Sciences / Culture

Mais pourquoi écoutons-nous de la musique?

Temps de lecture : 2 min

Premier indice: la raison varie selon l’âge.

Jeune homme à New York attendant le métro, mai 2014 | Shannon Stapleton/Reuters
Jeune homme à New York attendant le métro, mai 2014 | Shannon Stapleton/Reuters

La musique comme régulateur d’émotions, comme un moyen de réduire le stress et de se relaxer. C’est la vulgate (peut-être un peu réductive) qu’on rencontre souvent.

Deux chercheurs irlandais de l’université de Galway, Jenny Groarke et Michael Hogan, ont tenté de creuser cette idée. Ils ont mené une étude sur deux groupes de personnes. Un premier groupe comprenant vingt-quatre participants de 18 à 30 ans et le second était composé de dix-neuf participants de 60 à 85 ans. Chacun a dû répondre à des questions sur ce qui les incitait à écouter de la musique. Il est apparu que les raisons invoquées variaient en fonction des différentes tranches d’âges.

Motivation sociale vs motivation introspective

Pour schématiser, les personnes plus âgées se situent dans une écoute beaucoup plus introspective, tournée vers soi, que les plus jeunes. La musique est une source de sens, un intercesseur vers le bien-être et aussi l’équilibre spirituel.

Au contraire, chez les plus jeunes, que ce soit pour s’isoler ou se rapprocher des autres, la musique a une connotation beaucoup plus sociale. Comme le rapporte Pacific Standard, «les plus jeunes voient la musique comme un moyen d’échapper à la mauvaise humeur et de créer des liens avec leurs amis. [...] Paradoxalement, les jeunes adultes se servent aussi de la musique pour éviter le contact social, soulignant combien la musique peut être utilisée pour se créer un espace privé».

Autre distinction: le pouvoir d’évocation de la musique est, chez les plus jeunes, à double tranchant, soit positif, soit mélancolique (notamment avec les chansons de rupture), tandis que, pour les plus âgés, la musique concourt au développement personnel par les réminiscences qu’elle suscite.

Slate.fr

Newsletters

«Une telle histoire est-elle classique dans le milieu des sexfriends?»

«Une telle histoire est-elle classique dans le milieu des sexfriends?»

[C'est compliqué] Cette semaine, Lucile conseille Y., une jeune femme qui s'interroge sur la véritable nature de la relation qu'elle vit avec son sexfriend.

«Cette histoire de statues, ça me permet de vivre encore plus de sexe dans ma vie»

«Cette histoire de statues, ça me permet de vivre encore plus de sexe dans ma vie»

Ruth aime les statues, mais plus que vous l'imaginez. Le type d'attirance qu'elle ressent s'appelle du pygmalionisme (ou de l'agalmatophilie, au choix).

Pourquoi la sonde Parker ne va pas fondre près du Soleil

Pourquoi la sonde Parker ne va pas fondre près du Soleil

La sonde solaire de la Nasa est parti en direction de l'étoile ce 12 août.

Newsletters