Culture

L'octogénaire qui avait massacré une fresque du Christ a inspiré un opéra

Temps de lecture : 2 min

Le librettiste n’a pas voulu se moquer de la restauration ratée de l’Espagnole mais plutôt rendre hommage à la créativité d’Internet.

À gauche, la peinture originale du peintre Elías García Martínez (environ 1930); à droite, la rénovation ratée de Cecilia Giménez (2012) | via Wikimedia Commons (domaine public)

En 2012, Cecilia Gimenez est devenue célèbre dans le monde entier pour avoir défiguré une fresque du Christ qu'elle avait tenté de restaurer dans l'église de la petite ville de Borja, en Espagne. Après avoir été ridiculisée un peu partout sur Internet, cette peintre amateur s'en était plutôt bien sortie. Sa version ratée de l'Ecce Homo avait attiré plus de cent-mille touristes prêts à payer un euro pour voir son œuvre, et elle avait pu toucher la moitié de ces revenus en droits d'auteur (reversées à des associations caritatives).

Les retombées positives ne se sont pas arrêtées là: Gimenez est maintenant l'héroïne d'un opéra comique en anglais écrit par le librettiste américain Andrew Flack.

Mèmes

«C'est une œuvre drôle, avec des parties très comiques, mais, en même temps, il ne s'agit pas de se moquer de Cecilia, explique Flack au Guardian. Ce qu'elle a fait est en quelque sorte miraculeux.»

Le librettiste a tenu à rendre hommage à tous les mèmes qui avaient été créés à la suite de l'affaire:

«Internet est un personnage dans l'opéra, parce que c'est vraiment Internet qui a créé la sensation.»

Avant d'écrire son texte, Andrew Flack a rencontré la restauratrice célèbre à Borja en 2013, et il a obtenu l'accord de la famille pour créer cette oeuvre inspirée de son histoire tragi-comique. La musique de l'opéra, intitulé Voici l'Homme (Behold the man), est composée par Paul Fowler, et la première représentation devrait avoir lieu le printemps prochain à Boulder, dans le Colorado, sauf si, comme l'indique le Guardian, les organisateurs parviennent à faire la première dans le village de Borja même.

Newsletters

«Les Misérables», Damien Bonnard rencontre Nabil Drissi, ancien policier de la BAC

«Les Misérables», Damien Bonnard rencontre Nabil Drissi, ancien policier de la BAC

Incarnations, c'est une idée simple: faire se rencontrer un acteur ou une actrice et la personne qu'il ou elle incarne dans la vraie vie. Comment devient-on quelqu'un d'autre à l'écran? Cette personne, incarnée, se sent-elle bien représentée?...

Apprendre le japonais en solo, c'est possible (mais très difficile)

Apprendre le japonais en solo, c'est possible (mais très difficile)

Avant de courir, il faudra comprendre comment ramper, se lever et marcher.

Le seul classement possible des meilleurs albums de la décennie est collectif

Le seul classement possible des meilleurs albums de la décennie est collectif

Refrain classique des fins d'année, l'habitude de publier un top des meilleurs disques parus se drape en 2019 d'une ambition plus grande encore, celle de retracer dix ans de musique.

Newsletters