Monde

Ne l'appelez plus jamais migrant

Temps de lecture : 2 min

Al Jazeera a décidé de s'en tenir désormais à l'appellation de réfugié, plus juste quant à leur situation et moins connotée. Explication de texte.

Une femme afghane et son enfant arrivés sur les côtes grecques (REUTERS/Alkis Konstantinidis).
Une femme afghane et son enfant arrivés sur les côtes grecques (REUTERS/Alkis Konstantinidis).

C'est un cri du cœur. Barry Malone, un des journalistes de la version anglophone d'Al Jazeera, a publié une tribune pour expliquer pourquoi son média se refusait dorénavant à utiliser le terme de «migrants» pour qualifier les réfugiés traversant la Méditerranée.

«Ce mot générique ne remplit plus son rôle quand on en vient à décrire l'horreur de ce qui se passe en Méditerranée, justifie-t-il. Loin de sa simple définition telle qu'on peut la trouver dans le dictionnaire, c'est devenu un outil visant à deshumaniser ce qui se passe et nous mettre à distance. Avec une forte connotation péjorative.»

Il ajoue: «Ce n'est plus une personne comme vous, avec ses propres pensées, une histoire, ses espoirs qui marche sur la voie et retarde votre train. C'est un migrant. Une nuisance.»

L'équivalent de 0,045% de la population européenne

Barry Malone indique que de parler de migrants plutôt que de réfugiés n'est pas neutre. Ça laisse à penser que ceux-ci voyagent pour des motifs économiques, or, à en croire les chiffres de l'ONU, la vaste majorité fuient réellement la guerre que ce soit en Syrie, en Afghanistan, en Irak ou en Érythrée.

Les chiffres disponibles doivent également nous amener à nuancer le drame qui se joue en Europe. Si 340.000 réfugiés sont entrés sur le continent depuis le début de l'année, ça représente 0,045% de la population totale, argumente-til. La Turquie accueille, elle, 1,8 million de Syriens. Au Liban, ils sont 1 million, en Irak 200.000. Ce, malgré l'état de détérioration du pays.

Slate.fr

Newsletters

Une mascotte loutre sème la terreur au Japon

Une mascotte loutre sème la terreur au Japon

Un appétit pour le chaos qui n'est pas au goût d'une petite municipalité du sud du pays.

Les justifications de l'ado pro-Trump n'empêchent pas l'indignation

Les justifications de l'ado pro-Trump n'empêchent pas l'indignation

La complexité des événements de Washington ne doit pas nous dissuader de dire la vérité au sujet de Trump.

Neum, le territoire qui échappe aux radars de l'Histoire

Neum, le territoire qui échappe aux radars de l'Histoire

Vous ignorez tout de ce territoire bosnien qui fait de la région de Dubrovnik une enclave croate? Logique: sa frontière ne fait que vingt kilomètres de long.

Newsletters