilinguisme dans notre province.»

 

Les #angloswithacadians doivent aussi faire du bruit

@bettylyons, sur Twitter

«Ce n’est pas seulement aux Acadiens de prendre la parole contre ces mouvements et cette bigoterie linguistique. Les #angloswithacadians doivent aussi faire du bruit.»

Un message qui a trouvé un écho sur le réseau social.

 

«Les anglophones et francophones ont en commun une longue et riche histoire de fêtes conjointes. Il ne faut pas lâcher!»

 

«Les #AngloWithAcadians sont toujours aussi dynamiques. Je suis une anglophone du Nouveau-Brunswick et ces mouvements ne me représentent indiscutablement pas.»

Mouvement antibilinguisme

Il faut dire que ces deux initiatives arrivent après différentes affaires qui ont quelque peu mis de l’huile sur le feu dernièrement au Nouveau-Brunswick, la seule province officiellement bilingue du pays. Un mouvement antibilinguisme et antidualité est actuellement en train de resurgir chez certains anglophones de la province.

Des pétitions en ligne ont ainsi recueilli des milliers de signatures. Sur Facebook, la page «Equal Rights for New-Brunswick Anglophones», qui vient d’être piratée, rassemblait avant cela plus de 5.000 personnes.

Si l’Acadie n’existe plus, aujourd’hui, géographiquement parlant, elle est bien vivante culturellement

«C'est une plateforme incroyable pour permettre à un petit groupe de personnes anonymes de faire beaucoup de bruit. Les médias accordent à leur tour beaucoup d'attention à ce qui se dit en ligne, ce qui donne l'impression d'un mouvement généralisé. En dehors du monde virtuel, on le remarque très peu», analyse Mathieu Roy-Comeau, journaliste à l’Acadie Nouvelle, le quotidien des francophones de la province.

Une manifestation réunissant 200 personnes a néanmoins eu lieu en mai devant l’assemblée législative à Fredericton, la capitale de la province. «On n’avait rien vu de tel depuis de nombreuses années», concède-t-il.

Peuple déporté

Pour bien cerner l’importance de la question linguistique dans cette région du Canada, il convient, tout d’abord, de rappeler à tout le monde ce qu’est l’Acadie, qu’il ne faut pas confondre avec le Québec. Pour avoir vécu huit mois dans la province et affronté les questions de mes proches, c’est en général nécessaire.

L’Acadie était une colonie française fondée en 1604, située entre la Nouvelle-France et la Nouvelle-Angleterre, qui fut cédée à la Couronne britannique après la défaite française et le Traité d’Utrecht en 1713. L’Acadie devient la Nouvelle-Écosse, les Anglais doivent désormais gérer une colonie d’habitants d’origine française et catholique.


 

La rivalité entre la France et l’Angleterre ne se dégonfla pourtant pas, tout comme la méfiance des Anglais envers les Acadiens, qui refusait de prêter serment au roi d’Angleterre. En 1755, le gouverneur militaire de la Nouvelle-Écosse décide de signer l’ordre de leur déportation, que l’on appelle aussi «Le Grand Dérangement». Des milliers d’Acadiens furent, dès lors, expropriés et forcés de quitter leurs terres pour d'autres colonies, l'Angleterre, la France, en Louisiane ou dans le Maine...

Les Acadiens reviendront petit à petit pour s'installer notamment à divers endroits au Nouveau-Brunswick, en Nouvelle-Écosse, sur l’Île-du-Prince-Édouard ou encore Terre-Neuve. Si l’Acadie n’existe plus, aujourd’hui, géographiquement parlant, elle est bien vivante culturellement. Allez demandez aux Lorientais qui dansent et chantent chaque année au pavillon acadien du Festival interceltique.

Lutte pour ces acquis linguistiques

Revenus sur leurs terres, minoritaires (ils sont environ 30% au Nouveau-Brunswick), les francophones ont dès lors beaucoup lutté afin d’obtenir des droits linguistiques. Le très bon documentaire L’Acadie, l'Acadie montre à ce sujet la lutte des étudiants de l’Université de Moncton en faveur du bilinguisme en 1968.

Aujourd’hui, depuis l’adoption de la Loi sur les langues officielles, le Nouveau-Brunswick est donc devenu en 1969 la seule province bilingue du Canada. Ce qui signifie que les deux langues ont un statut égal dans toutes les institutions publiques de la province et que les fonctionnaires doivent donc s’adapter à la langue de la personne qu’ils ont en face d’eux.

De même, en 1981, l’Assemblée législative a adopté la Loi 88, qui accorde aux deux communautés le droit à des institutions distinctes dans les secteurs culturels, éducatifs et sociaux. Par exemple, les Acadiens ont le droit à des écoles et un service de bus scolaire en français. Ce qu’on appelle la dualité linguistique.

Popularité du chiac

Une langue vernaculaire mélangeant français, vieux français, anglais et expressions acadiennes se développe chez les jeunes

Ces deux garde-fous permettent aux francophones de ne pas se faire assimiler, ou du moins pas trop. Car le nombre de familles qui utilisent le français au sein du foyer recule, selon les dernières données publiées par Statistique Canada.

Une influence de l'anglais que l'on entend parfaitement dans les bars, les rues ou les écoles de la province. Dans la région de Moncton surtout, la plus grande ville de la région où francophones et anglophones cohabitent, une langue vernaculaire mélangeant français, vieux français, anglais et expressions acadiennes se développe chez les jeunes. Le chiac, son petit nom, a notamment été popularisé par la chanteuse Lisa LeBlanc et le groupe de hip-hop Radio-Radio.

«Certains voient dans ce phénomène un reflet de l’érosion de la culture francophone en Acadie tandis que d’autres y voient au contraire une affirmation de cette même culture», expliquait un professeur de l’Université de Moncton dans une tribune. On vous laisse vous forger votre opinion.

Dualité peu économe

Le bilinguisme et la dualité linguistique sont donc deux acquis que certains groupes anglophones veulent remettre en question pour des soucis d’économie.

Car la province du Nouveau-Brunswick est loin d’être la région la plus riche du Canada. Le taux de chômage était de 11% en juillet (contre 6,8% pour l’ensemble du pays), les déficits s’enchaînent depuis des années, le revenu médian par habitant est le plus bas du pays, juste devant le Nunavut.

«Le gouvernement doit composer avec des budgets déficitaires depuis la crise économique ce qui se traduit par une ère d'austérité, des compressions budgétaires, des pertes d’emplois», explique Nicolas Steinbach, journaliste pour Radio Canada dans la province. Un des arguments de la majorité anglophone, souvent unilingue (15% des anglophones sont bilingues contre 71% des francophones), est que le bilinguisme demandé dans la fonction publique, par exemple, ne leur permet pas de trouver un emploi voire leur a fait perdre leur emploi. Certains groupes anglophones estiment, aussi, que la province ne peut pas financièrement se permettre la dualité linguistique.

Ce fut notamment l’avis du maire de Fredericton, dans un tweet qui fit beaucoup parler fin février…

 

Certains groupes anglophones estiment que la province ne peut pas financièrement se permettre la dualité linguistique

«Je comprends le bilinguisme, mais la dualité ne fait aucun sens. Monsieur le Premier ministre, cela devrait être mis sur la table puisque nous cherchons à économiser de l’argent. C’est vous qui l’avez demandé.»

«Les Acadiens comme boucs émissaires»

«Ça semble plutôt être du populisme qui transcende la droite et la gauche. Ça va très mal au Nouveau-Brunswick sur le plan économique. C'est difficile pour tout le monde et le gouvernement doit faire des choix difficiles. Comme c'est souvent le cas, une partie de la population se cherche un bouc émissaire et, dans le cas du Nouveau-Brunswick, ça tombe sur la minorité francophone», déplore Mathieu Roy Comeau.

Même son de cloche pour Beth Lyons et son mot-clic. «Les gens veulent toujours avoir quelque chose à blâmer, juge la jeune militante. C’est inacceptable d’utiliser les Acadiens comme boucs émissaires.»

D’autant qu’une étude réalisée par deux économistes vient juste de prouver le contraire. Selon cette recherche, le bilinguisme permettrait de générer 1,4 milliard de dollars en revenus d’exportation chaque année dans la province.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte