Partager cet article

Perdre un bébé, le raconter sur YouTube et gagner 100.000 fans

Sam et Nia Rader dans leur vidéo  «Le cœur de notre bébé battait», postée le 8 août 2015 sur YouTube | Capture d’écran YouTube

Sam et Nia Rader dans leur vidéo «Le cœur de notre bébé battait», postée le 8 août 2015 sur YouTube | Capture d’écran YouTube

Comment Sam et Nia Rader ont prélevé du pipi dans les toilettes pour devenir (à nouveau) des stars sur YouTube.

Voici ce que vous pouvez apprendre de Sam et Nia Rader en visionnant quelques-unes des vidéos postées sur leur chaîne YouTube: ils forment un couple séduisant, ont deux enfants, sont propriétaire d'un monospace et maîtrisent parfaitement la B.O. de La Reine des Neiges («De jolis parents chantent «La Reine des Neiges» de Disney», plus de 21 millions de vues). Début août, Nia faisait pipi dans les toilettes sans tirer la chasse afin de ne pas réveiller son benjamin, Sam plongeait alors un compte-gouttes dans la cuvette et transférait un peu d'urine diluée sur un test de grossesse, avant d'annoncer le résultat positif à Nia, à ses deux enfants et au monde («UN MARI SIDÈRE SA FEMME EN LUI ANNONÇANT SA GROSSESSE!», 14,5 millions de vues). L'histoire a fait le tour d'Internet («TOUT LE MONDE PARTAGE NOTRE VIDÉO!!», 475.000 vues). Puis Nia allait faire une fausse couche («Le cœur de notre bébé battait», 4,7 millions de vues).

Soit assez d'ingrédients pour mitonner un bon petit phénomène internet. Lorsque People magazine relaie la folle découverte de la grossesse, les vingtenaires sont présentés comme «mari» et «femme». Avec la fausse couche, le couple obtient le statut de «YouTubeurs stars». Leur componction s'étale dans les réseaux sociaux: dans leur vidéo du 10 août, Sam annonce à la caméra:

«Je vous vois tous, vous, nos nouveaux spectateurs, comme des gens que notre petite fille a fait entrer dans notre famille.»

(Même si la fausse couche est survenue bien avant qu'ils aient la possibilité de déterminer le sexe du bébé, Sam et Nia ont décidé d'en parler comme s'il s'agissait d'une fille.)

Sur Twitter, ils écrivent:

«Notre petit bébé a rassemblé 10 millions de vues sur sa vidéo et nous a apporté 100.000 nouveaux amis dans notre vie. Elle a bouleversé notre existence et nous a soudés comme jamais.»

Petite vie parfaite

Vues à travers le prisme YouTube et de son genre «famille», les vidéos ont l'air crédible –autant que puisse l'être une existence filmée pour en faire des clips YouTube

Pour les millions d'individus regardant les vidéos de chez eux, l'épopée virale des Rader pose plusieurs questions: qui sont ces gens et pourquoi en sais-je autant sur leur statut reproductif? pourquoi annoncer une grossesse de six semaines à toute votre famille, mais aussi à des millions d'inconnus? pourquoi vous filmer en train de prélever du pipi dans les toilettes pour le mettre sur un test de grossesse? ou tweeter sur le nombre de vues suscitées par votre fœtus? est-ce que tout ce bordel existe pour de vrai?

«Au départ, quand j'ai vu la vidéo, j'ai pensé à une mise en scène», commente Richard Lawson de Vanity Fair. Sam frisait vraiment la folie avec son trip «coucou mégasurprise», tandis que Nia avait l'air «un peu trop préparée pour l'événement». Pour ma part, je comprends que les vidéos puissent faire penser à de la propagande anti-avortement, prônant la valeur intrinsèque d'une vie humaine en incubation. Voire une parodie à la Jimmy Kimmel, faite pour moquer les bas-fonds d'Internet. Mais vues à travers le prisme YouTube et de son genre «famille» si particulier, les vidéos ont l'air totalement crédible –autant que puisse l'être une existence filmée pour en faire des clips YouTube.

Les Rader sont juste une version un cran plus tarée que la poignée de familles devenues stars de la réalité contemporaine pour avoir fait une mise au point virale sur leur vie. À leur arrivée sur YouTube en 2007, Sam et Nia étaient comme n'importe quel autre jeune couple baigné dans la frénésie narcissique des vidéos tournées sur téléphone: leurs premiers essais comportent un clip amateur pour une chanson du groupe de Sam, une sortie en waterboard habillée d'un titre de Jason Mraz et une vidéo de leur fille, Symphony, mangeant des boulettes. C'est en mars 2014 que le couple passe aux choses sérieuses. Ils installent une dashcam dans leur monospace et s'autofilment en train de faire du playback sur La Reine des Neiges, tandis que Symphony (âgée aujourd'hui de 5 ans) et son petit frère Abram (qui fêtera ses 2 ans le mois prochain) gigotent à l'arrière. Ils s'octroient le qualificatif de «Jolis parents» et la vidéo dépassera les 20 millions de vues.

Un record qu'ils ne cessent ensuite de pourchasser. Ils commencent par filmer leur playback sur les chansons de Rebelle, du Roi Lion, avant de revenir à la Reine des Neiges. Très vite, ils se mettent à vloguer sur tout n'importe quoi et publient une vidéo quotidienne. Au départ, leurs vidéos sont dans la mouvance petite vie parfaite, comme le prouvent «Le bébé le plus mignon qu'on n'a jamais vu», «Comment Nia se coiffe» ou encore «Passer du berceau au lit», mais ils se rendront vite compte que leurs vidéos ratées ont bien plus de succès. La norme d'une soirée à deux devient un «RENCARD SURPRISE QUI TOURNE AU DÉSASTRE!». Demander à Abram quel est le personnage sur son pyjama: «NOTRE BÉBÉ A PERDU ELMO!!». Leurs enfants ne traînent pas simplement parterre, ils font des «GAZOUILLIS ADORABLES!». Ces derniers mois, ils se sont en outre exercés à la fausse vidéo dégueulasse (la grosse surprise du «BÉBÉ MARCHE DANS LA FLAQUE DE PAPA!», c'est qu'il ne s'agit pas de pipi), aux pièges à clics («COMMENT DES ENFANTS RÉAGISSENT QUAND ILS VOIENT UN BÉBÉ SANS NEZ» ) et aux leçons de morale: «EST-CE QUE MA FEMME EST UN TROPHÉE!?» (non, elle est un «cadeau de Dieu»).

Les Rader sont une version un cran plus tarée que la poignée de familles devenues stars de la réalité contemporaine pour avoir fait une mise au point virale sur leur vie

À part le playback dans la voiture, leur plus gros carton inattendu est survenu l'été dernier avec «PIQUÉE DANS LA LÈVRE PAR UNE GUÊPE!», où Symphony geint la bouche gonflée sur la douce mélodie d'un 285.000 vues et plus. Les fléaux médicaux se succéderont pour la famille Rader. Dans «PERDRE UN DOIGT DANS UNE SCIE CIRCULAIRE! PASSAGE AUX URGENCES», Sam ne perd pas réellement son doigt, mais amène vraiment sa caméra aux urgences et filme sa main molle et ensanglantée pendant qu'un médecin la soumet à une bénigne opération chirurgicale. Dans «ET LE DIAGNOSTIC EST...», le pédiatre de Symphony accepte que Nia filme toute la consultation et fasse un gros plan sur la cuisse de sa fille, avant l'énorme révélation: c'est de l'eczéma. «COMBIEN VOUS EN ENLEVEZ!!?!!» est un montage de plusieurs rendez-vous de Nia chez le dentiste. Dans «NIA ME LANCE UNE TASSE À LA FIGURE», Nia et Sam terminent avec des éclats de verre dans les pieds, puis filment les coupures avant de nettoyer la cuisine. À voir aussi: «QU'EST-CE QUI SE PASSE AVEC TOUTOU?!» (il a une verrue), «J'AI VÉCU UN TRUC TERRIFIANT AVEC ÉBOLA» (Sam est infirmier dans un hôpital près de Dallas, qui n'a jamais reçu de malade atteint du virus) et «J'AI PEUT-ÊTRE UNE MÉNINGITE!» (Je n'ai pas pu me fader les quatorze minutes de la vidéo, mais je parie qu'il ne l'a pas vraiment!).

Obsession de la grossesse et de Dieu

La grossesse aura aussi été un thème récurrent. En août 2014, le vlog titre «DEVINEZ QUI EST ENCEINTE!?» et montre Nia déjeuner avec ses copines Sandy et Courtney, déjeuner au cours duquel les spectateurs apprendront l'incroyable nouvelle: Sandy est enceinte. En novembre de la même année, Sam et Nia publient «LE RÉSULTAT DU TEST DE GROSSESSE ARRIVE!», dans lequel Nia ressent «certains symptômes de la grossesse», passe un test, avant que le couple ne filme leur réaction au... négatif! Il y aura ensuite «CIAO LA CONTRACEPTION!», où Nia révèle à son mari et au public qu'elle ne prend plus la pilule depuis des mois. En juin, Nia achetait un test de grossesse et l'offrait en cadeau à Sam pour la fête des pères «GAG DU TEST DE GROSSESSE POUR LA FÊTE DES PÈRES») pour lui faire croire qu'elle est enceinte alors que ce n'est pas vrai, et filmer sa tête quand elle lui annonce en hurlant «Je déconne, il est négatif, wouhouhou, je t'ai bien eu».

Cette obsession de la grossesse n'a rien de personnel: elle est pratiquement un passage obligé pour tout vlog familial à succès. Le clan le plus populaire de YouTube, mené par Shay et Colette Butler, plus connus sous leur sobriquet Les Shaytards, a amassé 1,8 milliard de vues en cumulé, uniquement sur sa chaîne principale. La vidéo la plus populaire des Butler, dépassant les 13 millions de vues, relate l'annonce de la naissance de leur plus jeune fils, Daxton. Le nourrisson est aujourd'hui répertorié dans Famous Birthdays comme la deuxième personne la plus célèbre née en 2013 –moins connue que North West, mais plus que le Prince George.

Les franches discussions sur l'infertilité et les fausses couches ne sont pas taboues dans le monde des vlogs familiaux

Et contrairement à bon nombre de contextes sociaux, les franches discussions sur l'infertilité et les fausses couches ne sont pas taboues dans le monde des vlogs familiaux. Un couple de l'Utah, Ellie et Jared Mecham, aura spécialement créé sa chaîne YouTube (plus de 80 millions de vues) pour documenter «l'épopée» du traitement de sa stérilité. Depuis, ils ont filmé la naissance de leurs fils Jackson («NOTRE BÉBÉ EST LÀ!!», 1,9 millions de vues) et Calvin («NAISSANCE ÉMOUVANTE EN DIRECT!!», 2,4 millions de vues). Un autre vlog familial populaire, Daily Bumps (254 millions de vues) a été lancé lorsque Bryan et Missy Lanning étaient parents d'un jeune fils et avaient «un polichinelle dans le tiroir». Ensuite, les Lanning allaient révéler aux internautes que Missy avait déjà fait une fausse couche à dix semaines et avait accouché d'un bébé mort-né de 20 semaines. Lorsque le petit Oliver est enfin arrivé, ses premiers instants ont été un carton («BIENVENUE OLIVER JAMES», 3,4 millions de vues). Âgé aujourd’hui de 2 ans, Oliver apparaît dans des vidéos aussi racoleuses que «UN BÉBÉ ENFERMÉ DANS UN PARC AQUATIQUE!» et signe des posters pour ses fans.

Mais que la grossesse de Sam et Nia ait été une telle sensation –autant chez les fans énamourés que chez les haters sceptiques– vient peut-être du côté un peu plus brut de leurs vidéos, comparé à d'autres vlogueurs familiaux plus établis. Si beaucoup de chaînes YouTube familiales sont aussi lisses que le papier glacé d'un magazine de décoration, celle de Sam et Nia fleure bon la vie transparente de gentils cul-terreux. Voyez une famille parfaite, comme peuvent l'être les Mecham: Jared a sa chaîne dédiée à ses reprises au ukulélé, Ellie a la sienne pour ses conseils beauté, et le couple cherche actuellement à faire de son fils, Jackson, un enfant mannequin. Quand des difficultés arrivent, ils savent comment les filmer, les monter, et trouver la bonne musique qui appuiera sur les bons boutons émotionnels. À côté, la présence en ligne de Sam et Nia a quelque chose de beaucoup plus branlant. La chaîne beauté de Nia parle parfois de loisirs créatifs et de livres, et la chaîne bricolage de Sam s'est arrêtée après deux épisodes, dont l'un le montrait en train de déballer une tronçonneuse.

Le couple n'hésite pas à filmer les vagissements d'Abram, Symphony ou d'autres jeunes enfants issus du cercle toujours en expansion de leurs amis, voisins et autres proches éloignés. Ils créent du contenu dans les rayons d'un supermarché et dînent dans des chaînes de restauration. Leur jardin exhibe des mauvaises herbes, des jouets déglingués et une clôture éventrée. Pour leurs fans, de telles imperfections ajoutent à leur authenticité. Pour leurs détracteurs, on frise la psychiatrie.

Beaucoup de chaînes YouTube familiales sont aussi lisses que le papier glacé d'un magazine de déco; celle de Sam et Nia fleure bon la vie transparente de gentils cul-terreux

Les clips quotidiens de Sam et Nia durent généralement plus de dix minutes et les réactions des passants horrifiés par leurs loufoqueries sont rarement coupées au montage. «Je savais qu'elle allait faire ça», maugrée Courtney, la copine de Nia, quand celle-ci sort sa caméra lors du déjeuner. Et voici ce qui se passe quand Nia se met à filmer au Starbucks:

NIA: Voici Stacy, la meilleure barista du monde!

STACY: Oh non, pitié, ne me mettez pas sur YouTube.

NIA: Ah oui, pourquoi?
STACY:  Parce que je ne veux pas être sur YouTube.

NIA: Mais tu es si mignonne pourtant! (Elle s'adresse alors à son public) Je connais Stacy depuis déjà plusieurs années.

Et contrairement aux familles mormones qui règnent en maître sur les blogs art de vivre et veillent à toujours fourrer discrètement leur religion en arrière-plan, Sam et Nia sont bien plus francs du collier quant à leurs opinions. Ils se disent être un foyer «dévoué à Dieu», habitant une petite ville du Texas et embarqué «dans ce don du ciel qu'on appelle une famille». Ils publient tous les jours leurs vidéo à 17 heures «si Dieu le veut», leurs spectateurs sont des «Frères et Sœurs dans l'amour du Christ» et ils sont contre le mariage gay, ce qu'ils n'hésitent pas à répéter.

Des enfants et des sous

Mais l'aspect le plus fascinant de leur chaîne est la fenêtre qu'elle ouvre sur l'enfance des gosses de vlogueurs. Dans «Nia heurte une voiture» Nia larmoie en détaillant par le menu comment elle a frôlé la mort en voulant se garer sur le parking du supermarché et l'on voit Symphony qui, à l'arrière, s'emmerde sec en se rongeant les ongles. Dans sa première vidéo solo filmée en avril 2014, elle baragouine face caméra: «C'est Symphony, hiiiii. Seigneur. Hi, hi hi, caméra. Manger. Je peux faire un autre log! Un bloc, un log. Ah.» Quand Nia lui conseille de parler plus distinctement, elle se met à hurler «HUM HUM CAMERA C'EST SYMPHONY». Dans une vidéo, Sam chante une petite chanson aux enfants pour les préparer à la caméra «On vlogue ! On chante! On... ne pleurez pas». Dans la même prise, Symphony est filmée en train de compter les membres de sa famille. Quand elle arrive à Sam, elle le compte deux fois –une fois pour Sam, une fois pour «les spectateurs». Et si le petit Abram sert principalement de faire-valoir dans des vidéos comme «BÉBÉ BLOQUE DANS UNE CITROUILLE» ou «BÉBÉ A PEUR DES TRAINS», Symphony est assez grande pour participer à de sombres expériences. Dans «QUI TU AIMES LE PLUS… MAMAN OU PAPA?»,  Sam et Nia ne tolèrent pas «les deux» comme réponse. Lorsque Symphony hésite, Sam la titille avec des «Si jamais des zombies arrivent et qu'ils ont faim? Tu leur donnes qui à manger? Moi ou maman?» ou bien «Si on était tous les deux au milieu de la route et qu'une voiture arrivait, et que tu ne pouvais pousser que l'un d'entre nous, qui tu pousserais?». Au bout d'un moment, Symphony admet aimer plus Maman, peut-être parce que ce n'est pas Maman qui lui pose toutes ces questions horribles.

Pour une petite famille comme les Rader, une vidéo à 12 millions de vues met pas mal de beurre dans les épinards

Bien sûr, le nombre de vues ne dit pas toute l'histoire. Il y a aussi des histoires d'argent. Comme l'avait expliqué le New York Times l'an dernier, même les plus grosses stars de YouTube ne gagnent pas tripette. Parce qu'il n'y a pas de la pub à chaque clip, et parce que YouTube engrange 45% des recettes publicitaires d'une chaîne, les vlogueurs ne peuvent espérer se faire que quelques milliers de dollars pour chaque million de vues amassé. Reste que, pour une petite famille comme les Rader, vivant sur un seul salaire d'infirmier, une vidéo à 12 millions de vues met pas mal de beurre dans les épinards. Et on pourrait difficilement leur en vouloir. Après des mois à ne pas dépasser les 20.000 vues  générées à la sueur de Nia, femme au foyer s'occupant de deux enfants et filmant leurs moindres faits et gestes–, il est probable que la famille ait vraiment besoin de cet argent.

Preuve en est la récente vidéo surprise postée le 9 août, après celles sur la grossesse et la fausse couche. Dans celle-ci, Sam emmène sa petite famille à Legoland parce qu'il a une grosse annonce à leur faire, sauf que tous les billets ont été vendus. Quand il essaye de faire jouer sa «viralité» pour entrer quand même dans le parc plein, il se fait refouler. N'écoutant que son courage, il emmène Nia dans une boutique Lego pour lui annoncer la nouvelle: il a démissionné de son poste d'infirmier pour se consacrer au vlog à plein temps («J'ANNONCE À MA FEMME QUE J'AI DÉMISSIONNÉ DE MON BOULOT!», 482.000 vues). «Cet énorme pic dans cette nouvelle carrière qu'on vient juste de débuter. C'est une bénédiction. C'est incroyable, dit Sam dans la vidéo. Alors, oui, plus d'hôpital pour moi.» Sam espère qu'avec l'aide de Dieu, gourou devant l’Éternel, leur grossesse virale et la fausse couche qui s'est ensuivie leur permettent d'accéder au rêve américain version contemporaine. Leurs chances de succès dépendront d'un facteur qui frôle l'incroyable, tout en étant terriblement réel: il faut maintenant que Sam réussisse à féconder Nia et que naisse le nouveau mouflet star d'Internet.

Depuis la publication de cet article sur Slate.com le 12 août 2015, le nom de Sam Rader est apparu sur la liste des détenteurs d’un compte sur le site de rencontres adultères Ashley Madison.

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte